Cinq questions à Michel Bussi
Non applicable
Qui êtes-vous, Michel Bussi ? Quelqu’un de très occupé… mais je crois que j’aime cela… Je suis prof de géographie à la fac de Rouen où je dirige un labo CNRS… J’ai une femme et trois enfants et j’essaye de ne rien sacrifier pour eux… et je tente chaque année de choisir une histoire parmi toutes celles que j’ai dans la tête… et de l’écrire Comment vous est venue l'idée de ce livre ? Pourquoi avoir choisi de situer cette énigme à Giverny ? Curieusement, je n’ai pas pensé d’abord à Giverny. J’ai d’abord construit avec minutie mon histoire, puis je lui ai cherché un décor, comme on cherche un acteur pour interpréter le rôle principal d’une histoire. J’ai fait passer des castings à quelques lieux et Giverny s’est imposé naturellement : il y avait tout ce que je cherchais : un lieu de mémoire intemporel, une lumière, du mystère, des contrastes… Pourriez-vous nous parler de cette histoire ? Ce n’est pas facile, en réalité, si on ne veut pas révéler quoique ce soit. Disons que le point de départ est un cadavre retrouvé dans le ru de Giverny (celui qui alimente le bassin aux Nymphéas), et qu’outre les deux policiers qui enquêtent, l’histoire progresse à travers les impressions de trois femmes, une institutrice troublante, une fillette de 10 ans très douée pour la peinture et une femme âgée qui erre dans le village… Jusqu’à ce que la seconde partie du roman, « exposition », ne révèle qu’en réalité… mais chuttt ! Avez-vous déjà l’idée d’un prochain roman ? Oui, il est en phase d’ultime relecture… Ce sera aussi une histoire policière, à la fois très différente dans sa thématique, mais mes obsessions seront présentes : passé et présent qui se confondent, destins contrariés, vengeance, faux-semblants, enquêtes croisées, course contre la montre… et twist final ! Auriez-vous deux livres à recommander à vos lecteurs ? « L’ivresse des falaises » de Philippe Huet. Il s’agit d’un auteur normand, comme moi, et d’un recueil de nouvelles policières, toutes plus passionnantes les unes que les autres, avec pour point commun les falaises de Normandie, ou leurs environs. C’est drôle, émouvant, surprenant… « Valet de cœur », de Paul Colize : il s’agit d’un auteur belge édité par une sympathique maison d’édition, Krakoen. Paul Colize possède un style égal des plus grands, bourré d’humour, digne de Pennac. Chaque phrase est un bijou et ses romans sont de plus solidement charpentés et sacrément documentés. A découvrir ! Retrouvez le dernier livre de Michel Bussi sur www.cultura.com, lire la chronique ici

BUSSI-Michel-©-D.R..jpg