La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

‎14-09-2023 19:38

La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

9_9782234092525_1_75.jpgUn témoignage de Panayotis Pascot, je découvre cette humoriste chroniqueur dont je ne connais pas. Ce dernier nous livre un premier roman pour cette rentrée littéraire 2023, j'avoue que j'attendais celui-ci avec impatience pour le découvrir car j'étais intrigué depuis un bon moment. Un témoignage sur la figure paternel et les liens, de la dépression, passage a l'âge adulte, la sexualité et l'homosexualité. 

 

Une plume intimiste, sensible, sans faux semblant de la part de l'auteur. Entre l'exutoire cruel et drôle d'un jeune homme touché dans chair qui tente toujours de se reconstruire mais aussi une façon de faire tomber différentes barrières, par sa voix il peut aider de nombreux lecteurs par ricochet. Une analyse de la société et son regard. Malgré certaine maladresse d'écriture un livre puissant, poétique, lumineux, un ton juste, un langage cru a certain moment, de l'amour de la tendresse, un livre qui nous serre le coeur.  Un livre court de 165 pages. 

 

Sur cultura.com aux éditions Stock paru le 23 août. 

 

"Je le mords dès qu'un câlin s'éternise, il rigole, moi aussi, mais j'aimerais le manger. En entier, chaque partie. Je commencerais par ses cuisses, je les aime ses cuisses, j'y dépose ma main dès que j'en ai l'occasion. Puis je mangerais ses fesses, puis son dos, son magnifique dos qui m'énerve de perfection, doit être bien tendre, ça se détacherait facilement, un seul coup de dents. Mais rien, je le mords juste assez fort pour qu'il pousse ce petit cri que j'aime qu'il pousse. Mi-apeuré, mi-sexuel. Un cri aigu, mais doux. Je n'ai même plus envie de voir d'autres personnes, depuis des mois. Je n'ai même plus la force de répondre aux gens physiquement plaisants qui m'envoient des messages très clairs sur les réseaux : ils me veulent. Mais pas moi. Moi, je le veux lui, tout entier, tout le temps, jusqu'au dernier os à ronger. Plus personne d'autre ne pourrait en profiter, en moi à tout jamais. Deviendrait un de mes organes, à l'intérieur, un vital."


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
Cultura Auxerre
5 Réponses 5
‎02-10-2023 12:32

Re: La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

Bonjour, 

 

Je ne vais pas revenir sur le résumé du livre puisque @spitfire89 en a déjà parlé mais ce roman est une autobiographie de Panayotis Pascot. Il y a aborde principalement son homosexualité, sa relation avec son père (et la manière dont il a vécu sa fin de vie) ainsi que sa dépression.

 

Ayant suivi l'artiste il y a quelques années lors de ses passage à m'émission Le quotidien, j'étais bien étonnée de voir qu'il sortait un roman, qui plus est chez stock, qui est un éditeur gage de qualité ! En effet, j'ai eu le réflexe de me demander - avant même d'avoir lu la quatrième de couverture ou ouvert le livre - "Mais qu'est-ce qu'un jeune de 25 ans peut bien raconter d'intéressant dans une autobiographie ?" ! 

 

C'est marrant car après avoi lu le livre et vu une interview de Konbini de l'auteur, il y lisait le mot d'une libraire qui disait sur son papier de coup de coeur : " Putain, c'est bizarre... C'es bien... et je m'n contrebalance de sa vie à Panayotis Pascot mais... c'est bien ! J'ai bien aimé, je m'en veux de m'être foutue de sa gueule avant de l'avoir ouvert et d'être déjà devenue une idiote de libraire élitiste. Nan, j'ai bien aimé, j'assume. Je ne m'y attendais pas donc c'est sincère." Et bien je peux vous dire que j'ai eu plus ou moins ce ressentis. J'aimais bien le personnage mais je ne m'intéressais pas à sa vie. Et bien quelle surprise !

 

C'est dans un roman émouvant que Panayotis se livre, à vif, avec une plume claire, tranchante, introspective. C'est très personnel, on rentre au coeur même de l'intimité du jeune humoriste. Les chapitres alternent entre les histoires sur son père, sur ses compagnons, sur sa propre vie et on ne sait parfois plus si il parle de son père ou de son compagnon. C'est assez perturbant au début mais on s'y fait. C'est un témoignage très touchant, que je trouve personnellement très courageux. L'auteur dévoile sa fragilité, ses pensées les plus sombres, ses erreurs, ses échecs, ses angoisses. 

 

Je referme ce livre surprise, d'avoir accroché à un genre que je ne lis que très peu (l'autobiographie) et d'avoir été très touchée par certains passages. De plus, on peut également se faire la réflexion sur le grand contraste entre l'humoriste, détaché et presque intouchable, que nus voyions performer à la tv et l'homme, qui se livre et qui a vécu plusieurs dépressions sévères. 

 

‎02-10-2023 12:47

Re: La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

Merci @CharlotteV  pour ta chronique, ce livre, ta comme moi bouleversé. 


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
‎02-10-2023 18:59

Re: La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

@spitfire89 @CharlotteV  il est passé aux infos,  il connait un franc succès et est très attendu par ses fans !  La file pour la dédicace est trrrrrrès longue !! 😅. 

‎11-12-2023 15:01

Re: La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

@spitfire89 @sandryon @CharlotteV 

Mon opinion est très différente de la vôtre.Smiley clignant de l'œil

LIVRE AUDIO

  • Durée : 3 h et 52 min

2_standalone-image-2432864.jpg

 

Panayotis Pascot est une personnalité publique que je ne connaissais pas, mais dont le roman avait attiré mon attention sur les réseaux sociaux.
Je me suis lancée dans cette lecture audio sans trop savoir à quoi m'attendre, mais malheureusement, ce livre ne m'a pas convaincu.
 
Premièrement, le langage était excessivement vulgaire, parsemé de mots crus qui m'ont dérangé.
Est-ce vraiment nécessaire pour s'exprimer ?
 
Ensuite, l'histoire en elle-même ne m'a pas captivée. Je suis désolée, mais je n'ai pas saisi l'objectif de ce livre, si ce n'est peut-être servir de thérapie à l'auteur.
 
Cependant, même si la majorité du récit ne m'a pas touchée, je dois admettre que la dernière demi-heure m'a quelque peu réconciliée avec l'ensemble du roman.
 
Cette partie finale était émouvante, dévoilant la détresse et le profond mal-être de l'auteur. Je ne peux rester insensible à de telles émotions.
 
En outre, les sentiments exprimés envers ses parents, particulièrement envers son père et sa mère, sont touchants. De même, la complicité et le soutien offerts par ses frères.
 
Un autre aspect positif est la franchise et l'absence de tabou autour de l'homosexualité.
 
Cependant, malgré tout ça, l'histoire se concentrait principalement sur l'auteur lui-même, mettant de côté presque tout le reste, y compris la relation avec son père, qui semblait être le principal sujet de ce livre.
 
Il est certain que certains lecteurs apprécieront ce livre, mais pour ma part, il ne m'a rien apporté.
 
 
Balises (1)
‎11-12-2023 18:54

Re: La prochaine fois que tu mordras la poussière de Panayotis Pascot

J’aime beaucoup Panayotis Pascot en tant qu’artiste, chroniqueur et humoriste. J’avais donc hâte de voir si son talent scénique était transposable dans la littérature. Mais très vite dans ma lecture, j’ai compris que le ton ne serait pas le même et qu’il n’était pas là pour rigoler, cette fois !

En effet, le jeune homme nous ouvre sa vie et son cœur. Il nous raconte sa jeunesse, son métier, son homosexualité, la relation à son père et aussi sa dépression. Tel un journal intime, le lecteur est immergé dans son quotidien et vit à ses côtés toutes ses aventures. Et le moins que l’on puisse dire c’est que rien n’a été facile ! L’auteur partage les doutes, les souffrances, les questionnements qui découlent du regard des autres. Il met en exergue la difficulté de s’épanouir lorsque l’on se sent différent et que la société nous le fait remarquer.

La plume de l’auteur est assez originale et j’ai aimé cette manière crue de parler des choses. Il ne cherche jamais à utiliser un style ampoulé. Il s’exprime avec sa propre langue afin de parler sans superflu de son expérience personnelle. Cette simplicité dans l’expression permet de transmettre une sincérité, une vérité nue.

Seulement, « La prochaine fois que tu mordras la poussière » fait partie de ces textes qui sont beaucoup plus utiles à ceux qui les écrivent qu’à ceux qui les lisent. Cette introspection, posée sur le papier, sert d’exutoire à son auteur. Ce témoignage est important dans le fond et sûrement nécessaire pour certains lecteurs qui se sentent concernés par les aspects de cette existence. Pour moi qui n’ai que peu de points communs avec Panayotis Pascot, j’ai ressenti sur la fin un peu de lassitude à l’écouter se plaindre, même si je comprends sa souffrance. Les portes qu’il ouvre sont importantes et c’est bien là l’essentiel !

 

https://leslivresdek79.wordpress.com/2023/12/11/898-panayotis-pascot-la-prochaine-que-tu-mordras-la-...

Les dernières discussions
Tout afficher >
  Pour la petite histoire... Ça fait quelques temps que le crochet me tente mais que je n'ose pas à cause de mauv...
@CharlotteV , @LeaCultura , voici une nouvelle participation au (CHALLENGE] Lire 5 BD en 2 mois.  &...
 Lors d'une soirée glaciale d'hiver, Arla Macleod, vingt ans, tue sa mère, son beau-père et sa soeur cadette à coup...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >