Derniers mots

Ses derniers instants changèrent à jamais ma vision de la vie, si bien que j’avais l’impression désormais de ne plus voir les choses de la même manière. Je m’étais promise, dès la seconde où elle s’en était allée, de ne plus jamais manquer à cette définition du bonheur.

Chaque être vivant naît, chaque être vivant meurt, c’est ainsi pour tout le monde, c’est le cycle de la vie. Mais il y a des fois où nous aurions voulu un peu plus de temps, il y a des fois où ce cycle paraît bien trop court et nous trouvons injuste de ne pas avoir pu profiter autant que nous le voulions.

Quand j’ai reçu le coup de téléphone m’annonçant que Mamie Jo était à l’hôpital, et qu’elle ne vivrait plus pour très longtemps, j’ai eu envie d’arrêter le temps, j’avais envie de repousser ce moment fatidique encore et toujours plus loin. Elle était la personne la plus sage qu’il puisse être, toujours souriante, elle voulait toujours aider les autres, et semblait pardonner si facilement tout ce l’homme pouvait faire. Depuis ma plus tendre enfance, je ne me rappelle pas l’avoir vue une seule fois en colère, ce qui, pour moi, m’était impossible, étant toujours ravagée par des torrents de sentiments et d’émotions, tant positifs que négatifs. Mais nous ne pouvons pas repousser ce moment indéfiniment.

Ma première réaction fut de me rendre à l’hôpital pour aller la voir. Même si j’en avais l’habitude, je fut tout de même étonnée de la voir encore et toujours aussi souriante. Quand j’arrivai, elle me prit dans ses bras avec le peu de force qui lui restait, et je ne pus m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. Alors, elle pris ma main, et voici ce qu’elle me dit :

« Tu n’as pas besoin de pleurer, tu ne dois pas pleurer. Il ne faut pas être triste de partir, mais content de tout ce dont tu as profité. C’est là le seul mot qui faut avoir en tête : profiter. J’ai profité de chaque seconde de la vie, de chaque seconde en présence des personnes que j’aime, car nous ne nous rappelons jamais à quel point ils sont important pour nous, et nous ne leur montrons jamais assez. Pourquoi être en colère ? Pourquoi râler, quand on peut passer du temps avec des personnes chères ? Il arrive un jour où tout bascule et alors nous regrettons de ne pas avoir fait autrement. Le malheur n’arrive pas qu’aux autres, et bien souvent nous nous en rendons compte trop tard. Profites, montre aux gens que tu les aimes, prends du temps pour faire ce dont tu as envie, ait le courage de te battre pour réaliser tes rêves, car la vie en vaut la peine, et tu n’as rien à y perdre, au contraire, tu pourras partir en te disant que tu ne regrettes rien, en disant que tu as été heureuse. »

Ses derniers mots était de plus en plus faible, presque inaudibles. Elle me regarda en souriant, puis en me serrant la main elle ferma les yeux. Je fondis en larmes.

Ces paroles m’avaient touchées au plus profond de mon être. Je me jurais de ne jamais les oublier, car elles avaient définitivement changé mon état d’esprit. J’avais l’impression d’avoir enfin compris, à mon tour, ce qu’était réellement le bonheur.

0 J'aime