Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

‎06-09-2023 20:47

Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

Bonjour à toute la communauté qui dit début de mois dit nouveau Top 10 des ventes en Littérature. Vous pouvez aussi retrouver les avis des membres de la communauté quand c'est possible. Quelles livres vous fait envie ? Avez vous découvert l'une de ses intrigues ? 

Contrairement a l'an dernier cette année de nombreux livres de la rentrée littéraire s'est glissé dés le départ dans ce classement. 

 

4_9782226485618_1_75.jpg1. Psychopompe d'Amélie Nothomb

Ecrire, c'est voler. Amélie Nothomb Sélectionné pour le Prix Littéraire 2023 du journal Le Monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

8_metadata-image-71730247.jpeg2.L'enragé de Sorj Chalandon l'avis de @Ganabook29 

En 1977, alors que je travaillais à Libération, j'ai lu que le Centre d'éducation surveillée de Belle-Île-en-Mer allait être fermé. Ce mot désignait en fait une colonie pénitentiaire pour mineurs. Entre ses hauts murs, où avaient d'abord été détenus des Communards, ont été « rééduqués » à partir de 1880 les petits voyous des villes, les brigands des campagnes mais aussi des cancres turbulents, des gamins abandonnés et des orphelins. Les plus jeunes avaient 12 ans.

Le soir du 27 août 1934, cinquante-six gamins se sont révoltés et ont fait le mur. Tandis que les fuyards étaient cernés par la mer, les gendarmes offraient une pièce de vingt francs pour chaque enfant capturé. Alors, les braves gens se sont mis en chasse et ont traqué les fugitifs dans les villages, sur les plages, dans les grottes. Tous ont été capturés. Tous ? Non : aux premières lueurs de l'aube, un évadé manquait à l'appel.
Je me suis glissé dans sa peau et c'est son histoire que je raconte. Celle d'un enfant battu qui me ressemble. La métamorphose d'un fauve né sans amour, d'un enragé, obligé de desserrer les poings pour saisir les mains tendues. 

 

 

 

2_9782073029164_1_75.jpg3.L'amour de François Bégaudeau

J'ai voulu raconter l'amour tel qu'il est vécu la plupart du temps par la plupart des gens : sans crise ni événement. Au gré de la vie qui passe, des printemps qui reviennent et repartent. Dans la mélancolie des choses. Il est nulle part et partout, il est dans le temps même. Les Moreau vont vivre cinquante ans côte à côte, en compagnie l'un de l'autre. C'est le bon mot : elle est sa compagne, il est son compagnon. Seule la mort les séparera, et encore ce n'est pas sûr.

 

 

 

 

50_9782234094901_1_75.jpg4.Western de Maria Pourchet  retrouver l'avis de @Kittiwake 

J'entends par western un endroit de l'existence où l'on va jouer sa vie sur une décision. » C'est à cette éternelle logique de l'Ouest que se rend Alexis Zagner, « la gueule du siècle », poussé par l'intuition d'un danger. Comédien renommé qui devait incarner Dom Juan, il abandonne brusquement le rôle mythique et quitte la ville à la façon des cow-boys - ceux-là qui craignent la loi et cherchent à fondre leur peur dans le désert. Qu'a-t-il fait pour redouter l'époque qui l'a pourtant consacré ? Et qu'espère-t-il découvrir à l'ouest du pays ?Pas cette femme, Aurore, qui l'arrête en pleine cavale et semble n'avoir rien de mieux à faire que retenir le fuyard et percer son secret. Tandis que dans le sillage d'Alexis se lève une tempête médiatique, un face à face sensuel s'engage entre ces deux exilés revenus de tout, et surtout de l'amour, qui les désarme et les effraie. Dans ce roman galopant porté par une écriture éblouissante, Maria Pourchet livre, avec un sens de l'humour à la mesure de son sens du tragique, une profonde réflexion sur notre époque, sa violence, sa vulnérabilité, ses rapports difficiles à la liberté et la place qu'elle peut encore laisser au langage amoureux.

 

 

48_9782234092525_1_75.jpg5.La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

« Ce livre me fait peur. Le processus a été douloureux. Mon père nous a annoncé qu'il n'allait pas tarder à mourir et je me suis mis à écrire. Trois années au peigne fin, mes relations, mes pensées paranoïaques, mon rapport étrange à lui, crachés sur le papier. Je me suis donné pour but de le tuer avant qu'il ne meure. C'est l'histoire de quelqu'un qui cherche à tuer. Soi, ou le père, finalement ça revient au même. »Panayotis Pascot s'attaque d'une plume tranchante et moderne à trois thématiques qu'il tisse pour composer un récit autobiographique aussi acide qu'ultralucide. La relation au père, l'acceptation de son homosexualité et la dépression s'enchevêtrent ici dans un violent passage à l'âge adulte. Mais la lumière en sort toujours, d'un regard, d'une façon d'observer le quotidien avec autant de tendresse et d'humour que de clairvoyance.

 

 

1_metadata-image-71730214.jpeg6. Perspectives de Laurent Binet :

Florence, 1557. Le peintre Pontormo est retrouvé assassiné au pied des fresques auxquelles il travaillait depuis onze ans. Un tableau a été maquillé. Un crime de lèse-majesté a été commis. Vasari, l'homme à tout faire du duc de Florence, est chargé de l'enquête. Pour l'assister à distance, il se tourne vers le vieux Michel-Ange exilé à Rome.
La situation exige discrétion, loyauté, sensibilité artistique et sens politique. L'Europe est une poudrière. Cosimo de Médicis doit faire face aux convoitises de sa cousine Catherine, reine de France, alliée à son vieil ennemi, le républicain Piero Strozzi. Les couvents de la ville pullulent de nostalgiques de Savonarole tandis qu'à Rome, le pape condamne les nudités de le chapelle Sixtine.
Perspective(s) est un polar historique épistolaire. Du broyeur de couleurs à la reine de France en passant par les meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, chacun des correspondants joue sa carte. Tout le monde est suspect.

 

 

1_9782818058268_1_75.jpg7.Triste tigre de Neige Sinno retrouver l'avis de @JG69 

J'ai voulu y croire, j'ai voulu rêver que le royaume de la littérature m'accueillerait comme n'importe lequel des orphelins qui y trouvent refuge, mais même à travers l'art, on ne peut pas sortir vainqueur de l'abjection. La littérature ne m'a pas sauvée. Je ne suis pas sauvée.

 

 

 

 

 

 

 

 

35_9782246826514_1_75.jpg8.  #Cher [modéré] de Virginie Despentes : l'avis de @Kittiwake  (De retour au classement)

 

C'est une suite de lettres entre amis qui se sauvent la vie. Dans ce roman épistolaire, Virginie Despentes revient sur le thème qui unit tous ses livres - comment l'amitié peut naître entre personnes qui n'ont à priori rien à faire ensemble.
Rebecca a dépassé la cinquantaine, elle est actrice, elle est toujours aussi séduisante. Oscar a quarante-trois ans, il est un auteur un peu connu, il écoute du rap en essayant d'écrire un nouveau livre. Ils sont des transfuges de classe que la bourgeoisie n'épate guère. Ils ont l'un comme l'autre grandi et vieilli dans la culture de l'artiste défoncé tourmenté et sont experts en polytoxicomanie, mais pressentent qu'il faudrait changer leurs habitudes. Zoé n'a pas trente ans, elle est féministe, elle ne veut ni oublier ni pardonner, elle ne veut pas se protéger, elle ne veut pas aller bien. Elle est accro aux réseaux sociaux - ça lui prend tout son temps.
Ces trois-là ne sont pas fiables. Ils ont de grandes gueules et sont vulnérables, jusqu'à ce que l'amitié leur tombe dessus et les oblige à baisser les armes.
Il est question de violence des rapports humains, de postures idéologiques auxquelles on s'accroche quand elles échouent depuis longtemps à saisir la réalité, de la rapidité et de l'irréversibilité du changement. Roman de rage et de consolation, de colère et d'acceptation, Cher [modéré] présente une galerie de portraits d'êtres humains condamnés à bricoler comme ils peuvent avec leurs angoisses, leurs névroses, leurs addictions aux conflits de tous ordres, l'héritage de la guerre, leurs complexes, leurs hontes, leurs peurs intimes et finalement - ce moment où l'amitié est plus forte que la faiblesse humaine.

 

 

 

80_9782234093966_1_75.jpg9. Son odeur après la pluie de Cédric Sapin-Defour (-6 places) l'avis de @ledivandebibi 

C'est une histoire d'amour, de vie et de mort. Sur quel autre trépied la littérature danse-t-elle depuis des siècles ? Dans Son odeur après la pluie, ce trépied, de surcroît, est instable car il unit deux êtres n'appartenant pas à la même espèce : un homme et son chien. Un bouvier bernois qui, en même temps qu'il grandit, prend, dans tous les sens du terme, une place toujours plus essentielle dans la vie du narrateur. Ubac, c'est son nom (la recherche du juste nom est à elle seule une aventure), n'est pas le personnage central de ce livre, Cédric Sapin-Defour, son maître, encore moins. D'ailleurs, il ne veut pas qu'on le considère comme un maître. Le héros, c'est leur lien. Ce lien unique, évident et, pour qui l'a exploré, surpassant tellement d'autres relations. Ce lien illisible et inutile pour ceux à qui la compagnie des chiens n'évoque rien. Au gré de treize années de vie commune, le lecteur est invité à tanguer entre la conviction des uns et l'incompréhension voire la répulsion des autres ; mais nul besoin d'être un homme à chiens pour être pris par cette histoire car si pareil échange est inimitable, il est tout autant universel. Certaines pages, Ubac pue le chien, les suivantes, on oublie qu'il en est un et l'on observe ces deux êtres s'aimant tout simplement. C'est bien d'amour dont il est question. Un amour incertain, sans réponse mais qui, se passant de mots, nous tient en haleine. C'est bien de vie dont il est question. Une vie intense, inquiète et rieuse où tout va plus vite et qu'il s'agit de retenir. C'est bien de mort dont il est question. Cette chose dont on ne voudrait pas mais qui donne à l'existence toute sa substance. Et ce fichu manque. Ces griffes que l'on croit entendre sur le plancher et cette odeur, malgré la pluie, à jamais disparue.

 

 

 

3_9782378803759_1_75.jpg10.Veiller sur elle de Jean-Baptiste Andrea 

Au grand jeu du destin, Mimo a tiré les mauvaises cartes. Né pauvre, il est confié en apprentissage à un sculpteur de pierre sans envergure. Mais il a du génie entre les mains.

Toutes les fées ou presque se sont penchées sur Viola Orsini. Héritière d'une famille prestigieuse, elle a passé son enfance à l'ombre d'un palais génois. Mais elle a trop d'ambition pour se résigner à la place qu'on lui assigne.

Ces deux-là n'auraient jamais dû se rencontrer. Au premier regard, ils se reconnaissent et se jurent de ne jamais se quitter. Viola et Mimo ne peuvent ni vivre ensemble, ni rester longtemps loin de l'autre. Liés par une attraction indéfectible, ils traversent des années de fureur quand l'Italie bascule dans le fascisme. Mimo prend sa revanche sur le sort, mais à quoi bon la gloire s'il doit perdre Viola ?

 

 

@Chyp , @clo73 , @dvall , @emeline2094 , @IsaPouteau , @Kittiwake , @Lectrix16 , @Lex_libris , @MAPATOU , @montagne85 , @soff78 , @sandryon , @sauniercat79 , @CharlotteV , @LeaCultura , @kryan , @nine27 , @Hermine_ , @JG69 , @justelire  sur quelle livre allez vous craqué ? 

 

 

 

 


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
Cultura Auxerre
16 Réponses 16
‎06-09-2023 21:34

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

@spitfire89  Veiller sur elle me tente bien 😉

‎06-09-2023 21:49

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

"L'enragé" me tente beaucoup, @spitfire89. Même si cette histoire a été maintes fois évoquée en littérature et au cinéma, je suis curieux de voir la manière dont Sorj Chalandon l'interprète.

‎07-09-2023 08:04

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

J'ai lu et adoré Veiller sur elle, Triste tigre, l'Enragé et Perspectives et pas du tout aimé Western

Un de mes prochains sera L'amour de Bégaudeau

‎07-09-2023 08:43

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

@spitfire89 la rentrée fournit déjà un premier classement...

Je suis ravie de voir que François Begaudeau en fait partie. J'avais beaucoup aimé "En guerre" et "La douleur, la vraie". Ce nouvel opus- "L'amour" pourrait me tenter.

‎07-09-2023 09:01

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

@spitfire89 Sans hésiter "L'enragé" et puis aussi "Son odeur après la pluie" ! Smiley clignant de l'œil

‎07-09-2023 09:38

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

@spitfire89 Ce sont les tendances en ce moment....Les "petits" préférés des libraires/presse/chroniqueurs.

Veiller sur elle est un roman que je vais lire prochainement, ainsi que Triste tigre et L'amour.

Si j'ai l'occasion, j'essayerai de découvrir le nouveau roman de Maria Pourchet. 

 

J'ai réservé à ma médiathèque, le roman Son odeur après la pluie mais nous sommes nombreux à l'avoir demandé. 

J'ai lu Cher [modéré] qui a été une lecture mitigée malgré l'intérêt des sujets abordés. 

‎07-09-2023 09:56

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

@spitfire89  Veiller sur elle fait partie de ma PAL. J'ai aussi envie de découvrir " La prochaine fois que tu mordras la poussière".

‎07-09-2023 10:19

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

Merci de vos retours 😘 @sandryon , @MAPATOU , @dvall  @JG69 , @clo73 , @nine27  et @soff78  parmi cette liste je n'ai lu que Son odeur après la pluie de Cédric Sapin-Defour  que je conseille.

 

J'ai mis moi même sur ma liste d'envi :

  • Western de Maria Pourchet
  • L'amour de François Bégaudeau
  • Veiller sur elle de Jean-Baptiste Andrea
  • La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot.

La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
‎07-09-2023 15:05

Re: Septembre 2023 : Top 10 ventes en Littérature

Mmmmmh franchement il y en a aucun qui me tente vraiment pour le moment @spitfire89 🫣🤭

Les dernières discussions
Tout afficher >
  Becky aime la poésie et Les la peinture, et si la vie ne leur a pas fait de cadeau, c’est ensemble qu’ils envisa...
Gen poignarde Nagi et tente de la tuer. Puis, bien malgré lui, il avoue à Reiji qu'il est amoureux de lui et tente de l'...
La mère de Renji, Yûko tente de mettre fin a ses jours en se jetant sous la voiture de Yuri après avoir poignardé son fi...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >