Dune, de Frank Herbert

‎20-09-2021 12:05

Dune, de Frank Herbert

Dune.jpg

 

« C’est à l’heure du commencement qu’il faut tout particulièrement veiller à ce que les équilibres soient précis. »

 

Arrakis… Dune… La planète des sables… Ce globe désertique est l’unique source de la substance la plus convoitée de l’univers, l’épice de longue vie qui permet aux Navigateurs de la Guilde de replier l’espace pour les voyages interplanétaires. Lorsque le Duc Léto Atréides se voit attribuer par l’Empereur la planète Arrakis comme nouveau fief, il pressent un piège que l’honneur de sa Maison lui défend d’éviter. Son plus vieil ennemi, le Baron Harkonnen, n’attend qu’un faux pas de sa part pour reprendre ses droits sur la planète des sables. Paul, le fils que le Duc Léto a eu avec sa concubine Jessica, une Dame Bene Gesserit, est appelé vers son destin. L’Ordre matriarcal du Bene Gesserit a conçu un programme millénaire de sélection génétique dont le but est de fondre tous les dons dormants de l’espèce humaine en un être supérieur, le Kwisatz Haderach. Sur la planète Arrakis, le peuple autochtone Fremen, opprimé et habitué aux conditions de vie les plus éprouvantes, attend lui aussi son Messie. Les pièces de l’échiquier sont en place pour ce qui est probablement l’œuvre de science-fiction la plus admirable et élaborée jamais écrite.

 

« Dune » est à la science-fiction ce que « Le Seigneur des Anneaux » est à la fantasy. Frank Herbert n’a pas seulement imaginé le futur de l’humanité, il a « fait monde », créé une société féodale futuriste avec ses systèmes sociopolitiques et religieux, son histoire, mêlant des questions philosophiques à ce qui est probablement la première réflexion réellement aboutie de ce genre littéraire au sujet d’une écologie planétaire. « Dune » est aussi formellement révolutionnaire que « Guerre et Paix » de Tolstoï, dans le réalisme de ses détails, la profondeur de ses descriptions psychologiques, ou la complexité des questions sociétales abordées. « Dune » est le premier opus d’un cycle complet, le commencement d’une fresque épique et visionnaire encore inégalée aujourd’hui.

 

A découvrir sur Cultura.com

13 Réponses 13
‎18-09-2021 16:36

Re: Dune, de Frank Herbert

@dvall , dommage que Dune ne possède pas une notoriété suffisante malgré des fans de SF pour avoir une communauté aussi forte que (Harry Potter, Star Wars, Star treck, le seigneur des anneaux, DC et Marvel)

‎19-09-2021 12:48

Re: Dune, de Frank Herbert

Il est bien dommage que Dune soit classé uniquement SF, c'est peut-être ce qui rebute certaines personnes. Or, c'est effectivement une épopée très largement au niveau du Seigneur des Anneaux ou de Game of Thrones. Les vaisseaux spatiaux et la technologie ne sont pas le sujet central de cette histoire. Ce sont les intrigues politiques, la religion, la philosophie. Mais pas que. Il y a encore tant de choses qui ressortent tout au long des tomes. C'est vraiment une épopée extraordinaire qu'il faudrait avoir lu au moins une fois dans sa vie. Personnellement, j'ai déjà lu plusieurs fois chaque tome et j'adore à chaque lecture.

‎19-09-2021 14:11

Re: Dune, de Frank Herbert

@dvall je n'ai jamais été attirée par la lecture de Dune. Mais j'avoue qu'en écoutant l'émission "On aura tout vu" sur France Inter hier matin qui traitait de son adaptation cinématographique, j'ai commencé à penser que peut-être....ta chronique me fait dire maintenant que je dois le lire.Smiley clignant de l'œil

‎19-09-2021 14:30

Re: Dune, de Frank Herbert

Merci @MAPATOU. Je dis souvent aux personnes qui restent réticentes face à ce genre littéraire, que si elles ne doivent lire qu'un seul roman de science-fiction dans leur vie, ce doit être "Dune". Comme le rappelle @Allys, "Dune" n'est pas qu'un roman de science-fiction. Il s'agit d'une construction de l'imaginaire qui dépasse la simple projection technologique de l'humanité dans l'avenir. Dans le "Cycle de Dune", Frank Herbert interroge ainsi le devenir de l'humanité à un niveau jamais atteint. Il disserte sur les conflits culturels et géopolitiques, les grandes puissances industrielles privées, les questions de castes sociales, de religion et de fondamentalisme, il explore les dangers du messianisme, des guerres de religion, et propose une réflexion d'une grande acuité sur l'écologie planétaire, réellement visionnaire pour l'époque. Lorsque l'on étudie en détails l'œuvre de Frank Herbert, on ne peut pas ne pas y voir des échos frappants avec ce que nous vivons à notre époque. Le capitalisme à outrance, l'émergence des GAFAM qui font trembler des gouvernements entiers, l'asservissement par la technologie, la menace de l'extrémisme religieux, l'émergence nouvelle des courants de pensée mystique... Tous ces aspects ont été imaginés et développés par Frank Herbert tout au long des six romans qui composent le Cycle de Dune (je ne compte pas ceux écrits par Brian Herbert, son fils, qui a terminé le cycle comme un banal space-opéra). Je connais de grands lecteurs de science-fiction classique qui n'ont pas adhéré à Dune justement parce que cette œuvre s'intéresse davantage aux questions de société qu'à l'action et aux batailles dans l'espace. Je dirais même que les romans de Dune peuvent se lire comme des pièces de théâtre, de véritables tragédies grecques, à la dimension psychologique très dense. 

J'espère alors que vous vous laisserez tenter par "Dune", @MAPATOU...

‎19-09-2021 14:53

Re: Dune, de Frank Herbert

@Allys , Dune est en effet pas que de la SF, outre la religion très présente, la sociologie, on parle aussi d'environnement avec puisque Arrakis est une planète désertique l'eau est rare. L'épice est une ressource convoité. Guerre, trahison, mystère ou mystique. 

 

Avant David Lynch il y avait eu plusieurs projet avorté. En 2000 une mini-série à été faite d'ailleurs j'ai peu de souvenir sur celle-ci. Mais aussi jeux vidéo. 

‎19-09-2021 15:07

Re: Dune, de Frank Herbert

Dune.jpg

Reverence Mere.jpgCaladan.jpgOrni.jpgPaul et Jessica.jpgVer.jpgFremens.jpg

 

Dune

Un film de Denis Villeneuve, 2021

 

J’ai lu le Cycle de Dune une première fois quand j’avais quinze ans, l’âge de Paul Atréides au début du roman. Je l’ai relu entièrement à l’âge adulte avec autant de plaisir. L’adaptation cinématographique proposée par Denis Villeneuve est très fidèle au premier roman ; la première partie, du moins, puisque c’est un diptyque.

 

Dune est visuellement époustouflant, la bande-son de Hans Zimmer complètement immersive, la photographie superbe, et l’identité visuelle envoûtante. Les décors sont particulièrement réussis, les extérieurs de Caladan magnifiques, les intérieurs d’Arrakis monolithiques et oppressants à souhait, et les scènes dans le désert très convaincantes. Timothée Chalamet excelle dans le rôle complexe et évolutif de Paul Atréides, et son duo avec Jessica, sa mère dans l’histoire, fonctionne plutôt bien malgré quelques doutes initiaux. Je n’émarge pas au choix de Josh Brolin et Jason Momoa pour incarner Gurney Halleck et Duncan Idaho, qui sont d’ailleurs trop lisses en regard des personnages imaginés par Frank Herbert. Quant à Liet Kynes, l’écologiste et arbitre du changement, le faire jouer par une femme est un choix audacieux mais étrange. Charlotte Rampling est parfaite en Révérende Mère Gaius Helen Mohiam et il y a bien d’autres choix très judicieux dans le casting, comme celui de Stellan Skarsgård en Baron Harkonnen ou Oscar Isaac en Duc Léto Atréides. Les scènes d’action sont parfaitement orchestrées et Denis Villeneuve a évité avec habileté le jeu des voix intérieures des personnages, capitales dans le roman mais qui représentent une prise de risque majeure au cinéma, comme l’a montré la précédente adaptation de David Lynch. Je regrette un peu que la Maison Harkonnen ne soit pas davantage mise en avant dans ce premier volet, mais j’imagine que le réalisateur a fait des choix scénaristiques en cohérence avec le fait de proposer ce film en deux volets.

 

À ceux qui ne veulent rien savoir de plus sur l’histoire, arrêtez-vous ici et courez voir cette excellente adaptation, foi d’admirateur de l’œuvre de Frank Herbert ! Et pour ceux qui connaissent déjà l’intrigue, la suite de mon avis ci-dessous :

 

(...)

 

Au niveau scénaristique, je n’ai pas aimé ce prologue narré par Chani qui lui donne d’emblée un rôle important dans l’histoire alors que celui-ci devrait être plus suggéré et tardif. Je regrette aussi que l’installation sur Arrakis et le climat de suspicion qui existe entre le mentat Thufir Hawat et Jessica dans le roman aient été complètement éliminés du film. Le rôle des mentats, particulièrement éminent pour les grandes Maisons, n’est pas vraiment mis en lumière dans le film. Le choix du réalisateur de donner plus d’importance aux scènes en extérieur sur Caladan offre des plans superbes mais c’est au détriment de scènes importantes dans le roman, comme celles de la serre ou du dîner avec des représentants d’Arrakis. Adapter, c’est toujours trahir, au moins un peu. Mais je pardonne ces écarts et salue l’exploit de Denis Villeneuve sur ce film. Reste maintenant la douloureuse attente avant le second volet, en espérant très fortement que la Warner se décide à le financer…

‎20-09-2021 13:30

Re: Dune, de Frank Herbert

@dvall Superbe affiche ! Dune a été longtemps mon livre de chevet et je suis impatiente de voir le film pour raviver ces merveilleux souvenirs.

‎20-09-2021 13:50

Re: Dune, de Frank Herbert

merci @dvall , je vais courir voir le film et une fois l'avoir vu je lirai le reste après votre avertissement par peur du spoile. Smiley surpris 

‎20-09-2021 14:20

Re: Dune, de Frank Herbert

ça fait des années que j’entends du bien de ce livre, je pense l’acheter prochainement pour me lancer. 
je pense que ça peut me plaire sans problème Smiley heureux

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >