La grande bleue - Nathalie Démoulin
Team Cultura

 Marie, l’héroïne du dernier roman de Nathalie Démoulin, n’est pas quand encore majeure quand elle découvre l’amour au bras d’un jeune bucheron se prénommant Michel. Tout s’enchaîne très vite, trop peut-être. Elle est encore lycéenne quand elle tombe enceinte et se marie dans la foulée. Marie entre dans le tourbillon de la vie sans qu’elle le décide vraiment. Elle aspire en secret à une autre vie que celle qui lui est destinée. Elle ne veut pas reproduire le même schéma que celui subit par sa mère. Pourtant, à vingt ans, elle a déjà deux enfants, elle semble installée bien malgré elle dans un destin inéluctable. Nous sommes en 1967, et la France va connaître des grands bouleversements qui pourraient permettre à Marie de s’affranchir.  Nathalie Démoulin nous brosse un portrait de la France de la fin des années 60 et du début des 70’s avec une grande justesse, sans tomber dans la fascination béate et simpliste de cette période. C’est le moment propice des grandes espérances, des utopies et de la crise qui guette. On suit avec beaucoup d’intérêt la condition des femmes au sein de la classe ouvrière dans l’usine Peugeot où Marie travaille mais aussi en arrière fond la grève chez LIP qui défraye la chronique avec cette idée d’une usine participative où tous les dividendes seraient partagés de manière équitable. Notre auteur alterne avec beaucoup de sensibilité le récit intime de Marie et de sa famille, notamment son frère Ivan qui, sans qu’il n’y paraisse, est un personnage très important influençant les choix de sa sœur, lui qui semble à jamais affecté par la guerre d’Algérie. La grande bleue est en quelque sorte un grand roman social. David - Cultura Chambray-les-Tours. La grande bleue -  Nathalie Démoulin - Edition du Rouergue



La-grande-bleue-Nathalie-Démoulin.jpg