Le Grand Mort - Tome 8

Le Grand Mort - Tome 8

le grand mort 8.jpgLe Grand Mort, tome 8 de Vincent Mallié , Jean-Blaise Djian , Régis Loisel

 

Un monde pour en sauver un autre ? Pour échapper à leurs agresseurs, Pauline et Gaëlle n'ont eu d'autre choix que de se réfugier dans le Petit Monde à l'aide des larmes d'abeille. Dans cet endroit où le temps s'écoule plus lentement, elles font la rencontre de Sombre, le fils qu'Erwan a eu avec la prêtresse hermaphrodite. Alors que Gaëlle se prend d'affection pour le petit, elle le ramène accidentellement avec elle dans le vrai monde. Ici, plusieurs semaines ont passé et les tensions entre Erwan et Blanche sont plus que palpables alors que la catastrophe s'est répandue, que les épidémies se succèdent et que l'humanité, réduite à ses plus bas instincts, semble ne plus en avoir pour longtemps. Se retrouvant sur le même plan d'existence, Blanche et Sombre vont enfin pouvoir se retrouver... Mais quelles seront les conséquences ? Avec ce huitième volume, découvrez la conclusion épique et tant attendue du Grand Mort, série unique en son genre qui mêle avec une virtuosité rare le fantastique au récit post-apocalyptique. Un récit aussi mystérieux qu'ambitieux, miroir des problématiques écologiques et sociales de notre temps, et rendu somptueux par la plume de Vincent Mallié et la palette de François Lapierre.

 

Le Grand Mort de Loisel... une oeuvre unique, portée à bout de bras pendant des années. Ce dernier tome parvient à répondre à l'ensemble des questions posées durant l'aventure des personnages. Le style fin et soigné, accompagné d'une jolie palette de couleurs vient parfaire la complexité de cet univers. On a pris du plaisir du début jusqu'à la fin de les voir évoluer, on s'y attache facilement à ce groupe, et ce dernier tome a donné son lot de surprises et d'angoisse. On ne s'ennuie pas, ce final a un coup de crayon expressif, les couleurs sont enchanteresses, donnant un peu côté apocalyptique dans les moments de tension. Le ton se durcit dans la seconde partie de ce dernier volume, laissant enfin toute la violence et l'agressivité ressortir, c'est à la fois jouissif et inquiétant. Ce balancement, opéré d'un bout à l'autre est ce qui rend le final du Grand Mort aussi efficace, et triste. On laisse de vieux amis derrière soi, voilà l'impression que ça donne.

 

Retrouvez le tome 8 du Grand Mort sur cultura.com

Balises (1)
Cultura Gennevilliers