[INTERVIEW] Victor Jestin présente son nouveau roman L'Homme qui danse
LeaCultura
Community Manager
Aujourd'hui je vous propose une nouvelle interview dans le cadre de cette belle rentrée littéraire. Cette fois c'est Victor Jestin qui a accepté de répondre à nos questions pour CulturaLivres. 
Après La chaleur, Victor Jestin signe un tout nouveau roman : L'homme qui danse. Un roman mélancolique et touchant sur la solitude à découvrir.
 
 
@Pascal Ito@Pascal Ito
 
  • Pouvez-vous présenter votre roman pour les membres qui ne l’ont pas (encore) lu ?  

 L homme qui danse 14_9782080239204_1_75.jpg

L’homme qui danse est le portrait d’un homme qui passe 20 ans de sa vie à fréquenter la même boîte de nuit, dans une petite ville en bord de Loire. C’est l’histoire de sa solitude et de son envie obstinée d’en sortir.  
Disponible en version numérique 

 

 

 

  • Est-ce que le personnage principal de votre roman est totalement imaginé ou vous êtes-vous inspiré de votre entourage ? 
 
Le personnage est un curieux mélange entre moi-même, mes proches, mon imagination. Il est aussi nourri de lectures, d’autres personnages qui m’ont marqué. Cela donne un homme extrêmement seul et mal à l’aise, mais je pense qu’il nous ressemble un peu à tous, dans nos pires nuits, nos pires années.  
 
  • On sent une certaine continuité dans vos écrits après votre premier roman, La chaleur. Le troisième sera-t-il dans la même veine ? 
 
Il y a des choses dont je commence à comprendre qu’elles m’intéressent et prendront toujours de la place dans mes livres : la façon dont les lieux nous déterminent ; la masculinité ; la violence de la fête et du désir. Je crois que mon troisième roman se passera dans un lycée.  

 

  • Comment s’est passée l’écriture de L’homme qui danse ? Avez-vous des rituels d’écriture ? 

 

L’écriture m’a pris deux ans. Je l’ai menée en parallèle de l’écriture d’un scénario, mon autre métier. J’aime écrire le matin, entre 10h et 13h environ. Des problèmes de dos me rendent la position assise difficile, alors j’écris debout, sur un comptoir. C’est agréable, je recommande. Et puis c’est comme ça qu’écrivait Philip Roth, donc on peut frimer en disant : « j’écris comme Philip Roth ».  
 
  • Que représente la rentrée littéraire pour vous ? 
 
Avec tous les festivals, salons, prix littéraires et espaces de presse dédiés, cette période est l’occasion rêvée pour faire vivre pleinement un livre. C’est aussi un vertige, car beaucoup de livres paraissent et certains sont noyés. Ma stratégie, c’est de continuer à écrire et de profiter pleinement de l’intensité de cette période, notamment des rencontres avec d’autres écrivains.   
 
  • Avez-vous un coup de cœur à partager avec les membres de la communauté CulturaLivres ? 
 
Récemment j’ai découvert les bandes-dessinées de Tom Gauld. Ça parle beaucoup de littérature et c’est très, très drôle. Je recommande Vous êtes tous jaloux de mon Jetpack. Rien que le titre…  
3 Commentaires