La carte et le Territoire - Michel Houellebecq
Non applicable
Ne croyez pas tout ce qu'on vous dit ! La carte et le territoire, le nouveau roman de Michel Houellebecq n'est pas un bon livre : c'est une oeuvre exceptionnelle, sans doute supérieure encore aux "Particules Élémentaires". Ce n'est pas un roman sur l'art moderne, c'est un roman qui utilise le prisme de l'art contemporain pour éclairer notre société toute entière, et ses travers matérialistes. Ce n'est pas un thriller, même si il décrit un meurtre particulièrement atroce et qu’il a toutes les qualités d’un « page turner ». Ce n'est pas un catalogue, même si les performances des voitures y sont soigneusement détaillées : cette approche clinique des objets de consommation les plus courants (une voiture, un chauffe eau)  renforce le discours de l’auteur et nous renvoie à nos misérables désirs de consommation, à nos frustrations, mais aussi à nos satisfaction bien matérielles. Avec une lucidité extrême et un point de vue original, distancié, désabusé mais pas nécessairement pessimiste, le romancier dépeint nos existences médiocres parfois ensoleillées par de brèves rencontres. Ce n’est pas un livre difficile à lire, il est même passionnant ! Mais c’est un livre dangereux : risque d’addiction, effets secondaires possibles et probable rejet de tout autre forme de littérature. Vous êtes prévenus Retrouvez ce livre sur www.cultura.com Plus d'informations sur Michel Houellebecq : L'association des amis de Michel Houellebecq

Houellebecq-La-carte-et-le-territoire.jpg
4 Commentaires
Non applicable
Perché sur un pan totalement romanesque, un écrivain-bulle Houellebecq continue de se donner la sainte apparence d'un défenseur des mal lotis. Il y a toujours pire que nous! C'est bien vrai, ça, mon bon monsieur! Mais un doute le taraude qu'il conjure, impérial: je ne suis pas un réactionnaire, car je ne crois pas au retour possible d'un passé révolu. Mais depuis quand une définition aussi définitive, en apparence, a-t-elle valeur absolue? S'il y a matière à dévoiler quelque figure réactionnaire, il me semble qu'elle se dissimule avant tout dans le calme d'une unité, qui se figure proprement extérieure au monde, quand bien même, cette figure, pour se grandir et étendre ainsi son domaine, comme la terre vue du ciel, se donnerait à voir en lutte avec elle-même. Et donc, cet extérieur, s'il peut évidemment se conjuguer au passé, car il faut bien qu'il se raccroche à quelque chose, après avoir exilé le monde, peut, de la manière manière et pour la même raison, flirter avec le présent ou s'élancer en direction du futur. Les réactionnaires aussi, qui ont toujours su pratiquer l'art de la distanciation, savent évoluer avec leur temps. Cela dit, abstraction faite de la sacrosainte écriture! La critique voulait être totale, cette fois, elle l'est!
Non applicable
Comment se faire appeler Arthur? La sagesse est la sottise très-élevée d'une minorité qui s'adresse, pour du beurre, à une immense majorité et même s'en félicite, généralement sous forme d'auto-citations, pour la plupart empruntées, qu'elle nomme des « aphorismes ». Il y a bien une vie heureuse, qui demeure raide et immobile. Comme un lot de consolation, en échange de ces fuites calculées. La terre, en effet, étant peuplée d'imbéciles, quelques-uns au moins sont heureux. Mais tous ne sont pas férus de démonologie bonne et méfiants à l'endroit de Desdémone, non! Cet endroit, dit-on, soit dit en passant, met le monde à l'envers, pire même, le satellise. Mais nombreux sont ceux, parmi ces quelques-uns, qui ont, sur le sujet, le même avis que la masse sus-citée, pensant que la chose n'est pas si terrible, au fond! Car, parmi ces quelques-uns, peu sont de langue allemande. Et peut-être seulement un de ces peu, après 45, a considéré qu'il était heureux qu'il fut philosophe. J'en vois plusieurs et d'avantage qui restent de marbre. La beauté particulière, qui est la leur et seulement la leur, ne doit rien à l'arraisonnement de la nature par le botox. Reste une question: être heureux d'avoir réussi sa vie empêche-t-il d'avoir le sens de l'humour? N'étant pas philosophe, je laisse cette question en suspens et au-dessus de qui veut s'interroger sur le sens du bonheur.
Non applicable
[...] Il était le favori. Par trois déjà le prix Goncourt lui avait échappé. Enfin, Michel Houellebecq se voit remettre le prix Goncourt 2010 pour son roman : La Carte et le Territoire édité par Flammarion. Retrouvez la chronique de l’ouvrage ici [...]
Non applicable
Ce roman ne m'a pas passionné, je l'ai trouvé longuet, creux, et pas tellement bien écrit. Quelle déception.