Jérôme-Arnaud Wagner nous parle de son prochain roman Les étincelles du bonheur
Admin Comité de Lecture

J’ai commencé l’écriture du manuscrit en 1999, après la disparition de ma grand-mère, qu’on appelait « Manette », et qui m’a élevé; je l’aimais passionnément ; je voulais ne pas oublier, laisser une trace de cette folle et grande histoire d’amour. C’est le texte que j’ai écris pendant la nuit pour préparer le discours de ses obsèques, qui est ensuite devenu ce livre. Je l’avais initialement appelé « Famille en Provence ». Il était resté inachevé car en 2000, je perds ma femme, Emmanuelle, d’une rupture d’anévrysme – en deux ans mon passé et mon avenir disparaissaient - et s’impose alors à moi d’écrire « N’oublie pas que je t’aime », pour sauvegarder le souvenir de leur mère pour mes enfants.  Devant le succès de « N’oublie pas que je t’aime » publié en novembre 2010 (environ 10 000 exemplaires vendus, deux rééditions prévues fin 2011-2012 chez France-Loisirs, puis chez Pocket), je reprends « Famille en Provence », et le termine pour le publier aussi, car il me semble que ces deux livres, comme ces deux « femmes de ma vie » sont liés.  Je le rebaptise « Les étincelles du bonheur », car ma grand-mère avait coutume de dire que si le bonheur n’existe pas sur terre, nous avons des moments de bonheur, des « étincelles » de bonheur, qui peuvent nous illuminer toute une vie. N’est-ce pas d’ailleurs la vraie définition du bonheur, que l’on retrouve chez Confucius : « le bonheur est fait de petites choses. » ? J’ai cherché à comprendre le sens de ces disparitions. Je crois aujourd’hui que le sens de ma vie, c’est de témoigner, m’ouvrir aux autres. Perdre pour grandir… « Les étincelles du bonheur », que je dédie à mes grands-parents, c’est aussi un livre sur l’importance à mes yeux de la transmission des valeurs familiales, qui se perdent, et qui pourtant pour moi constituent un lien sacré ; de même les lieux qu’on a aimés constituent nos racines, ils ont une âme. On retrouve dans « les étincelles du bonheur » le soleil du Midi, l’odeur des mimosas et des herbes de Provence… qui ont nourri mon enfance. J’ai lu récemment un article de Catherine Vincent dans le « Monde Magazine » intitulé « la nostalgie rend optimiste ». Ce titre à contre-courant m’a fait sourire mais aussi interpellé. Elle s’appuie sur des travaux de chercheurs psychologues de l’Université de Southampton, qui démontrent que leurs patients « en se souvenant des belles choses, croient que qu’elles peuvent se reproduire, et développent donc une meilleure confiance en l’avenir ». Pour moi, ma grand-mère, comme ma femme, ne m’ont pas quitté, elles sont toujours à mes côtés et me guident dans la vie, tout en m’ouvrant l’esprit aussi vers plus de spiritualité.  « Les étincelles du bonheur », c’est donc un livre par lequel je veux apporter un message plein d’espoir. Ces étincelles nous font tous vivre, et nous rendent aussi quelque part immortels. Jérôme-Arnaud Wagner Les étincelles du bonheur sortira le 25 août 2011 aux éditions Michalon. Jérôme-Arnaud Wagner sera en dédicace au magasin Cultura de Bègles(33) le samedi 25 juin à partir de 16h. Le site de son précédent roman, N'oublie pas que je t'aime.

Jérôme-Arnaud-Wagner.jpg

7 Commentaires
Non applicable
J'aime beaucoup "n'oubliepas que je t'aime"... Je serai contente de lire "les étincelles du bonheur",j'ai déjà hâte de le decouvrir... Prévoyez-vous une (ou plusieurs...) séance de dédicace en Belgique? A bientôt Murielle
Non applicable
J'ai adoré " N'oublie pas que je t'aime " qui est mon livre-porte-bonheur.... Vivement le 25 août ! Amitiés Lo
Non applicable
j ai hate de le lire je pense me retrouver un peu merci
Non applicable
Bonjour, je suis entrain de lire l'ouvrage N'oublie pas que je t'aime. Nous sommes le 5 avril 2012, et je pense à Julien et Mathieu, je suis aussi une maman, je leur souhaite un Joyeux Anniversaire. Je pense qu'Emmanuelle était une maman merveilleuse avec eux, elle doit terriblement leur manquer. Mais leur papa a écrit et décrit leur maman avec tant d'amour que les jumeaux viveront avec leur maman comme si elle était toujours présente. Bravo à M WAGNER pour cet exemple d'amour, c'est beau et émouvant. Je n'ai jamais vu autant d'amour dans un couple. C'est un message d'amour et de respect. Vos écrits nous font réfléchir sur l'amour de la famille, de son conjoint, de ses enfants et c'est une belle leçon de vie. Merci car je ne serai plus la même après la lecture de votre ouvrage.
Non applicable
Je viens de terminer ce merveilleux ouvrage, et instinctivement je suis revenu à la première page. Donc, je me suis rendu compte que je le relisais. C'est vraiment la première fois que cela m'arrive. Cette histoire d'amour nous illumine, et nous aide à vivre. Je crois de plus en plus en l'au-delà, et les personnes que l'on a aimées nous attendent et nous guident. Merci d'avoir écrit ce livre.
Non applicable
J'avais dévoré "N'oublie pas que je t'aime" et celui-ci n'a pas traîné non plus... Merci pour tout !
Non applicable
Je viens de terminer votre livre ( N'oublie pas que je taime ) Il y a pas longtemps tout au plus 2 ou 3 jours. Nous sommes dimanche 12 mai 2013. En effet je réalise fête des mères en Belgique. Donc n'oublions pas la fête d'Emmanuelle. Avant je vous connaissais pas du tout maintenant j'apprends à vous connaitre. Je vais lire ce nouveau livre à propos de votre grand-mère bref le bonheur. Votre histoire m'a complètement boulversée au vu de ses coincidences et la mienne. C'était en 1991 ou malheureusement j'ai perdue mon homme inspecteurs de poliçe en affaire de moeurs et fait une fausse couche vu le choc et traumatisme. Je me suis parfois retrouvée dans le ressenti et des fois son comportement d'Emmanuelle. Ce qui doit m'avoir assez troublée j'imagine. Je prends note du prochain roman comme Columbo sur mon petit carnet. Embrassez Mathieur et Julien de ma part. Vu que j'ai malheureusement pas le bonheur d'être une maman. Toutes mes amitiées amicales et sinçères. Anne-Marie Delsaute Belgique ( Liège )