Emily St John Mandel, Station Eleven
JeanMorzadec
Promeneur

Emily-St-John-Mandel.jpeg

 

Pourquoi utiliser une troupe de théâtre itinérante comme personnage principal de votre roman ? Quelles places pourraient avoir le théâtre et Shakespeare dans une société qui a été décimée par une pandémie ?

Cela m’intéressait d’écrire au sujet des acteurs et de ce que cela signifie de consacrer sa vie à l’art – avec les joies et les peines que cela implique – je pensais depuis un moment à écrire un livre à propos d’une troupe de théâtre. Ce que j’ai réalisé en commençant à écrire ce livre c’est qu’il y a des similarités entre l’Angleterre « Shakespearienne » et le monde  « post-pandémie » de ce roman, d’ailleurs le théâtre au temps de Shakespeare mettait souvent en scène une petite troupe de théâtre itinérante. Il me semble que les gens de cette époque étaient comme hantés par les souvenirs de la peste bubonique.  

 

Quel est le point commun entre tous les personnages de ce roman ?

Et bien, certains d’entre eux veulent vivre pleinement leur vie, de manière significative, mais il y a peu de personnages dans ce livre et ils ne se ressemblent pas vraiment, donc je dois dire que la seule chose qu’ils ont en commun c’est d’être présents dans ce roman.

 

Comment résumeriez-vous ce roman ?

 Si je devais résumer mon livre, je dirais qu’il parle d’une troupe de théâtre shakespearienne dans une Amérique du Nord post-apocalyptique.  Mais plus encore, il traite de l’importance de l’art dans nos vies, de notre difficulté à trouver du sens au-delà de nos reflexes de survie. C’est une lettre d’amour au monde moderne et à la technologie qui nous entoure.

 

Quel message souhaiteriez-vous faire passer à vos lecteurs ?

Mon seul souhait est que mes lecteurs apprécient de lire mon travail ! J’essaye toujours de résister et de ne pas écrire des romans qui véhiculent un message trop évident. En tant que lectrice, je n’apprécie pas les romans qui diffusent ouvertement un message.

 

Donnez-vous beaucoup de liberté  à votre imaginaire, à vos personnages ?

Mon “travail” d’écrivain demande de laisser place à mon imagination, mais mes personnages eux n’ont pas la moindre liberté. Vous savez, on entend parfois les romanciers dire : « Je ne savais pas que mon personnage avait une arme jusqu’à qu’il la sorte de sa poche », honnêtement, moi ce n’est pas le cas.

 

stationeleven.jpg

Station Eleven

 

1 Commentaire