Le poids de la neige: je m'en irai dormir dans le paradis (enfer?) blanc de Christian Guay-Poliquin

Highlighted

Le poids de la neige: je m'en irai dormir dans le paradis (enfer?) blanc de Christian Guay-Poliquin

Roman singulier, j'ai retrouvé dans Le Poids de la neige cette saveur particulière des histoires atypiques qui resteront en tête, à l'instar de celles qu'écrit Sandrine Collette par exemple (et je comprends donc mieux pourquoi elle en a recommandé la lecture!). Car ce livre est presque un conte teinté de noir qui, loin de se dérouler au pays des merveilles, se confronte à l'univers hostile de l'enfer blanc. 

 

 

IMG_20190423_170947_621.jpg

 

 

Pour les plus cartésiens d'entre vous, un avertissement: il est possible que vous vous sentiez un peu déboussolés. Car l'auteur ne nous apporte aucune réponse ni sur le lieu d'implantation du village enseveli, ni sur l'année ou l'époque de la narration (même si des indices font plutôt penser à une époque contemporaine à la nôtre ou en tout cas pas si lointaine). Et non plus sur le contexte d'isolement, de quasi crise qui semble régner même au-delà des limites du village. Catastrophe climatique? Economique? On peut tout imaginer...
Mais l'histoire ne s'embarrasse pas de repères et d'explications pour se concentrer sur ce qui se joue dans cette maison un peu à l'écart où se déroule un huis clos forcé entre Matthias, vieillard solide et un homme plus jeune dont le nom restera aussi un mystère. Survivant à un accident et rafistolé comme la vétérinaire du village a pu avec les moyens du bord, il se retrouve dépendant et à la merci des "bons soins" de Matthias. 
La cohabitation rendue difficile par leur isolement du reste du monde, le froid, la faim, la vulnérabilité et cette neige qui ne cesse de tomber, il n'y pas pas beaucoup de solutions pour survivre: se soutenir et tenir jusqu'au printemps.

 

L'intégralité de ma chronique est à retrouver ici (sinon y'a une page facebook aussi  où retrouver toutes mes lectures ici Smiley clignant de l'œil )