Nouvel an chinois de Koffi Kwahulé éd. Zulma
Libraire Cultura
Ezéchiel est un jeune garçon de seize ans livré à lui même depuis la mort accidentelle de son père. Depuis cet événement funeste notre adolescent a abandonné l'école et il s'imprègne des paroles de la Bible, découvre son corps... Sa mère continue inlassablement de ce rendre à un travail fantôme, et sa soeur a pris la fuite vers le sud pour tenter de vivre sa vie. Avec cette dernière il continue de correspondre en lui envoyant des lettres sur son quotidien, avec une tonalité pointant parfois un ton de reproche. Dans le quartier où il habite avec sa mère, il y a une forte communauté chinoise qui d'ailleurs se prépare à fêter le nouvel an. Or le quotidien du quartier est troublé par l'irruption d'un étrange type, digne héritier d'un ensemble d'immeubles, un homme qui vocifère des propos racistes et nauséabonds à l'encontre de la communauté chinoise. Notre énergumène, se nommant Demontfaucon, mais affublé du sobriquet de Nosferatu par Ezéchiel tente de semer une haine viscérale en prenant une stature de prédicateur en appelant les autres habitants du quartiers à venir l'écouter. Au même moment Ezéchiel rencontre Melsa Coën, sa dentiste qui lui propose un drôle de marché...

C'est un livre atypique tant par son intrigue que par son écriture. Un roman inclassable, à l'humour noir, une sorte de roman d'apprentissage où nous allons suivre ce jeune garçon à l'orée de l'âge adulte, se découvrir, se reconstruire, apprenant à canaliser ses émotions entre ses différents désirs de tuer, d'aimer et en même temps nous avons un roman qui nous donne à lire des situations complétement décalées, loufoques. C'est une écriture qui fait preuve d'imagination, on lit des passages où le rêve n'a plus de limite, l'oralité prend toute son ampleur et tout son sens.  



nouvelanchinoisplat1-l-572114.jpg