Betty Boob de Véronique Cazot et Julie Rocheleau
culturebd
Média partenaire

Chaque semaine, découvrez sur CulturaLivres le coup de coeur de CultureBD.

 

 

BETTYBOOB.png

 

 

 

Betty Boob est une femme comme les autres. Un beau jour, le crabe a raison de son sein gauche. Une nouvelle vie s'offre à elle. Un récit sincère, plein d'humanité et d'autant plus fort qu'il se passe de dialogues. Une histoire de notre temps, très subtilement illustrée, dont on ne ressort pas indemne.

 

En perdant un sein, Betty Boob se retrouve seule. Plus de boulot, son mec se barre. Bon débarras. Une toute nouvelle vie qui s'offre à ses yeux. Le temps d'accepter qu'elle n'a plus qu'un vrai sein et de l'assumer. Car Betty ne veut pas prothèse. Mais de cette amputation, elle va faire une force. Et la vie va lui sourire de la plus belle des façons.

 

 

Betty Boob se dévore de façon hallucinante. En à peine vingt minutes, on croque goulûment dans le destin de cette femme pour qui on ne peut qu'avoir de la compassion. Mais aussi de l'admiration face à tant de courage. Dans un récit quasi muet, sans texte en-dehors des phrases qui jalonnent chaque nouveau chapitre, Véronique Cazot imprime un récit d'une maturité étonnante.

 

Le trait dynamique et les couleurs éclatantes de Julie Rocheleau habillent à merveille ce sein que l'on ne saurait voir. Plus Betty assume ce qui manque désormais à son corps de femme, plus elle met ce manque en valeur. En devenant danseuse, elle sublime ce handicap pour en faire un attribut de premier plan. Le trait évacue le tabou pour mieux le mettre en valeur.

 

Il est des perles rares qu'on déniche dans le flot d'une rentrée chargée. Les sorties BD sont abondantes mais des BD comme Betty Boob, on n'en lit pas tous les jours. De ces BD qui ont une intelligence du cœur. Celui en bonne place, là, juste sous ce sein gauche.

 

Découvrir sur Cultura.com