Interview de Marion Soeur-Warain, Les routes de la liberté
Admin Comité de Lecture

Marion Soeur-Warain.jpg

 

Hémisphère en Mouvement est le titre du premier livre de Marion Sœur-Warain autoédité sur La Boutique des Auteurs en 2016. Ce récit raconte les aventures initiatiques d’une voyageuse en quête d’expériences, de rencontres et de développement personnel dans les îles du Pacifique.

Repéré par le comité de lecture, son live a été sélectionné pour être imprimé en format papier et diffusé dans l’ensemble des librairies  Cultura lors d’un des événements les plus importants de l’année, la rentrée littéraire.

Un éditeur traditionnel, City éditions, découvre à son tour le formidable talent de Marion et décide de publier son récit. Hémisphère en mouvement devient Les Routes de liberté.

 

Un parcours remarquable qui nous a donné envie de partager avec vous toute l’histoire et de vous faire découvrir cette auteure virtuose.

 

Marion, vous êtes hypnothérapeute humaniste, coach pour particulier et entreprise, auteure. Vos valeurs et votre volonté c’est le développement de soi-même et l’épanouissement. Avec toutes ces activités vous arrivez à trouver du temps pour vous ?

MSW : A vrai dire, c’est un réel travail en soi que de prendre soin de soi-même lorsqu’on accompagne les autres. Cela fait partie de mon travail que de prendre du temps pour moi, me faire accompagner sous forme de coaching et de thérapie, me faire plaisir, prendre le temps de ne rien faire ou de me faire plaisir. Je suis très attentive à porter mon attention sur l’écoute de mes besoins. Le risque de burn-out des thérapeutes et coachs est à vrai dire très courant !

Je travaille essentiellement et majoritairement le soir et les week-ends pour être présente pour mes patients et participants aux ateliers. De plus, je suis beaucoup plus créative à la nuit tombée. Le matin c’est un moment privilégié avec moi-même où je m’autorise à écouter mon corps et à prendre mon temps.

 

Pensiez-vous, un jour, devenir écrivain ?

MSW : Pour dire vrai, c’était un rêve de petite fille… J’ai commencé par écrire des poèmes. Je ne sais pas d’où me venait cette inspiration, elle semblait tomber du ciel. Comme des petits cadeaux chaque jour, chaque semaine.

A l’adolescence, des histoires me sont venues, des scènes entières se déroulaient dans ma tête. A l’époque, c’était rarement des récits joyeux… J’étais une ado très émotive et presque torturée par l’intensité de ce que je pouvais ressentir. L’écriture était un réel exutoire, une thérapie naturelle, sans m’en rendre compte. Déjà le partage de mes écrits était naturel et salvateur pour moi, j’ai tenu plusieurs blogs.

A 20 ans, je traversais une phase très difficile, l’écriture a pris une place essentielle et quotidienne dans ma vie. J’ai fini par présenter ma première nouvelle au concours des Jeunes Ecrivains. Je n’ai pas été publié dans le recueil final, mais le retour du jury avait été plus important et gratifiant pour moi que l’obtention de mon BTS cette année-là. Je me souviens avoir souhaité être publiée plutôt que d’obtenir mon diplôme. A ce moment, je me suis dit que l’écriture était tout de même plus qu’un passe-temps dans ma vie… Elle tenait une place centrale.

Puis en voyageant, j’ai découvert presque surprise que je pouvais écrire de belles choses, positives, légères qui reflétaient ce que je vivais dans la vraie vie, et transmettaient de l’espoir et de la joie. Des écrits qui parlaient davantage aux lecteurs car ils venaient apporter un peu de douceur, de lumière, de bonheur dans leur quotidien. Je crois qu’aujourd’hui nous avons besoin d’inspirations qui nous élèvent, et c’est ce que je vivais à travers ce voyage dans le Pacifique.



Quel est l’élément qui vous a poussé à publier votre récit sur la Boutique des Auteurs ?

MSW : Les lecteurs sur mon blog ! Les personnes que j’ai rencontrées sur les routes de mon voyage. J’ai été très encouragée par les Australiens avec qui j’ai vécus. Ils sont davantage enclins à réaliser leurs rêves et à tenter le tout pour le tout. On me disait « au pire tu risques quoi ? ». Je ne risquais absolument rien. Je ne m’en sentais incapable. C’était une histoire banale d’une fille comme les autres qui part voyager. Encore une ! Je ne me sentais pas légitime à prétendre intéresser les autres avec mes histoires. Il faut croire que j’ai eu tort… J’avais peur de déplaire, de me dévoiler également.

Alors à mon retour en France, j’ai retravaillé l’ensemble de mon journal intime écrit durant cette année à voyager. Cette rétrospective faisait partie du processus de transformation. Revenir sur mes débuts pour mesurer le chemin parcouru.

Au moment de choisir la façon la plus adéquate de publier mes écrits, j’ai comparé les plateformes qui proposaient cela, et La Boutique des Auteurs m’a semblé la plus appropriée et la plus sérieuse.


Comment êtes-vous passé de l’autoédition à la signature chez un éditeur national ?

MSW : Après un an et demi, j’arrivais à la fin du stock imprimé par La Boutique des Auteurs – Cultura. Je ne pouvais croire que l’aventure allait s’arrêter là. La vie m’avait déjà trop tendue les bras. Sans acharnement mais avec persévérance, j’ai commencé à lancer des bouteilles à la mer à chaque rendez-vous professionnel ou de réseautage. Puis un jour, durant ma formation d’hypnose, je rencontre cette jeune femme qui me dit qu’elle peut peut-être m’aider. Sans trop d’espoir je lui envoie mon manuscrit. J’avais écrit à plusieurs maisons d’éditions qui m’ont toute refusée, sans forcément être très aimables d’ailleurs. Il ne faut pas se décourager. Moi je sentais que mes récits allaient continuer de vivre et d’exister. J’ai reçu trop d’encouragements et de messages émouvants de la part de mes lecteurs pour m’avouer vaincue

 

Avez-vous un conseil à donner à quelqu’un qui voudrait s’autoéditer ?

MSW : Qu’est-ce que vous risquez ?

Avoir une bonne dose de détermination, d'espoir, de magie ! Ne pas se décourager, ne pas écouter les autres qui vous répètent que vous n’êtes qu'un parmi d'autres. Toujours croire en vous, suivre votre cœur, et bien vous entourer.

 

Quelle est la genèse de votre récit ?

MSW : « Les routes de la liberté » (City Ed.) reprend la base du précédent ouvrage « Hémisphères en mouvement » publié par La Boutique des Auteurs, l’histoire d’une fille comme les autres qui plaque tout pour partir voyager seule durant une année. Cette fille, c’est moi, j’ai alors 23 ans et je m’envole en territoire inconnu. Celui de l’Australie certes, mais surtout celui de mon monde intérieur que je n’ai jamais pris le temps d’explorer. J’ai 23 et je ne sais pas qui je suis. Au travers de ce voyage, d’île en île, de rencontre en péripétie, je m’émerveille, j’apprends, j’observe et me transforme, et deviens peu à peu la femme que j’aspirais à devenir.

A cette base commune revue et améliorée, j’ai écrit un tiers de plus afin de partager des outils et démarches de développement personnel, tels que la Communication Non-Violente, l’hypnose, la méditation, les arts-thérapie, pour permettre à chacun d’initier son propre voyage intérieur. Je parle également davantage de mon retour en France, de mon nouveau départ pour le Canada, et de ma reconversion professionnelle enclenchée par de nombreuses prises de conscience sur la vie que je souhaitais mener.


Qu’est-ce que La Boutique des Auteurs vous a apporté ?

MSW : La Boutique des Auteurs m’a offert une opportunité incroyable de réaliser mon rêve d’enfant. J’ai bénéficié d’une visibilité inespérée pour mon livre en étant sélectionnée par le comité de lecture et publiée en version papier. Ceci a été l’occasion de rencontrer mes lecteurs lors de séances de dédicaces à travers la France, des moments touchants de partages qui donnent une valeur ajoutée à tout ce chemin. Un sens à cette aventure collective qu’est de publier un ouvrage. 

Découvrez ce livre sur Cultura.com


Les routes de la liberté - Marion Soeur-Warain - City éditions

 

Posts les plus populaires