Entretien avec Delphine De Vigan, notre marraine de Livres en Live
Non applicable
"Je suis un véritable despote avec mes personnages ! Lorsque je commence un livre, j’ai toujours une idée très précise de l’itinéraire qu’ils vont emprunter, des choix qu’ils feront, des intentions qui les animent, et de ce que cela signifie pour leur avenir ! Et ils ont intérêt à filer doux ! Mais fort heureusement, il arrive toujours un moment où mes personnages m’échappent, s’affranchissent, et n’obéissent plus qu’à eux-mêmes, comme s’ils étaient prêts soudain à user de leur libre arbitre et à vivre leur propre vie. J’aime beaucoup ces moments-là. Flaubert et Dostoïevski sont mes premiers chocs littéraires. A l’adolescence, je dois dire que j’y suis venue de manière assez abrupte, puisque je sortais tout juste de Gaston Lagaffe et de Lucky Luke. J’ai lu la littérature contemporaine française beaucoup plus tard. En fait, à part deux ou trois auteurs que je lisais avant d’écrire, je me suis intéressée à la littérature française contemporaine plutôt quand j’ai commencé à publier. J’aime beaucoup offrir des livres. Souvent à la suite d’une conversation, quand je me rends compte que quelqu’un ne connaît pas un auteur que je vénère, ou quand je lis un livre qui résonne d’une manière particulière, je suis capable d’en acheter vingt exemplaires pour les offrir à mes amis. Il y a quelques livres, comme ça, que j’ai offerts à mon entourage, parfois même plutôt deux fois qu’une. Alors on me dit poliment : « Merci mais, tu me l’as déjà offert. » Pour moi le plaisir de lire doit être proclamé et partagé ! Quand j’aime un livre, j’aime connaître la perception qu’en ont les autres. Parfois, elle est en-deçà de la mienne ou, au contraire, elle fait écho à mon propre enthousiasme. De même, quand quelqu’un vous parle des livres qu’il aime, il vous donne souvent accès au plus intime." DERNIER OUVRAGE PARU : Rien ne s’oppose à la nuit Delphine de Vigan Ed. Livre de poche

 




DE-VIGAN-Delphine-2011-Couleur-c-Delphine-Jouandeau.jpg