Max de Sarah Cohen - Scali
Non applicable
Résumé de l’éditeur : « En 1936 à Steinhöring, en Bavière, dans le premier foyer du programme "Lebensborn", initié par les services de Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis y mettent au monde les représentants de la race aryenne, dans l'optique de créer une jeunesse exemplaire, destinée à régénérer l'Allemagne, puis l'Europe occupée par le Reich. Max, un bébé qui s'apprête à naître, déjà nourri de la doctrine nazie dans le ventre de sa mère, tient absolument à voir le jour le 20 avril, date anniversaire du Führer, afin d'être un prototype parfait. Il grandit sans affection, sans tendresse, sans maman, selon les critères d'éducation de la doctrine nazie. A Kalish, en Pologne, dans une "école" où sont germanisés des enfants kidnappés, il rencontre Lukas, un jeune juif polonais rebelle, qui présente tous les critères physiques de la race aryenne. Max se prend d'amitié pour lui. C'est la première fois qu'il s'attache à quelqu'un. A partir de cet instant, ses croyances nazies vont être sérieusement ébranlées... Une fable historique fascinante et dérangeante sur un sujet trop méconnu: le Lebensborn. » On fait connaissance de Max, alors qu’il est encore dans le ventre de sa mère, prêt à naitre, mais déjà conscient du fait qu’il est quelqu'un d’exceptionnel… Il est « l’enfant » de Führer, celui qui va naitre comme premier parmi  des milliers qui vont suivre, des nourrissons conçus dans la violence pour la plupart, élevés sans les parents, endoctrinés de la naissance… On suit la croissance de Max pendant neuf ans, au début on déteste ses propos racistes, remplis d’admiration pour Hitler. Après on passe par tout un éventail des sentiments contradictoires, qui suivent tout simplement l’évolution de la conscience de Max, suite à tout ce qu’il voit et entend (vu qu’il est loin d’être bête), surtout après sa rencontre avec Lucas, juif, qui n’a aucune ressemblance avec LE juif présenté à Max dans ses cours de biologie (eh oui comme un animal nuisible). J’ai eu du mal avec le langage de Max, on dirait un adulte qui parle, mais rapidement on s’habitue. Je ne sais pas si on peut l’aimer, Max, mais finalement on s’y attache, et on veut qu’il arrive à y voir clair… Une lecture forte, difficile, une lecture choc dont on ne sort pas indemne… Finalement on a envie de le secouer et de l’adopter, malgré ses propos, et surtout malgré la couverture du livre qui  risque de ne pas d’attirer beaucoup de monde. Lisez ce livre, il le mérite vraiment ! Auteur : Sarah Cohen- Scali est née en 1958, au Maroc. Elle écrit des romans policiers et fantastiques pour les petits, les adolescents et les adultes. Retrouvez ce livres dans les librairies Cultura et sur le site http://www.cultura.com/ Publié également sur le blog: http://www.livres-de-dorot.fr

Max-Gallimard.jpg
1 Commentaire
Non applicable
Je suis tout à fai td'accord ! C'est un des rares livres qui m'a fait passée par toutes les émotions, et pour ça je suis reconnaissante à Sarah Cohen-Scali pour toutes ses recherches. C'EST pourtant un livre trop méconnu !