"Autoboyographie", un hymne à la vie, à l'audace et à l'amour.

"Autoboyographie", un hymne à la vie, à l'audace et à l'amour.

 

 

 

                                      Autoboyographie - Christina Lauren (Hugo New Way
                                                                                                  ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️  /5 !

 

9782755632958

 

 

 

 

Résumé :

 

 

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).

C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée. Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

 

 

 

Je ne savais plus vraiment de quoi parler ce roman avant de l’attaquer. Je savais simplement qu’on allait aborder le premier amour, l’homosexualité et l’écriture mais je ne savais pas où tout cela allait nous mener. Il ne m’en fallait pas plus. Et mon dieu que je ne regrette pas de l’avoir lu. Ce n’est pas un coup de cœur mais c’est une très très bonne lecture que je vous recommande d’ores et déjà chaudement.
Je le trouve différent des autres livres de cette collection. Plus mature, plus travaillé, « Autoboyographie » est plus réfléchi que les autres, plus percutant. Il aborde des thèmes importants en mettant en scène des ados comme dans tous les New Way mais celui-ci m’a davantage pris aux tripes, allez savoir pourquoi. Les mots m’ont davantage parler, les phrases plus impactantes que d’autres m’ont tout de suite serrer le coeur. C’est une jolie réussite. Si vous recherchez des histoires d’amour addictive et bien construites n’hésitez pas. Si vous aimez les histoires abordant l’homosexualité, le regard des autres, l’acceptation de soi alors vous ne serez pas déçus. C’est un récit très agréable.
Attention tout de même si vous n’êtes pas fans de bouquin qui aborde la religion car on est en plein dedans.J’ai été assez surprise de découvrir que c’était aussi présent, et même si je n’ai pas forcément adorer ça, on comprends très vite que c’est un pan important de l’histoire.

 

 

 

 

J’ai réellement passé un super moment. « Autoboyographie » est un hymne à l’amour, à l’audace et à la vie. Je ne m’attendais pas à autant apprécié cette histoire. Pourtant pas vraiment révolutionnaire, la plume des deux auteures s’entremêlent à merveille et créent une histoire touchante, addictive et puissante qui ne peut que vous envouter. On y parle bien évidemment d’amour mais aussi de famille, de différence, de religion et de courage.
J’ai beaucoup aimé la manière dont l’histoire est amenée. Faire du fil rouge de l’intrigue un devoir d’école était franchement sympa. Le but étant d’écrire un roman en 4 mois, notre héros va faire la connaissance d’un jeune homme, Sebastian Brother qui va totalement faire chavirer son petit quotidien. C’était à la fois très touchant et très romantique la manière dont leur relation se crée. On aborde avec douceur les émois du premier amour. Par dessus tout, j’ai aimé que ce soit crédible. Beaucoup de romances vont trop vite, s’établissent dans l’urgence, deviennent niaise. Pas celle-ci. Tanner et Sebastian prennent le temps de se connaître, se cherchent, s’apprivoisent. J’ai trouvé ça adorable. Je les ai adorés ensemble. Le côté très doux de ce dernier, très candide  contrebalance à merveille avec l’aspect taquin et je m’enfoutiste de Tanner.

 

 

 

 

Il y a une grande réflexion sur la tolérance et l’acceptation.
C’est un joli bouquin initiatique. Au-delà de la romance, Sebastian, un des deux personnages principaux, se cherche réellement. Ce livre est une réelle quête identitaire. J’ai été vraiment touchée à la fois par Tanner mais aussi et surtout par Sebastian qui ne peut pas être qui il veut vraiment. Sa famille et sa religion ne le permettent pas, ne veulent même pas le concevoir et traite les homosexuels comme si cela était dramatique de l’être. J’ai été vraiment désolé pour lui car je me suis vraiment attachée à lui. À sa douceur, à sa gentillesse, sa timidité et sa maturité. Il essai de concilier le tout pour être avec Tanner car c’est ce qui le rend heureux et c’est pourtant quelque chose qui lui fait honte et dont il se prive pour être un parfait petit mormon. C’était très triste. Pas d’une manière tire-larmes et exagérée mais d’une manière très pure et très puissante. Plus j’avançais plus je ne savais pas où tout cela allait nous mener. Si ils allaient se dévoiler au monde ou se séparer. On ressent sa pression, les émotions sont terriblement brutes et bien décrites, elles nous frappent en plein cœur.
Les parents de Tanner sont aussi géniaux. Je les ai trouvés très drôles et très cool dans leur manière de toujours supporter leur fils qu’importe avec qui il peut bien sortir, il sont des piliers pour leur fils et l’aime de manière inconditionnelle. C’est un très beau message d’amour et de tolérance qu’il est important de retrouver dans des livres adolescent comme celui-ci. Je le conseille bien évidemment !!

 

 

 

Découvrir "Autoboyographie" sur Cultura.com

 

 

 

⭐️  CHRONIQUE À RETROUVER ÉGALEMENT EN LIGNE SUR MON BLOG : https://booksandrap.wordpress.com/2018/04/13/autoboyographie-christina-lauren/

⭐️

 

 

 

 

1 RÉPONSE 1
Highlighted

Re: "Autoboyographie", un hymne à la vie, à l'audace et à l'amour.

Merci pour ce partage. 

À bientôt 

Lily 🙂