Comité de lecture de l'auto-édition

RÉSOLU

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

@catimini n'hésitez pas à relancer @Camille-c  par mail ou ici, car moi-même je n'avais pas reçu la sélection, mais quand je l'ai signalé sur ce blog, Camille l'a vu et a pu me le renvoyer. Je les ai désormais bien réceptionné et vais les commencer dans la semaine.

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

Bonjour, je fais partie du comité de lecture depuis octobre avec grand plaisir et j'ai participé aux commentaires sur les 5 livres. Je n'ai pas encore reçu la sélection de novembre, est-ce normal, y-a-t-il un problème? Merci de me tenir au courant.

Je repose ma question puisque malgré les mails et coups de téléphone non aboutis je ne reçois aucune réponse. Suite au conseil sur le forum j'ai également envoyé un message privé . 

Je suis bien déçue de voir que je n'arrive pas à contacter quelqu'un.

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

Bonjour à toutes et à tous, 

 

J'espère que les lectures du mois de novembre vous plaisent ! A titre informatif, je clôturerai les notes le lundi 09 décembre, je vous conseille de remplir vos dernières fiches de lecture la veille au soir pour ne pas avoir de déception Smiley heureux Merci beaucoup, à très vite !

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

Bonjour,

 

Moi j'ai fait mon retour hier sur "ça n'arrive qu'aux autres" et j'ai vraiment beaucoup aimé un témoignage poignant et émouvant.

J'ai commencé "des ombres et des anges"

 

bonne journée à tous

Avis de lectures de la sélection du mois de novembre

Bonjour à tous,
Voici mes 5 avis de lecture pour les livres de la sélection de novembre.

 

La traverseuse :

Frontières...
C’est le récit d’un homme et d’une femme qui entreprennent de traverser une frontière à une époque et en un lieu indéterminés.
Une traversée difficile, chaotique, qui les réduit à l'état de « spectres, fuyant ce qu'ils étaient pour aller vers ce nulle part qui ne les attend pas ».
Une traversée qui les questionne, qui nous questionne : « partir par désespoir d'aujourd'hui ou par espoir de demain ? ». On s'interrogera alors sur les limites, les territoires, les frontières. Le dedans, le dehors. L'ailleurs.
La traversée, loin d'être de tout repos, laissera des traces indélébiles chez chacun des protagonistes et sur leur descendance.
L'auteure l'explique sur son blog, elle a voulu écrire l'histoire romancée de la fuite de ses parents hors de leur pays d'origine, qui ont tout laissé derrière eux. Elle souhaitait décrire "la violence ordinaire – presque banale – subie par tous ceux au monde, qui font la même démarche un jour".
Même si certaines parties (celle de la petite fille) m'ont parues trop suggestives, trop évasives, j'ai aimé ce récit qui m'a interpellé sur un sujet terriblement d'actualité.

ça n'arrive qu'aux autres (ou presque) :

Un récit de vie.
À la lecture du titre, j'avais très peur que ce soit un feel-good, et je ne lis quasiment jamais ce genre de roman, il en faut pour tous les goûts mais j'avoue que ce n'est pas le mien.
Mais en fait, cela n'a rien à voir. Ceci n'est pas un roman. C'est un témoignage, un récit de vie.
Daphnée a eu un accident de voiture et elle raconte toute sa période d'hospitalisation et de rééducation suite à cet événement tragique.
Si le style d'écriture est classique, il n'en recèle pas moins une véritable personnalité, battante et étonnamment courageuse dans une épreuve comme celle-là. A la lecture de ce genre d'événements, on se demande toujours comment on réagirait à la place de la victime.
Quelques longueurs dans le texte (hospitalisation décrite jour par jour), mais qui sont le reflet de la patience que l'auteure a dû entretenir tour au long de ce fastidieux parcours.
Petit regret : j'aurais aimé en savoir plus sur la vie "après".

Agathe :

Une disparition...
Pauline Jung a de l'idée ! C'est indéniable.
Le scénario de ce roman est très bien ficelé et intelligent : c'est l'idée d'un bébé qui est enlevé quelques jours après sa naissance, à son domicile. Il sera retrouvé quelques jours plus tard, devant le commissariat. Seulement voilà, entre temps, ses parents sont décédés dans l'incendie de leur maison...
20 ans plus tard, certaines personnes ont décidé de faire le jour sur cette affaire...
Le postulat de départ est donc assez déroutant : en général, quand il y a une disparition d'enfant, il n'y a pas réapparition quelques jours plus tard. Que s'est-il donc passé dans la tête du/des ravisseurs ?? Et pourquoi cette histoire n'est-elle pas réellement terminée 20 ans après ?
Le fond est très bon, donc. La forme pêche un peu plus. On manque parfois de précisions, mais aussi de consistance et de finesse pour apporter de nouveaux éléments. Lors du cliffhanger, j'ai trouvé la forme un peu défaillante.
En conclusion, une auteure qui a de grandes idées, un talent très prometteur qu'il faudra affiner, ciseler, pour gagner en épaisseur littéraire. A suivre !!


Des ombres & des anges :

Le poids de l'histoire familiale.
Deux histoires, deux Louise. Une même famille. A quelques générations d'écarts.
Suite à la perte de son bébé, Louise, en pleine crise de couple, prend la décision de consulter une thérapeute.
Ces séances d'introspection vont l'amener à déterrer le passé et découvrira véritable histoire de son aïeule Louise Gallo.
Le postulat de départ est très bon et l'écriture est facile et dépliée. Malheureusement je n'ai pas été happée par tous les arguments développés par l'auteure.
Si j'ai adoré l' histoire de Louise Gallo, qui se déroule en Bretagne puis sur la Côte d'Azur durant la seconde guerre mondiale (vous le savez maintenant, j'adore les romans historiques), qui parle d'actes de résistance notamment, je n'ai pas du tout adhéré aux énormes ficelles qui relient les choix de vie de Louise (actuelle) à sa grand-mère.
Quel dommage !
Une lecture agréable mais qui ne me restera sûrement pas longtemps en mémoire...

 

Attendre Anna : 

💓 Alerte coup de cœur ! 💓
C'est l'histoire d'un homme et d'une femme. Et puis d'un amant. Il en faut du culot pour oser s'attaquer à la plus vieille histoire du monde !
Mais Virginie Ducay relève le défi haut la main.
Tout commence par cette scène (et quelle scène !!) qui nous happe en quelques lignes : une grève, des dunes, un corps, un sac à main.
Et puis c'est Paul, l'amant, que nous suivons dans les rues portugaises. Il s'est enfui quand Anna l'a quitté. Paul est perdu. Paul rêve et ressasse. Paul attend Anna. Indéfiniment.
De son écriture magnifique, l'auteure équilibre avec grâce la voix des trois protagonistes dans un triangle amoureux si dangereux, toujours sur le fil du rasoir... L'atmosphère orageuse maintient un niveau de tensions sans aucun répit.
On se questionne : tout cela est-il bien raisonnable ? Quelles sont les limites à ne pas franchir ? Et puis on se requestionne : mais faut-il vraiment être raisonnable ?
Quelle écriture, quelle poésie, quelle beauté ! Un talent inouï pour un roman qui se termine en apothéose, laissant le lecteur pantois, chancelant, seul face à ce drame dont on ne ressors pas indemne.
Cette critique ne sera jamais à la hauteur de ce que j'ai pu ressentir à la lecture de ce bijou, je ne trouve pas mes mots. Alors je vais résumer tout cela très simplement : lisez Virginie Ducay ! Une auteure à suivre immanquablement !!



Et vous alors, des coups de coeur ?


@Camille-c pourrez-vous me confirmer ici ou par mail que vous avez bien reçu mes avis via le questionnaire ? J'ai l'impression qu'il y a eu un beug et que la partie détaillée des avis est partie incomplète... Merci par avance.

Belle soirée à tous !

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

Bonjour @Camille-c,

Y a t- il une sélection en décembre ? 

Bonne journée à tous

Re: Comité de lecture de l'auto-édition


@charlottte  a écrit :

Bonjour @Camille-c,

Y a t- il une sélection en décembre ? 

Bonne journée à tous


Je crois qu'elle reprenait aujourd'hui (il me semble qu'elle était absente fin novembre). On aura sûrement (j'espère) de ses nouvelles cette semaine ! Smiley heureux

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

@Books_Travels très chouettes avis. Je n'arrive pas à détailler autant pour ma part :-(

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

Bonjour Mesdames !! En effet je suis de retour Smiley heureux Vous avez bien reçu la sélection de décembre ? 

Re: Comité de lecture de l'auto-édition

visuel-la sélection du mois-décembre.jpg

Je m'appelais JaneLola habite à Cannes. Elle est biographe. Son rôle ? Prêter sa plume aux autres pour les aider à écrire leur vie. Elle se perd avec eux dans les méandres de leurs souvenirs, puis elle couche sur le papier ces fragments de vie ressuscités. Chaque aventure ne la laisse pas indemne, elle le sait. Mais lorsqu'elle accepte de rédiger la biographie de la baronne Jeanne de Beaumond, elle est loin d'imaginer ce qui l'attend. En aidant sa cliente à se libérer d’un lourd secret, Lola va se laisser emporter dans un tourbillon de révélations, de rencontres et d’émotions qui la mèneront du soleil de la Côte d’Azur jusqu'à celui, brûlant, de la République dominicaine. Emmenant dans son sillage son amie Lise, sa mère Bianca, et sa truculente grand-mère Abuelita, elle découvrira qu’une vie peut en cacher une autre. Elle sentira son cœur vibrer alors qu'elle le croyait brisé. Elle croisera des parcours de vie qui feront écho au sien et qui la mèneront, peut-être, jusqu’à celui qu’elle n’a jamais osé chercher…

 

Traverser les orages : « Vous voyez quand on se dit que ça ne pourra jamais être pire ? lorsque le mauvais sort s’acharne et que la poisse et l’adversité ont décidé de venir s’installer en colocation chez vous ?  Voilà à quoi ressemble ma vie en ce moment. »  Liv rentre en première. L’année de ses seize ans, une année qui sera celle de tous les bouleversements.  Heureusement, pour affronter la tempête, elle a ses armes secrètes : Margot, Max, Lisa et Rodolphe.  Bien plus que des amis, sa confrérie… 

 

Les maux de Pandore : Une série de crimes sordides ensanglante plusieurs départements de l’Est de la France. Des soldats sont assassinés par un tueur au comportement psychotique déstabilisant. Chargée de l’enquête, la gendarmerie nationale engage des moyens inédits dans une traque macabre et impitoyable. Pourtant, rien ne la préparait à affronter une telle exception dans l’histoire criminelle française. Entre erreur judiciaire et envers du décor, le lieutenant Thierry Massilon et Ayala la journaliste devront plonger dans les tréfonds de leur âme et se confronter aux pires des déviances. Un thriller psychologique haletant qui mélange les sentiments humains et bouleverse tous les repères.

 

Passe à ton voisin : Et vous, connaissez-vous vos voisins ? Comme tous les ans au printemps, une fête des voisins est organisée dans la cour d’immeuble du 8 rue Mary Cassatt. Chacun apporte plat ou boisson à partager et tous se retrouvent pour évoquer le quartier, se plaindre des incivilités ou échanger des potins. Cinq étages au-dessus de la fête, Max, la cinquantaine déprimée, deux ans d’immeuble, a décidé d’en finir avec sa vie. Il est sauvé in extremis par Manon, sa voisine du sixième, qui l’entraine au dîner. Entre deux bouchées de quiche et une gorgée de jus de mangue bio, on s’interroge sur l’absence de Clémentine, trente ans d’immeuble, qui a toujours été le pilier de la fête. Max s’éclipse en prétendant partir à sa recherche, mais Manon veille et le suit à la trace. La nuit est tombée lorsqu’ils retrouvent leur voisine dans le square où elle nourrit habituellement les pigeons. Assise sur un banc, elle attend, absente, inquiète et désarmée. En la ramenant chez elle, ses deux voisins constatent les dégâts, bien plus importants qu’elle ne veut bien l’avouer. Au sein de l’immeuble, une garde alternée se met en place pour la protéger. Clémentine est pourtant formelle : tout va bien, tant que nul ne regarde dans le tiroir de sa table de nuit. En s’inscrivant dans cette chaîne solidaire, Max va découvrir à quel point ces voisins qu’il ignorait depuis toujours vont pourtant insuffler un nouvel élan à sa vie.

 

Un coeur pur : À l'aube de ses soixante-dix ans, Etienne Landais, homme solitaire, simple et discret, succombe à une attaque. Sam, voisin de vingt ans son cadet, est en charge de vider et de vendre sa maison. S'acquitter de sa tâche entraîne Sam dans l'univers intime de son aîné. Fidèle à son engagement, il commence à pousser les portes, à sonder l'ombre et les recoins. Le défunt laissait croire avoir parcouru en ligne droite la seule vingtaine de kilomètres qui sépare sa ferme natale de Nantes, où il était installé. De rencontres en découvertes, Sam va retracer sa trajectoire singulière, depuis les temps incertains et hésitants de l'Occupation jusqu'à notre époque actuelle, un destin propice à l'inspiration pour d'autres.