La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

‎30-09-2022 17:20

La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

15_9782818055861_1_75.jpg

 

Chaque famille a ses particularités, ses secrets, ses blessures mais il y en a certaines qui sortent de tous les cadres.

Farah est une adolescente de 16 ans passionnée de romans policiers, son père Lenny est le fondateur d’une congrégation millénariste La Treizième Heure et sa mère Hind est maquilleuse pour le théâtre et le cinéma.

Mais dans cette famille, rien n’est ce qu’il paraît et ce roman nous entraîne dans un tourbillon d’illusions où l’anticonformisme est de mise.

Rythmée par les enquêtes romanesques de Farah, les messes poétiques de Lenny et les paroles de chansons de Hind, ce livre nous parle de transgenre, d’hermaphrodisme, de GPA mais aussi de secte, de manipulation et de prosélytisme.

L’autrice consacre une partie à chacun de ces trois personnages atypiques et construit progressivement l’histoire de cette famille en la faisant raconter de trois points de vue différents. Leur vécu s’éclaire un peu plus à chaque page et fait monter notre empathie pour ces êtres marginaux qui vivent dans un monde d’exclusion.

Ce roman d’Emmanuelle Bayamak-Tam monte crescendo en densité et nous parle de tolérance, d’acceptation de soi et de résilience, pour finir en une apothéose de sentiments parfois opposés mais toujours bouleversants.

Pourtant, seule la troisième partie consacrée à Hind m’a vraiment passionnée et j’ai éprouvé beaucoup d’empathie pour cette femme exubérante et excentrique mais fragile et blessée par la vie. J’ai découvert avec elle avec, tout ce que les personnes LGBT+ vivent comme rejet, haine et violence, dans une société qui manque encore cruellement d’ouverture d’esprit.

En mêlant deux sujets d’actualité sensibles, j’ai trouvé que l’autrice avait fait un mélange des thèmes contre-productif et, autant le sujet de la transidentité m’a semblé captivant, autant je suis restée dubitative sur celui des sectes qui est assez galvaudé et me hérisse souvent.

Un roman original que j’ai lu avec un intérêt inégal et pour lequel je conserve quelques réserves.

 

Roman lu dans le cadre du Prix Landerneau 2022 dont @clo73 vous a parlé @CharlotteV @montagne85 @maelledbd @joëllette16 et auquel je participe également.

 

à retrouver sur Cultura

 

11 Réponses 11
‎01-10-2022 09:29

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@IsaPouteau Je le commence d'ici quelques jours. C'est le dernier livre qui me reste à lire du Prix Landerneau. Je n'ai eu aucun coup de cœur des trois autres lectures. 

‎01-10-2022 10:12

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@clo73 C'est vrai que ça n'a pas le niveau des années passées.

‎01-10-2022 10:24

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@IsaPouteau il y a plus de prise de risque de la part de Landerneau cette année et personnellement je préfère ça, l'année dernière les 4 finalistes du Landerneau étaient déjà largement médiatisés et encensés partout.

‎01-10-2022 10:31

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

Tout à fait @JG69 Même s'il y a un mélange d'auteurs très expérimentés comme Emmanuelle Bayamack-Tam et de jeunes auteurs comme Hadrien Bels.

J'intègrerai dans mon choix final, le fait que ce prix doit s'adresser à un large public et qu'il doit représenter une culture populaire.

‎03-10-2022 09:19

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@IsaPouteau j'aime beaucoup Emmanuelle Bayamak-Tam donc je lirais peut-être Treizième heure prochainement en attendant l'annonce des résultat le 12 octobre Smiley heureux J'ai hâte de connaître l'avis de @clo73 qui appréhende cette lecture, en espérant que ce soit une bonne surprise !

‎09-10-2022 09:27

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@IsaPouteau @clo73 @CharlotteV 

 

J'ai adoré !!!     https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2022/10/la-treizieme-heure-demmanuelle-bayamack.html

 

Emmanuelle Bayamack-Tam nous livre ici un roman ultracontemporain dans lequel elle décortique la question de la transidentité, des nouvelles familles et des nouveaux modes de procréation car Farah est issue d'une GPA. La toile de fond est aussi très contemporaine avec la pandémie, le réchauffement climatique et les angoisses de fin du monde.

C'est un roman choral dans lequel les voix de Farah puis de Lenny puis de Hind nous font découvrir progressivement l'histoire de cette famille vue par chacun de ses protagonistes. La première partie est imprégnée de romanesque, la deuxième de poésie et la troisième de chansons et de danse, suivant les passions de chacun. Chacune de ces trois voix va apporter sa vérité et nous faire découvrir peu à peu les particularités de cette famille hors normes dans laquelle les rôles sont redistribués ainsi que l'histoire d'amour entre Lenny, un homme terne au physique ordinaire élevé par des parents dépressifs et Hind, flamboyante et fantasque. 

Comme toujours, Emmanuelle Bayamack-Tam choisit des thèmes sociétaux graves et les traite de façon très vivante, distillant avec un humour vivifiant des passages savoureux sur la haine de Lenny pour le roman, sur la vieillesse, sur le désir... Le délire de Lenny, complètement illuminé, est particulièrement bien restitué, la flamboyance et le franc parler de Hind enflamment la troisième partie du roman qui regorge de dialogues qui sonnent toujours très juste. Hind est incontestablement l'héroïne de ce roman. Excentrique, libre, égocentrique, elle émeut par ses blessures d'enfance.  

Un roman sur l'identité très audacieux, drôle et à la fois  grave, qui  sort des sentiers battus. Un plaidoyer pour la tolérance très réussi, mené sur un rythme virevoltant. Quel talent ! 

 

Lu pour le prix Landerneau

 

‎09-10-2022 10:20

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@JG69 Malheureusement avec moi, cela ne fonctionne pas quand l'auteure écrit sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam. J'ai détesté Arcadie et c'est avec beaucoup de recul et d'appréhension que j'ai commencé à le lire. Au bout de 100 pages, j'ai stoppé. J'ai un ressentiment trop négatif à la lecture de ce genre de roman. 

Je lirai cette auteure avec une immense plaisir sous son autre plume de Rebecca Lighieri uniquement. 

‎09-10-2022 14:39

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@clo73  tu partais avec un a priori trop négatif. Tu as bien fait d'arrêter si cela te heurtait. 

Mais dommage que tu te sois restée que sur la voix de Farah sans aborder celle de Lenny et surtout celle de Hind

‎09-10-2022 17:45

Re: La Treizième Heure de Emmanuelle Bayamack-Tam

@JG69 @clo73 La voix de Hind (la dernière dans le roman) est la seule qui m'a intéressée. Les deux premières ne m'ont pas convaincue du tout.

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >