L'Invention du diable, Hubert Haddad

‎05-06-2023 08:44

L'Invention du diable, Hubert Haddad

L'Invention du diable.jpg

 

L’Invention du diable

Hubert Haddad

 

« Tant que l’edelweiss de l’impérissable gloire ne te sera pas acquis, tu pérégrineras sur cette terre dans la perpétuité de ton dernier âge pour le meilleur et pour le pire… ». C’eût pu être les mots prononcés par le démon fourchu à l’égard de Marc Papillon de Lasphrise, soldat-poète qui rêva pour ses Diverses poésies de l’immortalité accordée aux talents reconnus. Œuvre étonnante que ce récit hypnotique à la langue châtiée, éprise d’une éloquence parfois emberlificotée dans ses ingénieuses trouvailles étymologiques et syntaxiques. Ce livre-là se lit comme un recueil poétique en spirale, pour l’amour de la langue faconde et du verbe enluminé. Mise en abîme de l’histoire d’un homme à la condition immortelle, balloté par les flots de l’Histoire et des deuils répétés sans possibilité aucune d’en réchapper.

 

Après des années passées à guerroyer au côté des Guise en pleines guerres de Religion, sans pour autant manquer de butiner la pucelle, le Capitaine Lasphrise s’éprend de poésie et se retire dans sa demeure angevine pour se consacrer à la versification. Lassé de ne point trouver la consécration, il conclut un pacte avec le diable apparu devant lui dans un nuage de souffre, et se retrouve à errer sur Terre, son livre sous le bras et à talonner les flancs d’un destrier sans cesse renouvelé mais au nom inchangé de Saut Perdu. Prononcé mort en 1599, Papillon continue cependant d’arpenter territoires et époques, croisant le chemin d’illustres inconnus ou de figures familières telles Napoléon ou le Marquis de Sade. Des champs de bataille aux salons des Précieuses ridicules, des cachots de la Bastille jusqu’au cimetière du Père-Lachaise, le soldat-poète traîne ses rimes et son âme, ne cessant de reconnaître et de poursuivre à travers les femmes de sa vie cette Nouvelle Inconnue, image de l’amour absolu…

 

Marc de Papillon a réellement existé. Celui qui se faisait appeler Capitaine Lasphrise, en référence à ses faits de bataille, fut un poète baroque satirico-érotique à qui l’on doit une coquette somme de Sonnets, Stances, Élégies et Chansons. Parmi eux, les Amours de Théophile, composées en l’honneur d’une bénédictine du nom de Renée Le Poulchre, l’un des multiples visages de la Nouvelle Inconnue.

 

L'invention du diable : Hubert Haddad | Cultura

1 Réponse 1
‎05-06-2023 08:42

Re: L'Invention du diable, Hubert Haddad

@dvall bonjour, merci pour cette belle découverte je le note aussi ! 👍

Les dernières discussions
Tout afficher >
Un enfant à protéger :   "Il y avait chez cet homme une impassibilité qui lui mettait les nerfs à vif. Toute son ...
  Que choisir ? La liberté, l'amour ou la mort ….   Afin de libérer sa meilleure amie Ciara retenu...
@CharlotteV , @LeaCultura , voici une nouvelle participation au [CHALLENGE] Lire 5 BD en 2 mois.   ...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >