Les premiers romans de la rentrée littéraire à découvrir !
AngéliqueLAB
Team Cultura
Chaque année, notre sélection des Talents met en avant des premiers ou seconds romans d'auteurs que notre jury, composé de lecteurs et de libraires, a particulièrement appréciés. 

 

A chaque rentrée littéraire c'est un choix très difficile car il y a de nombreux romans qui mériteraient cette distinction "Talents Cultura". J'ai donc souhaité dans cette sélection, vous présenter les coups de cœur des premiers romans, qui je pense vont faire parler d'eux.Smiley heureux

 

On y retrouve des romans avec des sujets dits d'actualité; un romans très original qui vous fera rire ou sourire, vous y rencontrerez de belles femmes fortes et j'espère surtout que vous y trouverez également votre ou vos prochain(s) coups de cœurs. 

 

Cette liste est non-exhaustive, nous nous sommes limités à 12 romans. N'hésitez pas à ajouter les vôtres en commentaires ! Smiley très heureux
premiers-romans.jpg

 

Les enfants endormisde Anthony Passeron

 

12_9782383611202_1_75.jpgQuarante ans après la mort de son oncle Désiré, Anthony Passeron décide d'interroger le passé familial. Évoquant l'ascension de ses grands-parents devenus bouchers pendant les Trente Glorieuses, puis le fossé grandissant apparu entre eux et la génération de leurs enfants, il croise deux histoires : celle de l'apparition du sida dans une famille de l'arrière-pays niçois - la sienne - et celle de la lutte contre la maladie dans les hôpitaux français et américains.
Dans la lignée d'Annie Ernaux ou de Didier Éribon, Anthony Passeron mêle enquête sociologique et histoire intime. Dans ce roman de filiation, il évoque la solitude des familles à une époque où la méconnaissance du virus était totale, le déni écrasant, et le malade considéré comme un paria.
Découvrez l'avis complet de @IsaPouteau 

 

 

Trois soeursde Laura Poggiol

 

7_9782378803018_1_75.jpgQuand la police de Moscou est arrivée, les trois soeurs étaient assises le long du mur à côté du cadavre de leur père. Il avait le poil noir, le ventre gras, une croix dorée autour du cou. Depuis des années, il s'en prenait à elles, les insultait, les frappait, la nuit, le jour. Alors elles l'ont tué. La Russie s'est déchirée à propos de ce crime, parce qu'il lui renvoie son image, celle d'une violence domestique impunie. À vingt ans, Laura Poggioli a vécu à Moscou. Elle aimait tout : la sonorité de la langue, boire et sortir, chanter du rock. Elle a rencontré Mitia, son grand amour. Parfois il lui donnait des coups, mais elle pensait que c'était sa faute. « S'il te bat, c'est qu'il t'aime », dit un proverbe russe.
Disponible en version numérique
Découvrez l'avis complet de @spitfire89 

 

 

Valse fauvede Penelope Rose

 

7_9782259312073_1_75.jpgRose a dix-neuf ans et refuse d'être une cocotte, de celles qui attendent qu'on les épouse. Son village est trop petit pour elle, qui rêve d'une ferme rien qu'à elle dans le Sud. Peu lui importe que la plupart des hommes soient partis faire la guerre contre les Salauds.
Un soir, Rose fait la rencontre d'un accordéoniste venu de la ville, un original qui semble avoir échappé à l'appel. Tandis qu'elle tombe amoureuse, l'ennemi s'empare de son pays. L'homme ne tarde pas rejoindre les Insurgés, laissant Rose avec une petite fille.
Comment se protéger, seule avec une gamine, quand l'ennemi est dans vos murs et que le danger frappe à la porte chaque matin ? Comment préserver ses rêves quand les mois défilent et que les repères s'effondrent ? Mais, surtout, quel combat mener ?
Disponible en version numérique
Découvrez l'avis complet de @soff78 

 

 

Les gens de Bilbao naissent où ils veulentde Maria Larrea

 

54_9782246831969_1_75.jpgL'histoire commence en Espagne, par deux naissances et deux abandons. En juin 1943, une prostituée obèse de Bilbao donne vie à un garçon qu'elle confie aux jésuites. Un peu plus tard, en Galice, une femme accouche d'une fille et la laisse aux soeurs d'un couvent. Elle revient la chercher dix ans après. L'enfant est belle comme le diable, jamais elle ne l'aimera. Le garçon, c'est Julian. La fille, Victoria. Ce sont le père et la mère de Maria, notre narratrice.
Dans la première partie du roman, celle-ci déroule en parallèle l'enfance de ses parents et la sienne. Dans un montage serré champ contre champ, elle fait défiler les scènes et les années : Victoria et ses dix frères et soeurs, l'équipe de foot du malheur ; Julian fuyant l'orphelinat pour s'embarquer en mer. Puis leur rencontre, leur amour et leur départ vers la France. La galicienne y sera femme de ménage, gardien du théâtre de la Michodière. Maria grandit là, parmi les acteurs, les décors, les armes à feu de son père, basque et révolutionnaire, buveur souvent violent, les silences de sa mère et les moqueries de ses amies. Mais la fille d'immigrés coude son destin. Elle devient réalisatrice, tombe amoureuse, fonde un foyer, s'extirpe de ses origines. Jusqu'à ce que le sort l'y ramène brutalement. A vingt-sept ans, une tarologue prétend qu'elle ne serait pas la fille de ses parents. Pour trouver la vérité, il lui faudra retourner à Bilbao, la ville où elle est née. C'est la seconde partie du livre, où se révèle le versant secret de la vie des protagonistes au fil de l'enquête de la narratrice.
Disponible en version numérique 

Découvrez l'avis complet de @Kittiwake 

 

 

Tenir sa languede Polina Panassenko

 

14_9782823619591_1_75.jpgCe que je veux moi, c'est porter le prénom que j'ai reçu à la naissance. Sans le cacher, sans le maquiller, sans le modifier. Sans en avoir peur. »
Elle est née Polina, en France elle devient Pauline. Quelques lettres et tout change.
À son arrivée, enfant, à Saint-Étienne, au lendemain de la chute de l'URSS, elle se dédouble : Polina à la maison, Pauline à l'école. Vingt ans plus tard, elle vit à Montreuil. Elle a rendez-vous au tribunal de Bobigny pour tenter de récupérer son prénom.
Découvrez l'avis complet de @soff78 

 

 

 

Par-delà l attentede Julia Minkowski

 

52_9782709669429_1_75.jpgLe Mans, 29 septembre 1933. Maître Germaine Brière prononce les derniers mots de sa plaidoirie. Sur le banc des accusés, les soeurs Papin, les deux bonnes qui ont tué leurs patronnes. Il est minuit passé, les jurés rejoignent la salle des délibérations.Dans le palais désert, Germaine attend le verdict. Elle se remémore les combats de sa vie. Bientôt, elle sera l'avocate qui a sauvé les domestiques assassines ou celle qui a échoué face à une justice d'hommes et de notables. Le triomphe ou la honte. Ne reste qu'à espérer...Au coeur d'un fait divers qui ne cesse de fasciner, Julia Minkowski brosse le portrait d'une femme libre et révoltée.En nous plongeant dans la psyché de sa consoeur, figure oubliée de l'histoire, maître Julia Minkowski déploie avec maestria sa plume de romancière dans un premier texte puissant et vibrant.
Disponible en version numérique
Découvrez l'avis complet de @MAPATOU 

 

 

La nièce du taxidermistede Khadja Delaval

 

8_9782702185803_1_75.jpgÇa s'est passé quatre fois. Ou peut-être une seule. Ça dépend de la manière de compter.
Comme chaque année, Baya, ses sœurs et une ribambelle de cousins passent leurs grandes vacances à Hammamet. C'est pour elle l'été de tous les bouleversements. Véritable défi à la modération, cette famille est un univers où il est à la fois drôle, attachant et dangereux de naviguer. Les luttes de pouvoir s'exercent, y compris entre les enfants, dans l'indifférence totale des adultes. Sous le joug de cousins plus âgés, Baya vit des moments d'autant plus douloureux qu'en l'absence de sa mère elle ne peut se confier à personne.
Trébuchant mais découvrant aussi sa propre force, Baya va traverser cette mer de difficultés, d'injonctions silencieuses et de tabous transmis de génération en génération, et en sortir en tous points grandie.
Roman initiatique, La Nièce du taxidermiste nous offre une puissante et tendre évocation de ce qui attend les femmes dans la grande aventure de leur corps et de leur identité.
Disponible en version numérique
Découvrez l'avis complet de @clo73 

 

 

La fille aux plumes de poussièrede Nicolas Garma-Berman

 

74_9782714498366_1_75.jpgDans son atelier des bords de Seine, Eva, une taxidermiste, doit honorer une commande un peu spéciale: un hamster-lion. C'est une chose rassurante, les problèmes sans solution. On sait ce qu'il faut en faire : les remettre à plus tard. Même si Eva se doute bien que cela va lui causer un déluge d'ennuis. Doit-elle abandonner lâchement et affronter les remontrances de sa cliente ? La lâcheté l'attire, mais elle implique un courage dans l'affrontement dont Eva ne saurait faire preuve. La jeune femme qui a passé sa vie à enfouir ses souvenirs va ainsi se lancer dans une drôle de quête. Entourée d'une ronde de personnages particulièrement attachants, dont Voisin, son voisin, et Nathalie, l'épicière fan de Buddy Guy, la voilà partie pour remonter le temps et, peut-être, trouver sa place.
Découvrez l'avis complet de @montagne85 

 

 

Mourir avant que d apparaîtrede Rémi David

 

8_9782072967108_1_75.jpgLorsque Jean Genet rencontre Abdallah, qui sera un jour la figure centrale de son magnifique texte Le Funambule, le jeune homme a dix-huit ans à peine et vit à Paris. Genet, à quarante-quatre ans, est déjà un écrivain consacré. Il est aussitôt ébloui par le charme de cet acrobate, qui a travaillé plusieurs années au cirque Pinder. Il entreprend le projet fou de le hisser jusqu'à la gloire : son agilité, son expérience du cirque devraient lui permettre de devenir un artiste hors pair.
Mais comment, après la chute, demeurer le funambule qui danse dans la lumière, le prodige que le poète a forgé de ses mains ?

 

 

 

En sallede Claire Baglin

 

13_9782707347985_1_75.jpgDans un menu enfant, on trouve un burger bien emballé, des frites, une boisson, des sauces, un jouet, le rêve. Et puis, quelques années plus tard, on prépare les commandes au drive, on passe le chiffon sur les tables, on obéit aux manageurs : on travaille au fastfood.
En deux récits alternés, la narratrice d'En salle raconte cet écart. D'un côté, une enfance marquée par la figure d'un père ouvrier. De l'autre, ses vingt ans dans un fastfood, où elle rencontre la répétition des gestes, le corps mis à l'épreuve, le vide, l'aliénation.
Découvrez l'avis complet de @IsaPouteau 

 

 

 

Eleftheriade Murielle Szac
18_9782490155545_1_75.jpg1940, au nord de la Crète. La communauté juive célèbre Rosh Hashana. Rebecca écoute les commérages sur le futur mariage de Stella. On s'interroge aussi sur la guerre qui a commencé en Europe. Metaxas, le dictateur au pouvoir à Athènes, saura-t-il résister à Mussolini et à son allié, Hitler ? Bientôt, le bateau de Nikos, le Tanaïs, est réquisitionné par l'armée grecque. Malgré la menace, la vie continue...
Jusqu'au matin du 20 mai 1941, lorsque le IIIe Reich lance sur la Crète une invasion aéroportée. Faut-il fuir ou rester ? C'est l'heure de savoir si l'on est libre de choisir son destin.
Découvrez l'avis complet de @spitfire89 

 

 

 

Vivantesde Françoise Colley
11_9782080254931_1_75.jpgElle a passé son enfance et son adolescence dans une ville ouvrière à la frontière allemande. Sa mère a eu dix enfants. Six d'un Juif autrichien et quatre d'un Algérien. Elle est la fille de l'Algérien mais porte le nom du Juif. Vive, intelligente, rebelle, rien ne l'arrête. Ni la pauvreté, ni la triste médiocrité des vies dévastées qui l'entourent, ni les événements horribles qu'elle doit affronter. Elle s'accroche à sa fratrie, aux rencontres heureuses, à cette chaleur que diffuse la solidarité des classes populaires, et surtout à sa mère, cette femme extraordinaire dotée d'un étonnant courage et d'une sagesse étrange, à qui elle voue une véritable vénération. L'auteure nous livre ici le récit abrupt et sans concession d'une jeune vie saisissante, plongée dans la France des Trente Glorieuses. Un premier roman. Un livre rare.

 

Alors, quelle sera votre prochaine lecture ?
10 Commentaires