Glaise, de Franck Bouysse

‎24-02-2021 11:29

Glaise, de Franck Bouysse

Glaise.jpg

 

"Glaise" est probablement mon roman préféré de Franck Bouysse, même si je n’ai lu à ce jour qu’une petite moitié de son œuvre. J’ai goûté le verbe elliptique de "Grossir le ciel", la noirceur abyssale de "Né d’aucune femme", l’élan métaphorique de "Buveurs de vent"… Avec "Glaise", j’ai eu des réminiscences de Michel Tournier, capable par quelque somptueuse alchimie de rendre fascinant et poétique ce qui est normalement laid et repoussant. Il y a aussi un peu de Faulkner sous la plume de Franck Bouysse, là où le fardeau de la terre se mêle à celui de la famille, là où les cœurs grondent de pulsions et de secrets, de maux inavoués et de terreurs sourdes.

 

L’histoire se déroule en 1914, en une période sombre de l’histoire où les hommes vaillants et même les bêtes sont mobilisés pour la guerre. C’est pourtant la lumière de l’été qui baigne cette région du Cantal, où l’on vit au rythme de la nature et des travaux de la ferme. Joseph a quinze ans, il habite avec sa mère et sa grand-mère depuis que son père est parti au front. C’est un garçon travailleur qui aime façonner des statuettes de glaise le soir venu. Il a pour ami leur vieux voisin Léonard, un peu grand-père de substitution. Et non loin de chez eux habitent Valette et sa femme Irène, dont le fils unique est parti combattre lui aussi. Valette a échappé à la mobilisation du fait de sa main mutilée. C’est un homme bouillonnant et brutal, aux appétits sordides et irréfrénés, qui ne tolère aucune écorchure à son autorité. C’est chez lui que sa belle-sœur Hélène et sa nièce Anna vont trouver refuge. Leur arrivée va bouleverser le quotidien de tous, déclencher des émotions et des passions, réveiller ce qui gronde dans les cœurs ou les ventres.

 

Tout au long des pages, on sent le drame enfler en même temps que les sentiments qui malmènent ces personnages faits de chair et d’humeurs. On retrouve aussi en contrepoint de l’intrigue principale un engrenage narratif que Franck Bouysse réemploiera dans "Né d’aucune femme", comme un mystère qui s’égrène doucement pour finir par exploser tel un pavot. Le tout est d’un bel équilibre, à la fois sombre et lumineux.

 

A découvrir sur Cultura.com

10 Réponses 10
‎01-05-2021 19:19

Re: Glaise, de Franck Bouysse

@dvall Un magnifique roman !

Voici ma chronique :

Il faut traverser le village de Saint-Paul puis prendre la route qui monte au puy Violent pour trouver, juste avant le sommet, d’abord la ferme des Grand Bois puis les deux fermes de Chantegril. C’est un peu le bout du monde et les trois familles qui vivent là partagent leur lot de malheurs et de rancœurs. Mais la Grande Guerre, en mobilisant les hommes et les bêtes et en les arrachant à leur village et à leur famille dans le plus grand déchirement, va effriter l’équilibre précaire qui perdurait depuis des générations.

Des enfants perdus, des amours secrètes, des violences étouffées, tout une vie rurale qui peine et se tait, dans le labeur et l’acceptation, rouage de traditions qu’un rien peut enrayer. Ce sera cette belle sœur et sa fille débarquées de la ville pour attendre un mari mobilisé ou ce jeune inconnu revenu du front pour un mystérieux hommage, qui vont être les déclencheurs d’une catastrophe finale étourdissante.

Glaise est surtout un roman d’ambiance, où l’on s’imprègne de ce passé des campagnes bercées et malmenées par le rythme des saisons.

Les personnages sont moins importants que la vie qu’ils mènent et Franck BOUYSSE s’est surtout attaché à nous en conter les mœurs et les épreuves, avec sa très belle écriture, empreinte de poésie et de sensations.

Un beau roman, émouvant et dur, comme une petite touche de peinture dans le tableau de vie de nos ancêtres ruraux, que j’ai lu sans pouvoir le quitter du début à la fin.

‎01-05-2021 19:33

Re: Glaise, de Franck Bouysse

Mon préféré de Franck Bouysse à ce jour ! Merci @IsaPouteau 

‎24-05-2021 14:24

Re: Glaise, de Franck Bouysse

@dvall @IsaPouteau je n'ai pas partagé le même enthousiasme que vous deux sur ce roman :

 

Selon la définition du dictionnaire, la glaise est une terre grasse, compacte et plastique.

 

C’est dans cette terre que les maris, pères et fils d’un petit village du Cantal, envoyés dans les Ardennes en 1914, vont creuser les tranchées censées les abriter.

 

C’est dans cette terre que ceux restés au village, c’est à dire les vieux, les très jeunes adolescents et les réformés, vont devoir semer, récolter, essayer de survivre.

 

Joseph, 15 ans, voit reposer sur ses épaules le sort de la ferme familiale après le départ à la guerre de son père. Il sera aidé par un vieux voisin, Léonard, ainsi que sa mère Mathilde, une femme dure à la tâche.

 

Il devra apprendre à composer avec le propriétaire de la ferme voisine de la sienne : Valette, dont la main mutilée le tient loin de la guerre. C’est un homme dangereux, plein de hargne, de violence et de rancoeur.

 

L’arrivée dans la ferme de Valette de la femme de son frère et de sa nièce adolescente, venues y trouver refuge, va bouleverser la donne.

 

Joseph trouvera l’amour auprès d’Anna ; Valette et sa femme verront leurs penchants sombres s’exacerber.

 

Si l’histoire est bien construite, le style de l’auteur impeccable, je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à progresser dans la lecture de ce roman. Le sentiment parfois de m’enfoncer moi aussi dans cette glaise.

Peut-être n’était ce pas le bon moment pour moi de découvrir ce roman.

 

 

‎25-05-2021 00:41

Re: Glaise, de Franck Bouysse

Merci pour votre retour, @MAPATOU. Quand je dis que ce roman est sans doute mon préféré de l'auteur à ce jour, j'ai un peu de mal à dire pourquoi, certainement parce que cela relève du subjectif, de la sensibilité personnelle, de l'identification aux personnages... Peut-être ai-je trouvé la construction narrative de "Glaise" plus équilibrée que celle de "Buveurs de vent" par exemple, ou moins cryptique à certains égards que celle de "Né d'aucune femme". Si je n'ai rien à reprocher à la construction épurée de "Grossir le ciel" et que j'ai beaucoup aimé son ambiance pesante, en revanche j'ai préféré me plonger dans l'histoire et les personnages de "Glaise", plus nombreux et contrastés. Le sentiment de s'enfoncer dans la glaise, comme vous dites, c'est quelque chose que j'ai aimé détester... Quoi qu'il en soit, lire un roman de Franck Bouysse est toujours un plaisir pour moi. Retrouver ce style qui m'a tant charmé depuis "Né d'aucune femme", ces ambiances noires et rurales...

De votre côté, quel est votre roman préféré de l'auteur ?

‎25-05-2021 20:38

Re: Glaise, de Franck Bouysse

@dvall je n'ai lu que deux romans de Franck Bouysse , à savoir "Né d'aucune femme" et "Glaise". J'ai préféré le premier pour l'instant. Je pense lire les autres romans de cet auteur. A suivre....

‎25-05-2021 21:06

Re: Glaise, de Franck Bouysse

Très bien, @MAPATOU, j'attendrai donc votre retour sur les autres...

‎08-07-2021 09:18

Re: Glaise, de Franck Bouysse

Bonjour @dvall et @MAPATOU 

 

Je viens ajouter mon grain de sel dans ces échanges sur "Glaise" que j'ai fini de lire hier soir.

 

C'est le second roman de Franck Bouysse que je lis. Après "Buveurs de vent", me voilà plongée dans la campagne du Cantal de 1914, au moment de la mobilisation. L'histoire se passera sur un peu plus d'une année, nous verrons donc l'ensemble des saisons sur cette terre rude et exigeante. Ce passage du temps m'a semblé très important dans l'histoire, car il met en avant le changement d'état d'esprit progressif des gens face à la durée de la guerre, eux qui la pensaient courte à l'été 14.

 

Autant le dire tout de suite, j'ai adoré "Glaise". Les personnages sont aussi marquants que marqués, aussi bien par les évènements cruels qui leur tombent dessus que par la nature elle-même, le temps qui passe à cultiver la terre et à s'occuper des animaux. Ainsi Joseph qui devient homme plus vite que prévu et veut être reconnu comme tel. Ainsi Anna, jeune fille de la ville qui avance selon ses désirs sans se soucier du lendemain. Ainsi Mathilde la mère, qui prend le joug car elle n'a pas le choix. Ainsi Valette le voisin méfiant et violent envers les autres et en colère contre lui-même de ne pas être à la hauteur de ses ambitions.

Comme souvent dans les campagnes, on est avare de mots, surtout de ceux qui montreraient des sentiments, mais le récit est pourtant parsemé de dialogues qui vont à l'essentiel. On ne s'ennuie donc pas dans des descriptions à n'en plus finir. Malgré la période lourde de pessimisme, on sent la vie partout dans cette histoire : la naissance de chiots, la semence des graines, l'amour entre Anna et Joseph, les parties de pêche.

Et puis il y a la montée en tension, provoquée par l'arrivée de Anna et sa mère chez Valette. Il va se passer des choses, c'est sûr. Des gens partent à la guerre, d'autres arrivent au village, les cartes sont rebattues. Elles vont révéler les failles des uns et le courage des autres, l'amour et le désespoir aussi.

 

L'écriture est magnifique, telle que je l'avais déjà aimée dans "Buveurs de vent". Les mots sont justes, les comparaisons judicieuses, le rythme idéal. J'ai particulièrement aimé les quelques chapitres écrits en italique. Ils ne font que 2 à 3 pages chacun, interviennent à intervalle régulier, et ce ne sont que des dialogues rapides, plein de sentiments. On ne sait pas qui parle, et on ne le comprend qu'en fin de roman. Du coup, je suis revenue en arrière pour "refaire le film" et j'ai apprécié encore plus cet effet de style.

 

Vous l'aurez compris, Franck Bouysse fait maintenant partie de mes "auteurs à suivre". Vous parlez beaucoup de "Né d'aucune femme". Je sais ce qu'il me reste à faire...

‎08-07-2021 10:04

Re: Glaise, de Franck Bouysse

Bonjour @soff78 ! Content que ce roman, mon préféré de Franck Bouysse à ce jour, vous ait plu autant. J'avais beaucoup aimé "Buveurs de vent" également, mais y avait trouvé quelques petits défauts de structure et de rythme. Dans "Glaise", comme vous l'indiquez, le rythme paraît idéal et bien mené, avec en contrepoint cette mécanique employée dans "Né d'aucune femme", qui apporte une voix mystérieuse et redondante dans le récit, et dont on apprend l'identité qu'à la fin de l'histoire. Si je comprends bien, "Né d'aucune femme" sera votre prochain Bouysse. Pour moi, il fut le premier !

‎08-07-2021 17:20

Re: Glaise, de Franck Bouysse

@soff78 @dvall @MAPATOU Tous les romans de Franck BOUYSSE sont superbes et ils sont tous à découvrir.

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >