David, libraire Cultura nous parle de "Frère d'âme" de David Diop.
Community Manager

David, libraire Cultura a été l'un des premiers à déceler tout le potentiel du roman "Frère d'âme", afin qu'il devienne Talent Cultura 2018. Aujourd'hui Prix Goncourt Lycéens, je vous propose l'interview de ce libraire passionné et passionnant ! Merci @DavidChambray d'avoir pris le temps de répondre à mes questions ! 

 

david chambray3.jpg

 

 

Présentez vous en quelques mots

Je m’appelle David, je suis libraire au Cultura de Chambray Lès tours et je suis spécialisé en littérature française, étrangère et policier.

 

 Parlez nous de votre métier de libraire et depuis combien de temps vous êtes chez Cultura ? 

Je suis libraire chez Cultura depuis presque neuf ans. Je suis passionné par mon métier, j’adore découvrir les nouveaux Talents et donner la parole à la singularité éditoriale des petites maisons d’éditions qui proposent des titres iconoclastes, surprenants, novateurs. Je lis beaucoup de livres, avec la frustration de ne pas pouvoir lire tout ce que je reçois. J’applique l’adage que choisir c’est renoncer pour me consoler comme je peux, sinon je les relis plus tard pour les titres où je suis passé à coté.

 

Vous faites partie du comité de lecture Cultura qui déniche les Talents depuis quand ? Qu’est ce qui vous plait dans ce comité ?

Cela fait six ou sept ans que je suis membre du comité de lecture et de sélection, c’est une grande fierté d’en faire partie, dès le mois de mai je me pose en tant que lecteurs compulsif, je dégaine mon dévolu sur les épreuves envoyées par les éditeurs pour découvrir les nouvelles pépites de la prochaine rentrée littéraire, surtout les premiers romans, les prochains auteurs que défendraient corps et âmes et dont je ferai tout pour les mettre entre les mains de lecteurs.

 

david chambray.jpg

 

Quelques mots sur la journée de délibérations  en juin ? 

Les délibérations sont parfois âpres, chacun veut défendre son coup de cœur fétiche, parfois à regret il faut savoir s’incliner et accepter que notre petit chouchou ne fasse pas parti de la sélection, c’est comme ça. Etre Talent Cultura pour un auteur est une telle renommée, un telle soutien inédit, imaginez un peu, pour un titre être sur table pendant un an alors que la moyenne est de quelques mois avant qu’il  retourne chez les éditeurs quand il ne trouve plus de lecteur. Alors forcément on veut absolument que nos coups de cœur soient sélectionnés. Les débats sont passionnants et passionnés, les arguments sont pertinents et aiguisés pour convaincre les confrères. On s’amuse beaucoup et une fois les six titres choisis nous sommes toujours très contents de l’éclectisme proposé à nos lecteurs.

 

Quelques mots sur la journée sur la journée de remise des Trophées Talents Cultura qui a eu lieu cette année le 11 septembre à Paris ?

C’est une journée enrichissante qui nous permet de rencontrer nos auteurs de nos coups de cœur, de mettre un visage sur un livre, d’échanger avec eux sur nos impressions de lecture, d’entendre leurs points de vue sur l’orientation qu’ils ont voulu donner à leur livre. On rencontre aussi les attachés presse pour organiser en amont des rencontres, les éditeurs qui nous parlent de leur travail de faiseur d’auteur. C’est une sorte de grande messe dédié à la littérature, un éclairage sur des titres que nous sommes fiers de défendre aux yeux de la presse, donnant une image de notoriété non négligeable de libraire spécialiste chez Cultura.

 

Vous avez soutenu "Frère d'âme" de David Diop, pourquoi ce choix ?

J’ai soutenu en particulier Frères d’âme de David Diop édité au Seuil et qui est à ma grande joie Goncourt Lycéens. Un roman qui parle de francophonie à travers le regard de deux tirailleurs sénégalais pendant la Première Guerre Mondiale. J’ai beaucoup aimé l’aspect, l’épaisseur littéraire de ce texte, syncopé avec ces effets de répétitions, l’oralité transmise par cette histoire transmise par le narrateur, un peu comme une sorte de griot africain. Il y a du mysticisme, la petite histoire dans la grande Histoire avec des oubliés de ce conflit, tous ces immigrés africains venus en découdre, bercés par un idéal de République mais que l’on relèguera au second plan, c’est un peu leur rendre des honneurs auxquels ils ont droit.

 

Pouvez-vous nous faire un petit résumé du livre ?

Le livre raconte le destin de deux tirailleurs venus en France pour couvrir le front lors de la Première Guerre Mondiale. Au décès de l’un, le second en éprouve une terrible culpabilité de n’avoir pu sauver son ami. Pour se racheter il va commettre des exactions les dépouilles de soldats allemands. Je n’en dirai pas plus pour ne pas dévoyer la teneur du texte.

  

David Diop est aujourd'hui Goncourt Lycéens 2018, quelle va être votre réaction ?

Une immense joie pour l’auteur et l’éditeur bien sûr, mais je ne pourrai pas m’empêcher d’avoir une certaine fierté de l’avoir « découvert » et porté jusqu’ici, une sorte de reconnaissance de notre expertise de libraire, un peu comme quand Adrien Bosc avait obtenu le Grand Prix de l’Académie française pour Constellation. J’étais très heureux pour lui.

 

Merci beaucoup David ! Je termine par la vidéo de David présentant justement Frère d'âme, Talent Cultura 2018. 

 

 

Retrouvez David sur CulturaLivres via son pseudo @DavidChambray 

Posts les plus populaires