Samuel Benchetrit - Reviens
Expert BD

reviens benchetrit.jpeg

 

Il y a certains livres qui, tout innocents qu’ils paraissent, sont le meilleur réconfort que l’on puisse espérer ; de ceux que l’on chérit et auxquels on garde une tendresse particulière après les avoir lus, parce qu’ils ont eux-mêmes été un baume à la fatigue ou à la morosité, à un moment où l’on en avait besoin.

Les jours raccourcissent, la pluie bat le carreau, vous ouvrez le roman de Samuel Benchetrit, et là, quelle surprise ! Très vite vous êtes happés par la petite musique qui s’échappe des pages, à la fois humoristique et douce, vous êtes tout émus, et vous vous dites « mais comment se fait-il que personne ne m’ait dit, qu’on n’en ait pas davantage parlé ? »

Alors c’est votre chance ; on vous en parle, quelques minutes, pour vous donner envie de l’ouvrir à votre tour.

 

« Reviens » c’est l’appel d’un papa pudique, un peu au désespoir de réaliser combien son fils a grandi, écrivain de son état (même si au point mort niveau inspiration), et aux prises avec une habitude certaine à la procrastination, sans compter son éternelle étourderie et sa timidité. Plus attachant comme personnage, on fait assez difficilement, je vous aurai prévenus !

Sur le papier on se dit que rien d’exceptionnel ne semble pouvoir sortir de cette lecture, rien que l’on n’ait déjà lu, et pourtant : une petite voix, la mienne, vous encourage à passer outre et à essayer Smiley clignant de l'œil

Difficile de rendre à quel point on se prend d’emblée d’affection pour cet anti-héros des temps modernes, à qui tout arrive... et surtout le plus improbable ! Se refusant à empêcher son fils de vivre sa vie, il a laissé ce dernier prendre le large pour un temps indéterminé ; après l’avoir encouragé à lire les grands auteurs vagabonds, difficile de lui interdire l’accès aux grands espaces. Séparé de sa femme depuis un certain nombre d'années déjà, cela donne lieu à quelques dialogues savoureux, dans lesquels perce toujours une forme de sensibilité et de maladresse, qui semblent être ses marques de fabrique.

Dans l’éventail des aventures que vous promet l’auteur : un passage en maison de retraite (décalé juste ce qu'il faut) et une rencontre inattendue, de celles que l’on pourrait dire hyper romantiques - dans des conditions pourtant totalement farfelues !

Si vous êtes un peu émotifs, gare aux dernières pages, elles sont redoutables ♥

Peut-être d’ailleurs aurez vous déjà craqué bien avant, mais le bonheur de cette lecture, c’est que jamais l’on ne pleure de tristesse. C’est le tour de force de ce texte : si vous versez une petite larme, c’est toujours parce que vous trouvez ça beau, et non parce qu’un drame se joue qui vous bouleverse (voire que vous riez tant que vous en pleurez, le rire finissant par appeler son contraire).

 

Un roman parfait pour l'automne et l'hiver à venir; à offrir aussi !

 

A retrouver ici ou dans votre magasin Cultura le plus proche.

 

1 Commentaire
Community Manager

@CamilleDLaTeste merci tu me donnes envie de le lire, on sent que tu t'es beaucoup attachée à ce "anti-héros des temps modernes".