Ceux qui s'aiment se laissent partir de Lisa Balavoine

‎16-05-2022 15:32

Ceux qui s'aiment se laissent partir de Lisa Balavoine

 

 

" Ces mots que tu ne liras pas sont pour toi." - " Peut-être qu'on en finit jamais d'essayer de vivre."

 

A vingt-cinq ans, sa mère a tout plaqué, partant avec Lisa, quatre ans, sous le bras. Commence alors pour la petite fille une vie dans un tourbillon. Tout va trop vite, les déménagements se succèdent "je change souvent d'école. Je ne me fais pas d'amis. Je n'ai que toi." Lisa a la sensation de vivre un "brouillon d'existence" dans des appartements où elles ne s'installent jamais. Une vie en huis-clos auprès d'une mère instable avec des hommes qui ne sont que de passage car aucune des histoires d'amour de sa mère ne durent jamais. 

 

Dans ce roman Lisa Balavoine s'adresse à sa mère en se souvenant de son enfance jusqu'à son départ de la maison, une fuite "en lambeaux" pour ne pas sombrer à son tour. Elle raconte sa mère fantasque en recherche permanente de l'amour passionnel, son parcours de femme, de sa liberté revendiquée jusqu'à sa chute dans la dépression et l'alcoolisme. Elle raconte leur relation, les années de fusion de l'enfance "Nous ne sommes qu'une même personne. Tu n'as que moi et je n'ai que toi" jusqu'à l'inversion des rôles lorsque sa mère perd pied, lorsqu'à quinze ans elle devient "le second adulte du foyer". Elle raconte comment la dérive de sa mère a, à un moment, entraîné la sienne avec boulimie, mal de vivre, excès, envie que "quelque chose bouge", idées morbides "Je me sens appelée par le vide, le vide que notre vie trace autour de moi... La mort m'attire." Elle explore finement tous les sentiments qui l'ont traversée au fil des années, la fascination, l'adoration, l'inquiétude permanente "c'est l'inquiétude surtout dont je me souviens. Cette sensation de ne jamais être sûre de rien", le désarroi "je voudrais que quelqu'un te vienne en aide", la honte et la honte de ressentir de la honte, la colère.

Une colère qui restera sous-jacente au cours des vingt années suivantes, alors que devenue mère à son tour, elle vivra une relation à distance avec sa mère. Vingt ans de silence, de colère et de paroles balancées comme des coups. Une vie d'adulte marquée par l'obsession de ne pas être la même mère pour ses propres enfants, de ne pas reproduire " je lutte contre l'histoire d'avant", la peur d'avoir transmis le mal-être de sa mère à sa fille ainée. Une vie qui oscille entre culpabilité et peur de couper le lien, une vie où le manque est omniprésent.

La mort inattendue de sa mère un 7 juillet laisse Lisa à terre. Une mort sans qu'elles n'aient rien réglé, sans qu'elles n'aient eu aucune explication. La disparition d'une mère qu'elle ne connaissait finalement pas vraiment. Il lui faudra alors accepter l'idée qu'elles se sont manquées, qu'elle n'a pas pu la sauver ni comprendre pourquoi elle allait si mal "J'ai passé mon enfance à quémander ton amour, et ma vie d'adulte à le refuser." 

Un texte intime d'inspiration fortement autobiographique sur la relation manquée de Lisa Balavoine avec sa mère et le deuil qui permet la réconciliation. Un roman qui n'a rien du règlement de comptes, un livre écrit  pour "laisser une trace de ce qui n'a jamais été là" et surtout pour enfin laisser partir sa mère. Un texte constitué de courts paragraphes au gré de ses souvenirs comme des flashs, avec des phrases percutantes qui résument tout. Pas une page de trop, pas une phrase de trop, pas un mot de trop. Un condensé d'émotions sans une once d'impudeur. Il est facile d'imaginer comme l'écriture de ce texte a été bouleversante pour Lisa Balavoine, son histoire, ses mots justes et sincères ne peuvent que fortement émouvoir le lecteur.

1 Réponse 1
‎17-05-2022 09:10

Re: Ceux qui s'aiment se laissent partir de Lisa Balavoine

Merci beaucoup pour votre avis @JG69. Je pourrais me laisser séduire par le livre. 

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >