Les coulisses des ateliers d'écriture Cultura !
CharlotteV
Community Manager

CULTURA_22 LePlongeoir A3 gen (002)_page-00042.jpg

 
Cultura lançait en 2022 son nouvel espace d'apprentissage et d'éveil créatif : Le Plongeoir ! À l'image de l'enseigne, les ateliers permettent de s'épanouir dans l'art, la culture et la musique. Cours d'écriture, de musique et pratiques artistiques... Jetez vous à l'eau et découvrez Le Plongeoir ! 

 

 

  • Qu'est-ce qu'un atelier d'écriture au Plongeoir ? 

 

L'écrivain Alexandre Jardin a créé une méthode d'apprentissage et s'est associé à Cultura pour former des libraires à l'animation d'ateliers d'écriture. Cultura vous propose de découvrir les secrets fondamentaux d'un auteur et de vous accompagner pour apprendre les bases de l'écriture ou pour vous permettre d'épanouir votre créativité à travers 3 formules : Masterclass, atelier 5 cours, atelier 11 cours. Vous pouvez retrouver le détail de ces formules sur Cultura.com.

 

  • Découvrez les coulisses des ateliers d'écriture avec deux de nos animateurs !
Deux de nos collaborateurs Cultura, animateurs d'ateliers d'écriture, ont accepté de répondre à nos questions afin d'en savoir plus sur leur rôle et sur les ateliers d'écriture. Dans cette interview, nous retrouvons Alice Carré, libraire au Cultura de Cormontreuil et Yvan Strelzyk, auteur et libraire au Cultura de Publier.

 

Alice Carré, libraire au Cultura de CormontreuilAlice Carré, libraire au Cultura de Cormontreuil

 

  • Un atelier d’écriture, qu’est-ce que c’est exactement ?
Un atelier d’écriture est un espace d’échange. Pendant deux heures, chaque semaine, nous nous réunissons avec un seul but commun : progresser vers nos projets respectifs. C’est un temps que chacun consacre à l’écriture.

 

  • Dans quel but animes-tu les ateliers d’écriture du Plongeoir ?
J’anime les ateliers d’écriture pour encourager des auteurs à croire en leur rêve de publication. Lorsqu’on écrit, on a souvent l’impression d’être seul face à une page blanche. Les ateliers d’écriture du Plongeoir permettent de contrer ce sentiment : nous nous retrouvons entre passionnés et nous nous entraidons. Ensemble, nous créons cette émulation positive qui nous permet d’avancer.

 

  • Parles-nous de la méthode d’Alexandre Jardin
La méthode d’Alexandre Jardin est à l’image de son créateur : originale et pleine de vie. Déconcertante dans un premier temps, cette méthode porte, à mon sens, ses fruits dans la durée. Elle prend à contre-pieds celles des ateliers d’écriture plus traditionnelles et mise tout sur l’auteur lui-même, qu’elle met en lumière.

 

  • Peux-tu nous résumer ton aventure avec Le plongeoir en 3 mots ?
Bienveillance, rencontres et émotions. En commençant à animer ces ateliers, j’étais loin de me douter que l’expérience serait aussi enrichissante d’un point de vue humain. Je ne regrette pas d’avoir fait le grand saut car à travers les ateliers que nous proposons, j’ai rencontré de très belles personnes.
 

Yvan Strelzyk , librairie au Cultura PublierYvan Strelzyk , librairie au Cultura Publier

  • De quelle façon essaies-tu de mener ton groupe vers la créativité et l’inspiration ?
Je me considère avant tout comme un accoucheur de talents : chaque membre du groupe porte en lui le fruit de son imagination et de son travail d’auteur, et je suis là pour m’assurer que cette croissance se poursuive le plus harmonieusement possible jusqu’à son terme.
 
Selon moi l’animateur n’est pas le maître éclairant ses disciples, il est encore moins le censeur qui juge ou corrige en castrateur, mais bien un « premier entre égaux », qui partage ses connaissances et son expérience : en proposant une idée ou une technique, en posant des questions dont il devine que l’autre a la réponse (méthode socratique) le plus judicieusement possible, et surtout en écoutant tout ce que chacun souhaite exprimer (désirs, difficultés, peurs, joies, émotions…) pour y répondre au mieux. Nous avons tous de beaux livres en nous ; l’animateur est là pour que nous en ayons la révélation et puissions par nous-mêmes leur donner vie.

 

  • En quoi l’écriture est-elle importante pour toi ?
L’écriture m’accompagne depuis maintenant trente-cinq ans, et je suis incapable de rester longtemps sans elle. Étant un homme de l’écrit (pas de l’oral ni de l’image), c’est par elle que je passe le plus volontiers pour exprimer le plus justement ma pensée, mais aussi pour partager tous les récits que je porte. Je ne suis pas un savant ni un théoricien, simplement un conteur : j’aime raconter de (bonnes) histoires… par l’écrit.
 
Le quotidien est souvent si étriqué ! L’écriture fait tomber les murs, ouvre des pans de ciel et permet l’impossible. L’écrivain est une sorte de scénariste-réalisateur-producteur qui aurait des moyens illimités. En cela, l’écriture est un outil exigeant mais merveilleux, qui aide à trouver le ton juste, le mot approprié, la nuance la plus fine, pour créer l’efficacité, faire éprouver l’émotion, donner du plaisir.

 

  • As-tu déjà pris des cours d’écriture ? Si oui, quel souvenir en as-tu ? Si non, aurais-tu aimé en avoir/en quoi cela aurait pu t’aider ?
Je n’avais jamais suivi de cours d’écriture auparavant : parce que l’occasion ne s’est jamais présentée, et parce que je pensais maîtriser les techniques nécessaires (ayant eu depuis toujours « de l’aisance dans l’expression » selon mes professeurs, et conçu pendant mon adolescence de nombreux scénarios pour le jeu de rôles, tout cela s’enrichissant de lectures nombreuses autant qu’éclectiques).
 
Pour autant, la formation à l’animation d’ateliers par Alexandre Jardin s’est avérée pour moi un véritable cours d’écriture, en mettant des mots concrets sur ce que je ne faisais que pressentir : l’écriture n’est pas un passe-temps ni même un métier, c’est une expérience ontologique, une manière d’être au monde, qui change profondément la vie de l’écrivain. J’ai donc beaucoup appris au cours de cette formation : des « secrets » que je m’efforce désormais de transmettre au cours des ateliers… et que je me suis appliqués à moi-même pour l’écriture de mon dernier roman qui, de ce fait, me paraît nettement meilleur que si je n’avais pas suivi les enseignements d’Alexandre.

 

  • Peux-tu nous résumer ton aventure avec Le Plongeoir en trois mots ?

En trois mots…

 

Surprise : avant mon entrée chez Cultura, je n’avais jamais eu l’idée de transmettre cette passion qui m’anime depuis toutes ces années, ne me sentant pas assez qualifié pour cela (bien qu’ayant déjà été édité pour des productions littéraires très différentes). Les encouragements et la confiance de mes collègues m’ont finalement conduit à un épanouissement nouveau par l’écriture, auquel je ne m’attendais pas.
 
Partage : une passion ne vaut que si elle est partagée, et ces ateliers me permettent de l’éprouver à chaque séance. L’écriture est un humanisme, elle crée un sentiment d’appartenance à un même idéal, et une vraie intelligence entre les participants (en outre il est toujours bon pour un auteur de sortir de sa tour d’ivoire et de se libérer de la solitude du coureur de fond).
 
Utilité : de longues mais épanouissantes études de lettres m’ont conforté dans l’idée que leur débouché naturel n’est pas le professorat mais bien la production de littérature. Au cours de ces années j’ai accumulé des quantités d’informations littéraires inutiles (j’adore ça !)… et je m’aperçois aujourd’hui qu’elles me servent grandement pour enrichir les ateliers. En ce sens, je me sens à 100% passeur de culture.

 

 

Et vous, avez-vous déjà pris des cours d'écriture ? Seriez-vous intéressés par ce format ? 

Les dernières actualités

Tout lire >
Les dernières discussions
Tout afficher >
Après l'exécution de sa mère, dévorée par les tôda, Elin est sauvée de justesse par Johun, un apiculteur bienveillant. E...
Après avoir réussi à surmonter la relation abusive qui le maintenait sous le joug de son ancien supérieur hiérarchique, ...
Suite au décès de Bruno Combes,  je tiens à lui rendre hommage. Je l'ai découvert grâce à Cultura avec : Un souffle...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >