Je me souviens de Falloujah de Feurat ALANI

‎24-02-2023 13:50

Je me souviens de Falloujah de Feurat ALANI

En Août 2019, Euphrate se retrouve à l’hôpital au chevet de son père, Rami. Ce dernier ne le reconnaît pas. Euphrate sent alors l’urgence de faire se raconter ce père taiseux et secret sur son énigmatique passé irakien. Il a besoin que le voile soit levé sur la mystérieuse carte militaire avec la photo de son père qui porte un autre nom ,découverte des décennies plus tôt dans une valise au fond d’un placard. Cette carte qui fait partie d’un passé jamais abordé et entouré d’un silence de plomb. Au fil des visites d’Euphrate, des évènements de la jeunesse de Rami remontent à la surface tels que la mort de sa mère,  Mouhja, l’arrivée de sa belle-mère qui n’a qu’un but, l’anéantir, sa fuite vers la France en 1972 après de longs mois d’emprisonnement et de tortures. Après cette date, la mémoire a disparue, tout s’est effacé et ce sera Euphrate qui racontera la vie en France et apprendra à son père qu’il est marié à Wafa et a également une fille Aroi.

Avec l’histoire de Rami, c’est celle de l’Irak qui se dessine sous nos yeux, de l’occupation anglaise à la révolution et à la prise de pouvoir de Saddam Hussein, puis ensuite de la chute de celui-ci à l’occupation américaine.

Ce livre est le témoin des retrouvailles entre un père taiseux et un fils qui a besoin de savoir qui il est et d’où il vient. Il parle d’une quête d’identité, de secrets de famille, de non-dits et de transmission de l’histoire familiale avec ici en toile de fond l’urgence de la mémoire qui disparait, emportant tout cela. Cette urgence va faire tomber les barrières du silence et permettre enfin à Euphrate de renouer le fil rompu d’un dialogue avec ce père, gardien muet d’un passé « compliqué » et de devenir à son tour la mémoire dévoilée de l’histoire familiale à transmettre.

Un roman puissant et bouleversant avec, dans les toutes dernières pages, une révélation inattendue qui apporte un dénouement poignant à la vie modeste de ce réfugié politique Irakien au passé douloureux qui perdit l’insouciance de l’enfance l’année de ses huit ans.

 

je me souviens de Falloujah.jpg

 

 

 

 

Retrouvez ce livre sur Cultura.com 

9 Réponses 9
‎24-02-2023 14:39

Re: Je me souviens de Falloujah de Feurat ALANI

Bonjour @Katili et merci pour cet avis, c'est une découverte !

‎28-02-2023 15:04

Re: Je me souviens de Falloujah de Feurat ALANI

Je viens de le terminer aussi @Katili @CharlotteV et je suis un peu plus réservée sur ce roman.

 

Ma chronique vous dira pourquoi : 

 

Comment vivre pleinement sans savoir d’où l’on vient, sans connaître l’histoire de sa famille ?

Si le narrateur est originaire d’Irak, il est né en France en 1980 et n’a jamais rien su du passé de ses parents, ni des raisons qui les ont poussés à quitter leur pays pour s’installer si loin de chez eux.

Parce que Rami son père est en train de perdre la mémoire, le fils, Euphrate, tente de solliciter ses souvenirs pour lui faire raconter, enfin, tout ce qu’il a toujours tu à ses enfants.

Car ce père ne fut pas toujours vendeur à la sauvette de cartes postales et, de « cette société des murmures » d’où il vient, il a appris à se taire pour sa survie et a conservé cette attitude durant toute sa vie.

A travers ce roman, nous découvrons l’histoire contemporaine de ce pays du Proche-Orient qui fut un des berceaux de la civilisation.  Ainsi nous parcourons la fin de la colonisation britannique avec la révolution d’indépendance, le coup d’Etat et la dictature de Saddam Hussein, la guerre contre l’Iran puis contre le Koweit, et finalement l’occupation américaine.

Avec ce premier roman, Feurat Alani nous offre non seulement un regard émouvant sur la mémoire et la transmission, mais il nous livre également un récit historique passionnant et révélateur sur ce pays qui a beaucoup souffert et ne se relève toujours pas de tant d’années de guerre, de contraintes et de pauvreté.

J’ai regretté l’insignifiance de la mère dans ce sujet de la filiation et cela a quelque peu gâché mon intérêt pour ces échanges « entre hommes ». D’ailleurs, à part la grand-mère décédée dans l’enfance de Rami, l’image des femmes n’est pas très glorieuse, ni pour ce qu’elles transmettent et encore moins pour ce qu’elles représentent dans cette société.

Mais en parallèle, j’ai été passionnée par l’Histoire irakienne et ce roman restera pour moi une révélation.

 

Il sort le 01/03/23

‎24-02-2023 17:41

Re: Je me souviens de Falloujah de Feurat ALANI

@CharlotteV et c est un premier romanSmiley clignant de l'œil

‎25-07-2023 10:43

Je me souviens de Falloujah

 Feurat Alani

 

14_9782709671248_1_75.jpg

 

 

 

Lorsqu’Euphrate constate que son père commence à perdre ses repères, s’impose à lui  comme une urgence de mettre des mots sur les mystères de son passé, sur les non-dits de sa vie familiale. D’autant que parmi les affaires de son père, il a trouvé des papiers qui ouvrent le champ des possibles sur l’identité même du vieil homme. Qui était réellement Rami ? Quels sont les motifs de son exil ? C’est cette quête qui guide le récit, au gré de la mémoire fantasque de Rami.

 

Le roman retrace l’histoire tourmentée de l’Irak, depuis la révolution de 1958 jusqu’à nos jours. Un pays traversé par la guerre, civile ou fomentée par les états occidentaux avec en filigrane les possibles marchés autour du pétrole. Et derrière les décisions politiques, des êtres impliqués malgré eux, des ruines toujours plus nombreuses, des trahisons et des malheurs. Au sein de la famille même de Rami, il est difficile de différencier ami ou ennemi. 

Pour Euphrate, qui découvre le pays de ces ancêtres quand il est ado, bien des illusions se perdent.

 

 

L’intérêt pédagogique est indiscutable, pour mieux connaître l’histoire de ce petit pays martyr. Le roman apporte la touche affective qui renforce l’adhésion au propos. 

 

La construction est par contre un peu complexe. On ne sait pas ce qui ressort de la mémoire altérée du père ou d’un récit inclus dans le roman. Le fil conducteur de l’amnésie n’st pas utilisé jusqu’au bout.

 

Il en reste cependant un roman très intéressant. 

 

288 pages Lattès 1 mars 2023

 

 

Citations

 

La mémoire olfactive est la plus affective et la plus arbitraire. Elle s'invite par surprise au détour d'un parfum, d'une rencontre, d'un lieu. Elle vient à nous sans crier gare. Cette nuit là, je retrouvais l'odeur de soufre qui m'avait suivi la première fois que j'avais pris le métro. Dès lors cette odeur ne m'évoquait plus que la guerre et son fiel.

 

*

 

La mémoire n'est pas forcément une reproduction fidèle de ce qui s'est réellement passé. Elle retient aussi bien ce qu'elle désire que c'est ce qu'elle abhorre.

 

 

 

Feurat Alani

 

Feurat Alani est né en France en 1980 de parents irakien. Grand reporter, il a aussi réalisé de nombreux documentaires pour la télévision française avant de fonder sa propre société de production. Il est lauréat du prix Albert Londres en 2019 de vivre Le parfum d'Irak. Je me souviens de Falloujah et son premier roman.

 

Disponible sur cultura.com

 

‎25-07-2023 10:47

Re: Je me souviens de Falloujah

Bonjour @Kittiwake  merci pour cette chronique, @Katili et @IsaPouteau ont déjà un posté un sujet je pense que @LeaCultura pourra regroupé vos avis. Smiley clignant de l'œil


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
‎25-07-2023 11:00

Re: Je me souviens de Falloujah

@spitfire89  Ah désolée, le titre n’est pas apparu quand j’ai voulu poster ma chronique !

‎25-07-2023 11:14

Re: Je me souviens de Falloujah

@Kittiwake il m'est arrivé la même chose ce week-end avec un autre post d' @IsaPouteau

 

 


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
‎25-07-2023 11:30

Re: Je me souviens de Falloujah

@Kittiwake @spitfire89 ce sont les mystères de l'informatique. Elle nous surprend souvent mais c'est ce qui fait son charme.

‎25-07-2023 13:31

Re: Je me souviens de Falloujah

@IsaPouteau  et @Kittiwake  c'est bien vrai comme l'encart sujet similaire malgré que je reprend les bases des titres en changent juste le numéro de tome les précédents n'apparaissent pas toujours. 


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
Les dernières discussions
Tout afficher >
"Ce morceau est autobiographique, c'est une certitude. Ce garçon perdu dont il parle, c'est lui. La souffrance empreinte...
Bonjour,   Je viens de terminer ce polar historique d'une de mes auteures favorites :     Paris,...
Bonjour à tous après avoir voter pour la catégorie Polar pour le Prix des lecteurs le livre de Poche je suis allé jeté u...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >