Viens on le fait - Nicolas Carteron

Viens on le fait - Nicolas Carteron

Superbe découverte !

Quand je lis un roman qui  m’a été recommandé, qui plus est quand je ne connais pas l’auteur, mon premier sentiment est la crainte.

Crainte de décevoir la copine qui ne jure que par ce livre ou par cet écrivain.

Mais la curiosité est plus forte et j’ai donc acheté le dernier roman de Nicolas Carteron.

Le titre en lui-même étant un peu une invitation non ?

Et j’ai bien fait car j’ai a-do-ré.

J’avoue qu’au début la construction m’a surprise. Ce coté aparté avec le lecteur est déstabilisant quand on ne s’y attend pas, mais rapidement on y trouve une certaine addiction et l’envie d’en découvrir plus sur les héros.

Mais il n’y a pas que cela, sans quoi on peut lire en diagonale pour connaître la fin.

Dans « Viens on le fait » , l’écriture est belle, simple, tout en étant riche et agréable. Certains passages sont des arcs en ciel à eux seuls. J’ai beaucoup aimé aussi les clins d’œil à des chansons, des citations etc… L’humour n’est parfois pas loin.

On pourrait croire au début à un roman à l’eau de rose, un homme, une femme, une rencontre ; mais rapidement, on a le souffle qui raccourcit, le cœur qui bat et on se laisse prendre au piège.

L’histoire va crescendo et nous restons en haleine jusqu’à la toute dernière page.

J'ai plus d'une fois été partagée entre l'envie de connaitre la suite et l'envie de faire durer le plaisir, j'ai choisi un compromis et je me suis délectée de quelques chapitres tous les soirs.

En conclusion, je remercie la personne qui m’a fait découvrir cet auteur qui, et ça c’est la cerise sur ce beau gâteau, est une personne accessible qui souhaite connaître le ressenti des ses lecteurs et prend le temps de répondre aux messages.

On ne peut que lui souhaiter une réussite reconnue par le milieu professionnel puisque coté lecteurs il semble bien qu’il ait déjà un bon fan club.

De mon côté, je ne manquerai pas de faire sa promo aux amis lecteurs qui ne le connaîtrait pas et surtout je vais essayer de trouver ses premiers romans pour rapidement remédier au manque dans ma bibliothèque.

A ceux qui hésitent, je vous dis, «  Allez, faites-le » et leur souhaite une bonne lecture.