L'allègement des vernis de Paul Saint Bris

‎28-03-2023 09:43

L'allègement des vernis de Paul Saint Bris

 

 

https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2023/03/lallegement-des-vernis-de-paul-saint.html

 

Aurélien est directeur du département des peintures du Louvre. Cet intellectuel nostalgique à la conscience esthétique aigüe voit dans le musée un refuge où se protéger du bruit du monde. Mais la nouvelle présidente, Daphné, une femme énergique d'un pragmatisme désinhibé, et d'implacables arguments marketing lui imposent une mission aussi périlleuse que redoutée : la restauration de la Joconde.

 

A contrecœur, Aurélien part à la recherche d'un restaurateur assez audacieux pour supporter la pression et s'attaquer au chef-d'œuvre. Sa quête le mène en Toscane, où il trouve Gaetano, personnalité intense et libre. Face à Monna Lisa, l'italien va confronter son propre génie à celui de Vinci, tandis que l'humanité retient son souffle.

 

Quand la présidence du Louvre est attribuée à une femme non issue du corps des conservateurs du patrimoine, comme la coutume l'exige, mais à la directrice des relations extérieures, la communication prend le pas sur l'expertise, l'objectif va être de maximiser la rentabilité, de redresser la fréquentation et de faire entrer le Louvre dans une nouvelle ère. D'où ce projet de restauration de la Joconde pour raviver ses couleurs dans un but esthétique, pour retrouver la lisibilité de la peinture, alors que son état ne nécessite aucune restauration.

Ce roman met en lumière le travail des restaurateurs, hommes de l'ombre éternels oubliés, artisans sans prétention artistique ? artistes ? et nous immerge dans la vie du musée. Ce projet de restauration de la Joconde, restauration du siècle, implique commission d'experts, secret gardé jusqu'au communiqué officiel dont chaque mot sera pesé, garde-fous posés par un collège d'experts, polémiques, travail sous la pression  des experts, des médias, du public, des politiques et sous la pression diplomatique sur fond de demande de restitution de l'œuvre par l'Italie.

L'auteur s'appuie sur une solide documentation qui n'apparait jamais pesante, on apprend que l'oxydation des différentes couches de vernis appliquées lors de nombreux revernissages au gré des époques a modifié les teintes originales du tableau. 

Ce roman captivant, vivant et fluide interroge notre rapport à l'art à notre époque de boulimie visuelle et met en scène la confrontation de deux artistes sur la même œuvre à travers les époques. Porté par un style vif, parsemé de touches d'humour, il offre un équilibre parfait entre documentation, romanesque et légèreté, avec une intrigue intelligemment menée et un dénouement inattendu. Une belle découverte.

Cultura Champagne
1 Réponse 1
‎08-04-2023 17:22

Re: L'allègement des vernis de Paul Saint Bris

@JG69 @

 

Coup de coeur pour moi aussi !

Ma chronique :

 

Au Louvre, une petite révolution est en marche ! L’oeuvre la plus illustre donne des signes de patine qui compromettent une appréciation de la délicatesse et du choix des couleurs par le génie que fut De vici. Alors pourquoi ne pas tenter une restauration de la toile mythique ? Les débats préalables font rage dans l’équipe, risque de dénaturer l’oeuvre, diminution de la fréquentation du musée pendant l’indisponibilité du tableau, complexité de la tâche. Malgré tout, la décision est prise, d’autant que les moyens informatiques permettent de simuler le travail et confortent le bien fondé d’une telle entreprise. Reste à trouver l’oiseau rare capable de s’y atteler et acceptant de prendre cette responsabilité. C’est un personnage particulier, italien, renommé qui sera choisi. Son excentricité va de pair avec ses compétences. 

 

Les données techniques et historiques sont insérées avec adresse dans le cours du récit, le roman est ainsi une mine d’or pour comprendre les enjeux d’une profession de l’ombre, qui ne se fait connaître que si par malheur une restauration est ratée, provoquant scandale et opprobre.

 

C’est aussi une réflexion sur le temps qui passe, la succession des générations : 

 

« Avant reste pourtant votre présent, mais vous pressentez qu’il appartient déjà au passé, car vous-même avez subtilement glissé. Et si vous parlez d’avant, vous parlez aussi de maintenant comme si ce n’était plus de votre temps qu’il s’agissait, comme si maintenant était étranger, allogène, comme si  maintenant  n’était pas un bien commun à tous les vivants mais un privilège réservé à d’autres que vous ne comprenez plus »

 

L ‘auteur y aborde aussi le thème de la beauté, de sa définition, de sa perte dans la vie courante, sacrifiée sur l’autel de la rentabilité et de l’éphémère d’une société de consommation. 

 

Le roman ne manque pas d’humour : on pense au ballet de l’auto laveuse circulant entre les sculptures ! Épisode qui convoque aussi les arts de la musique et de la danse.

 

Porté par une très belle écriture, raffinée et érudite, tout en restant accessible, ce premier roman est remarquable. 

 

  352 pages Philippe Rey 12  janvier 2023

 

Les dernières discussions
Tout afficher >
...etrouver est un roman érotique à mi-chemin entre le thriller et la romance. Un amour passionnel défiant les tourment...
En 2006 deux petites filles qui étaient voisines disparaissent le même jour mais n'étaient pas ensemble au moment d...
Depuis mercredi dernier et jusqu'à demain soir se tient à Marseille le 7ème Festival littéraire Oh Les Beaux Jours. J'a...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >