Festival d'Angoulême 2018 : découvrez La Cantine de Minuit de Yaro Abe

‎28-12-2017 11:20

Festival d'Angoulême 2018 : découvrez La Cantine de Minuit de Yaro Abe

Découvrez La Cantine de Minuit de Yaro Abe, album en lice pour le Prix du Public Cultura 2018

 

encart-cl-la-cantine-de-minuit.png

 

Dans une ruelle de Shinjuku, une gargote sert de la soupe miso au porc et trois types d’alcools. Ça c’est ce qu’annonce l’affiche à l’entrée mais, en réalité, le patron prépare aux clients ce qu’ils souhaitent. Ouverte toute la nuit, La Cantine de Minuit tisse de plat en plat le quotidien d’un quartier de nuit où se croisent stripteaseuses volages, yakuzas nostalgiques et amoureux déçus. Un microcosme attachant à déguster dans ce très beau manga grand format.

 

Au comptoir d’un restaurant perdu dans un quartier du centre de Tokyo, se croisent vies brisées, petits tracas et grandes joies. Le tenancier, aussi mystérieux que la cicatrice qui lui barre l’œil, raconte au lecteur ses rencontres autour de repas qui en prennent une saveur particulière. Loin de la gastronomie tape-à-l’œil ou du catalogue de madeleines de Proust, on se régale de ce ballet nocturne d’êtres qui se dévoilent autour de préparations qui mettent l’eau à la bouche.

 

Dans La Cantine de minuit, la narration minutieuse, tout en ellipses, évite les grands effets de manches ou de trop assaisonner le récit de bons sentiments. De simples saucisses coupées en forme de poulpe sort le doux effluve d’un amour de jeunesse et d’un rêve brisé. D’un amour identique pour les œufs au plat accompagné d’un différend autour de la sauce à utiliser savoure-t-on l’ironie de deux vies si semblables... Une cuisine en apparence simple mais qui fond en bouche, apaisante et chaleureuse.

 

Aussi épuré que le récit, le trait d’Yarô Abe est pareil à un dosage subtil d’aromâtes. Assez léger pour que les scènes de striptease ne tournent pas au voyeurisme et assez assuré pour que les moments intimistes soient denses, il parfume ces moments tokyoïtes de réalisme et de poésie quotidienne.

 

Comme un met simple mais parfaitement équilibré, La Cantine de Minuit rend irrémédiablement accro, pour notre plus grand plaisir.

Découvrez la sélection du Prix du public Cultura

 

Plus d'infos sur Cultura.com/festivalangouleme 

 

Balises (2)
1 Réponse 1
‎09-02-2022 10:38

Re: Festival d'Angoulême 2018 : découvrez La Cantine de Minuit de Yaro Abe

Ma note: ⭐️⭐️⭐️⭐️

 

Résumé : Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer...
Avec son trait fin et épuré, son style très personnel, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant.

Je lis assez peu de mangas (j'aimerais en lire plus mais je connais mal, n'hésitez pas su vous avez des recommandations !) mais celui-ci m'avait fait de l'œil lorsque j'étais allée au Festival d'Angoulême. Sur le stand de l'éditeur j'avais acheté le coffret des trois premiers tomes, persuadée que cette série me plairait. Et j'ai eu raison !

Dans ce restaurant ouvert toute la nuit, les personnages tous plus différents les uns que les autres se croisent et interagissent avec le patron de l'établissement. Chaque chapitre raconte la petite vie de l'un de ces personnages. Comme une sorte de chronique sociale bienveillante, certains reviennent quelques chapitres loin, d'autres ne font que passer. 

La cantine de minuit est un manga chaleureux et tendre qui fait du bien à lire... et qui donne sacrément faim, aussi ! 😆 

La série a également été adaptée sur Netflix sous le titre Midnight Dinner, Tokyo Stories. Je n'ai encore regardé aucun épisode mais ça me tente bien ! 

 

Et vous, avez-vous lu La Cantine de minuit ?