Au café de la ville perdue - Anais Llobet

‎08-01-2022 11:30

Au café de la ville perdue - Anais Llobet

9791032916759_1_75.jpg

 

Pour débuter 2022, premier coup de coeur pour le nouveau roman d'Anais Llobet (souvenez-vous "Des hommes couleur de ciel"). Cependant, il y a des romans difficiles à résumer comme "Au café de la ville perdue" ; tout simplement car ce livre se vit, se ressent, s'imagine, se déchiffrer, fait vibrer, fait réfléchir, fait grandir..

 

Un roman comme un rubik's cube, où tout s'emboite à merveille. Le personnage principal est Chypre, et en particulier Varosha. Un pays divisé entre Grecs et Turcs, où tout s'impose la grande comme la petite histoire, la politique, l'amour, les liens familiaux. Une plongée dans la tragédie d'une île aux sangs mêlés.

 

Anais Llobet avait déjà montré ses talents de conteuse mais dans ce nouveau roman, elle arrive a un haut niveau. Elle embarque le lecteur dans l'histoire d'aujourd'hui et d'autrefois d'une île peu connue, dans les ressemblances et les divergences de Chypre, entre anciennes et nouvelles générations.

 

La construction du roman est très intelligente et originale car l'auteure mêle sa propre histoire d'écrivaine qui s'installe dans ce café perdu Tis Khamenis Polis, où elle va trouver l'histoire et l'inspiration de son roman grâce ou pour Ariana, qui apprend a ce moment là que la maison familiale va être vendue.

 

Anais Llobet trouve le fil rouge de son histoire dans le 14 rue Illios à Varosha, ville détruite, ville fantôme, mais fantômes qu'elle va faire revivre a travers un figuier généalogique qui rend ce roman grand, beau et plein de secret.

 

L'histoire de Chypre se dévoile au fil des pages, à travers des personnages attachants, à travers une construction romanesque originale, à travers des thèmes forts (l'exil, les racines, l'amour, l'Histoire..). Bref, il y aurait tellement à dire sur ce nouveau roman qu'il est impossible de tout vous raconter ici mais juste une chose : lisez ce roman et rencontrer le talent d'Anais !

3 Réponses 3
‎20-03-2022 14:08

Re: Au café de la ville perdue - Anais Llobet

@Lex_libris 

 

Ma chronique sur ce roman :

 

Le hasard fait qu’en quelques semaines, j’ai reçu deux romans traitant de la guerre en 1974 sur l’île de Chypre.

Le premier que j’ai lu fut « L’île aux arbres disparus » d’Elif Shafak

https://communautes.cultura.com/t5/Vos-coups-de-c%C5%93ur/quot-L-%C3%AEle-aux-arbres-disparus-quot-d...

 

 

Le roman d’Anaïs Llobet vient compléter fort à propos ce que j’ai appris sur la situation tragique de cette île.

 

La narratrice est une journaliste française, elle séjourne au Nord-Est de Chypre dans la partie grecque (République de Chypre). A quelques mètres de là, débute une zone de no man’s land établie par la République Turque de Chypre Nord.

 

Lors de l’invasion d’août 1974 par des troupes venues de Turquie, la ville touristique et très prospère de Varosha a été vidée de ses habitants qui ont fui en laissant tout derrière eux. L’armée turque a alors entouré cette ville de barbelés, en interdisant tout accès.

 

Depuis presque 50 ans, Varosha est une ville fantôme, toujours visible mais inaccessible. Elle reste un symbole très fort pour ceux qui y ont vécu.

 

Dans le petit café jouxtant les barbelés où la narratrice a pris l’habitude de venir écrire, une photo de la maison familiale à Varosha est accrochée en bonne place. Comme une référence à un passé qui ne veut pas mourir et empiète sur le présent d’Andreas, le propriétaire du café, et d’Ariana, sa fille.

 

Cette dernière demande à la journaliste d’écrire sur leur maison et de redonner vie à ses habitants de l’époque.

C’est ainsi que l’on découvre Ioannis et Aridné, grands-parents d’Ariana. Lui était chypriote grec, elle chypriote turque. Un mariage mixte qui n’a pas été sans difficultés. Giorgos, meilleur ami d’Ionnis depuis l’enfance, va jouer un rôle déterminant dans leurs vies.

 

Au fur et à mesure de l’histoire la tension monte. Tant du côté de la situation de l’île que de la vie des grands-parents d’Ariana.

Dans le même temps, leurs descendants sont mis devant un choix : faut-il continuer à garder la maison du 14 rue du Soleil et donc vivre toujours dans le passé, ou bien faire table rase et regarder vers le futur ?

 

 » Au café de la ville perdue » est un très bon roman. J’en ai aimé le sujet et la construction faisant des allers-retours entre présent et passé.

 

 
‎21-03-2022 09:08

Re: Au café de la ville perdue - Anais Llobet

@Lex_libris @MAPATOU Je n'ai pas du tout accroché ! Un abandon pour ma part. 

‎16-05-2022 15:37

Re: Au café de la ville perdue - Anais Llobet

Une légère déception après le coup de cœur que j'avais eu pour Les hommes couleur de ciel 

 

Voici mon avis : https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2022/05/au-cafe-de-la-ville-perdue-danais-llobet.html

 

Au sein d'une ville morte entourée de barbelés et de miradors, le 14 rue Ilios est un personnage à part entière de cette histoire qui se déroule sur une quarantaine d'années. J'ai aimé découvrir le contexte historique peu médiatisé de cette île divisée en deux parties qui s'ignorent, en deux communautés à l'équilibre fragile, chypriotes grecs et chypriotes turcs. Une île idéalement située aux confins du Moyen-Orient dont le contrôle est un enjeu majeur pour la Grèce et la Turquie. J'ai aimé la personnalité d'Ariana qui a couvert son corps d'un tatouage, un figuier qui grimpe sur ses côtes pour ancrer sa ville dans sa peau, "elle a gravé Varosha dans sa chair pour être sûre de ne jamais céder". Par contre j'ai moins adhéré à la partie romanesque dans laquelle le nombre de personnages et le mélange des époques engendrent une certaine confusion.