La ville sans vent d'Éléonore Devillepoix - Talents Cultura 2020
laurene-cultura
Community Manager

La ville sans vent - Eleonore Devillepoix.jpg

 

Découvrez La ville sans vent d'Éléonore Devillepoix, paru aux éditions « Hachette » et élu Talent Cultura 2020 par nos comités de lecture et nos libraires magasins dans la catégorie Jeunesse

 

Au travers d'une interview d'Éléonore et d'Anaïs, notre libraire Cultura Plaisir qui a eu un coup de cœur pour ce livre, je vous propose d'en découvrir un peu plus sur l'histoire de Lastyanax et Arka.

 

 

Résumé : A dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s'attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d'Hyperborée.
Son chemin, semé d'embûches politiques, va croiser celui d 'Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d'un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ca tombe bien, elle a tendance à les déclencher...
Lui recherche l'assassin de son maître, elle le père qu'elle n'a jamais connu. Lui a un avenir. Elle un passé.
Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s'apprivoiser.

 

Je partage avec vous quelques avis de nos libraires en magasin : 

«Attention, gros, gros, GROS coup de cœur ! La plume est riche, précise, pleine de poésie ! Je me suis parfaitement imaginé les lieux, les personnages et les événements. L’univers créé par l’auteure est à l’image de son style, recherché et foisonnant, mais on s’y glisse très facilement car elle ne tombe pas dans la facilité poussive de nous l’expliquer : il est là, c’est tout, avec ses propres codes et règles que l’on découvre petit à petit.» Sarah, Cultura Geispolsheim. 

«Une énorme réussite !! Un univers magique maîtrisé par l'auteure sur le bout des doigts. Le roman se fait toujours plus surprenant au fil des pages, jusqu'à un final inattendu. Pour les ados mais aussi les adultes». Audrey, Cultura Marsac. 

«Magie, meurtres, vengeance, amitiés. Tous les éléments pour passer un bon moment !» Clémentine, Cultura Bourgoin Jallieu. 

 

© Aldo_Paredes© Aldo_Paredes

 

Eléonore Devillepoix a passé son enfance dans la campagne normande, à chasser des grenouilles à l’épuisette et à dévorer des histoires. Ces lectures lui ont laissé un goût pour les livres d’aventure et la conviction qu’un bon roman jeunesse doit pouvoir plaire aux adultes. Aujourd’hui, Eléonore Devillepoix vit trois vies en parallèle : attachée parlementaire européenne à Bruxelles en semaine, joueuse de quidditch le weekend et écrivaine la nuit.

 

A l’occasion de la journée de tournage des Talents Cultura, @Sophie-Cultura et moi-même avons pu échanger avec Éléonore et lui poser quelques questions pour la communauté CulturaLivres.

 

Où étiez-vous quand vous avez su que vous étiez élu Talent ?

J'étais dans mon appartement, j'ai reçu la nouvelle par mail. J'ai été très contente ! Il s'agit d'un premier prix pour mon premier roman, j'en suis vraiment très honorée ! 

 

Quel est votre lecture du moment ?

Je vous recommande Watership Down de Richard Adams ! Lu et approuvé !

 

 

Talents Cultura 2020.jpg

 

Retrouvez toute la sélection des Talents Cultura 2020 et La ville sans vent sur Cultura.com.

 

Et vous, avez-vous eu l'occasion de lire ce livre jeunesse ? Partagez avec nous vos impressions en commentaire. 

1 Commentaire
Enitram34
Passager

Découvert en juin grâce à une opération Masse Critique, merci Babelio, j'ai vraiment apprécié. Depuis j'ai acheté le tome2 dès sa sortie et il est dans ma PAL.

 

Une ville protégée du climat extérieur par un dôme d'Adamante, la légende prétend que son sol est pavé d'or, les mages se prélassent près du ciel, au septième niveau, les plus pauvres y vivent au raz du sol, dans la boue et la misère. Hyperborée. C'est dans cette ville où il n'y a jamais de vent et où on se déplace à dos de tortues que vont se rencontrer une jeune guerrière de 13 ans et un brillant mage devenu à 19 ans le plus jeune ministre de l'histoire.

Ce premier tome se déroule principalement dans Hyperborée mais laisse deviner un univers plus étendu et des enjeux plus dangereux encore que les intrigues politiques des mages.

Le style est simple mais sans maladresse, il convient parfaitement à ce genre d'aventures, le vocabulaire est agréable mais sans fioritures inutiles, c'est donc un roman facile à lire même pour un public assez jeune.

Arka est encore une adolescente, entre les moments où elle est en difficulté elle réagit avec exubérance, malgré son passé tourmenté. Elle est touchante et courageuse mais aussi prompte à s'attirer les ennuis, et il ne devrait pas être difficile pour un public jeune de se reconnaître en elle.

Lastyanax est déjà à 19 ans un jeune homme très posé, qui évolue au milieu des intrigues politiques, ce personnage attirera certainement la sympathie d'autres lecteurs.

Le duo Lastyanax-Arka est très bien construit, leur rapprochement est bien amené. L'univers plaira sans aucun doute à ceux qui ont aimé Harry Potter, Les royaumes du Nord ou la Passe-miroir. Mais aussi à un plus large public : je ne suis plus une adolescente depuis longtemps et je me suis sentie parfaitement à l'aise lors de cette lecture. On se sent parfois en terrain connu, l'influence des univers de J. K. Rowling, Philip Pullman ou Christelle Dabos étant perceptible, mais ça reste en arrière plan. Sans innover totalement, l'univers de ce roman est étonnant et unique. Certaines idées (prédiction du serpent, inventions magiques, lémure ou malédiction-miroir) m'ont semblées totalement inédites.

Univers original, humour, action, complots, magie, mystères, personnages intéressants, surprises : rien ne manque pour maintenir l'attention malgré quelques longueurs. On a quelques réflexions féministes (à travers le personnage de Pyrrha en butte au conservatisme des mages) et les inégalités sociales sont également dénoncées (par l'opposition criante entre les mages qui ont tout et la condition des habitants des niveaux inférieurs). Mais par petites touches, bien plus présentes il me semble pour souligner le mode de vie et la mentalité des habitants d'Hyperborée que pour imposer des idées, en tout cas rien de pesant ou d'envahissant.

Et le bonus est cette très jolie couverture, les illustrations sont si souvent en décalage avec l'histoire qu'il faut le souligner lorsqu'elle est, comme ici, parfaitement représentative.

C'était une lecture très agréable. La fin m'a laissé la sensation d'un tournant vers des aventures plus sombres et la promesse de découvrir les autres parties de ce monde déjà évoquées dans ce tome et je ne manquerais pas de me procurer la suite dès sa sortie.