Le Barbaresque – Olivier Weber
Non applicable
Olivier Weber est écrivain mais pas seulement : universitaire, diplomate, grand reporter, il a parcouru le monde, connu la prison et combat aujourd’hui, dans le cadre de sa mission d’ambassadeur itinérant, la traite des êtres humains. La barbarie de notre époque, il la connaît donc bien. Dans Le barbaresque, ce sont les barbares d’une autre époque qu’il fait revivre. Le roman ancré dans une réalité historique se déroule en 1575. Le héros, Miguel de Cervantès (un autre écrivain voyageur), exilé de son Espagne natale à la suite d’un duel qui a mal tourné se retrouve engagé dans l’armée de l’empereur d’Autriche dans la guerre contre les Turcs. De retour vers l’Espagne après avoir réchappé de justesse de la sanglante bataille de Lépante qui a vu la défaite des Turcs, il est capturé avec son frère Rodrigo, par les pirates d’Alger. Alors qu’il s’attend à être réduit en esclavage, voire tué, son statu de héros de guerre lui permet de bénéficier d’une détention allégée qui lui laisse le loisir de parcourir la ville et ses environs. Très vite,  Miguel et son frère Rodrigo découvrent la ville d’Alger : cosmopolite, grouillante, lumineuse, riche et dangereuse, très dangereuse pour un homme qui a beaucoup d’ennemis. Certes, la ville vie de rapines et de piraterie mais les captifs chrétien, les commerçants juifs, les pirates eux-mêmes entretiennent une économie florissante : commerce de matière premières, d’or, d’argent, de pierres précieuses, de produits agricoles. L’activité économique florissante est servie par les allers-retours des moines qui viennent d’Espagne racheter les captifs. L’émerveillement que provoque la ville vient atténuer la douleur de la captivité. Et puis à Alger, Miguel trouve autre chose : l’amour. Le barbaresque à donc tout du roman épique : l’aventure, les duels, l’esprit chevaleresque, la passion. C’est du plaisir d’un bout à l’autre. On commence le livre et on ne le lâche plus jusqu’à la dernière page. On en sort tout chaviré et pas seulement à cause des bateaux. On a changé d’époque, de rivage, de monde. C’est tout le pouvoir des excellents romans. Le Barbaresque – Olivier Weber – Flammarion - 20€

Le-Barbaresque-–-Olivier-Weber.jpg
6 Commentaires
Non applicable
Superbe roman sur les deux rives de la Méditerranée. On y croise des pirates, Cervantès, de belles femmes, des comploteurs. Le futur auteur de Don Quichotte est un hidalgo captif des Barbaresques. Pour survivre, il vit l'amour et rêve d'entente entre les deux mondes, par-delà le mal, par-delà le fanatisme. Belle parabole sur la révolte des âmes, la liberté de l'être et la concorde des religions du Livre. On ne peut plus d'actualité. Pascal Rambaud
Non applicable
**** On ne connaissait pas ou peu cet épisode de la vie de Cervantès. Voilà qu'Olivier Weber, écrivain et grand reporter, nous plonge dans les péripéties maritimes du futur auteur de Don Quichotte: enlevé en Méditerranée par les pirates barbaresques, il séjourne cinq ans à Alger. Cinq ans d'enfer? Non pas, plutôt une semi-liberté, un séjour dans une prison dorée où Miguel de Cervantès découvre des palais, rencontre des chrétiens convertis à l'islam, croise des juifs négociants, des galériens et des nobles qui partagent le même exil. Cervantès va connaître l'amour, et les intrigues de sérail aussi. Un roman qui nous emporte dans un islam d'or. Une belle plume au service d'un grand roman d'aventures, d'embruns et de passions. Jérôme Pennac
Non applicable
Islam d'or !!! sous réserve - grande époque des marchands d'esclaves, une autre époque sûrement; mais de l'histoire aussi.. Olivier WEBER sur europe 1 a très très bien situé l'époque historique de cette histoire. Mais en soulignant bien, les lacunes "Pirates" et "esclavages" dont CERVANTES a souffert (et pas seul) ......... un beau et bon livre qui donne a réfléchir
Non applicable
Excellent roman. Le Prix Amerigo Vespucci et le Prix Kessel sont largement mérités. Jacqueline Maillot, L'Ouest liitéraire
Non applicable
Un très beau roman de passion, d'aventure et d'apprentissage. Où l'on découvre un autre Cervantès, hidalgo captif des garde-chiourmes d'Alger, et terriblement épris de la fille d'un dignitaire turc. Un roman plein d'audace et de charme de l'écrivain-voyageur et aventurier Olivier Weber. Laurent Godemaux
Non applicable
Quelle belle épopée! Pas étonnant que ce livre ait eu le Prix Amerigo Vespucci. Le Barbaresque est un roman d'écume et d'amour, de passions et de sabres, où l'on découvre un autre Cervantès. Romancier et grand reporter, habitué des maquis et correspondant de guerre, Olivier Weber a le talent d'un Kessel ou d'un Hemingway qui auraient vu trop de drames. A lire d'urgence pour ceux qui ont soif d'aventures et de d'horizons. Marie Ventoux, La République des lettres