La tour de Doan Bui

‎13-01-2022 09:56

La tour de Doan Bui

La Tour ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 
Doan Bui
 
cover243644-medium.png

 



 
 
En prologue, l’autrice prévient : la dalle des Olympiades existe. La tour Melbourne, cependant, est le produit de son imagination peuplée de fantômes. 

 

Et pourtant, elle est diablement incarnée cette tour, inscrite dans l’histoire de cette fin de vingtième siècle. Relevant d’une utopie, son destin échappe aux décideurs Elle s’anime peu à peu au gré des vagues d’immigration qui résulte des politiques guerrières des décideurs. Parmi les arrivants, la famille Truong, accueillie plutôt chaleureusement et épargnée par les tracas administratifs d’une obtention de légitimité. Et pourtant quelques dizaines d’années plus tard, le rejet et le racisme ordinaire feront leur chemin.

 

L’itinéraire de la génération suivante est particulièrement intéressante, illustrant bien l’inaccessible rêve d’une intégration sans heurt, impossible tant l’héritage génétique trahit dans les traits du visage « l’origine »,  fut-elle lointaine.  

 

Nostalgie d’un passé perdu, désillusion d’un avenir dont les lendemains chantent faux, le propos est réaliste et sombre. Et cependant l’écriture spirituelle de Doan Bui séduit dès les premiers pages, d’autant plus qu’entrent en scène des personnages singuliers qui font la trame de ce roman foisonnant. 

 

Le tragique n’exclut pas l’humour, même pour évoquer l’histoire du Vietnam, pris en otage par de grandes puissances, comme deux enfants qui détruiraient un jouet commun convoité. Salomon a détourné les yeux…

 

Récit réjouissant qui utilise avec talent le support d’un projet architectural pour mettre en valeur les vies qui s’y sont abritées. 

J’ai aussi beaucoup apprécié l’évocation du futur proche de ce récit 

 

Très belle découverte, à la fois instructive et plaisante à lire. 

 

Merci à Netgalley et aux éditions Grasset.

 

 Citations

 
Il n'y a plus que 150 000 girafe dans le monde, contre 5 millions d'exemplaires de Sophie en plastique. La girafe est une espèce menacée. Mais bien après leur extinction, leurs avatars en plastique continueront à coloniser terre et océans : le progrès.
 
*
 
Le jeu des chaises musicales était l'allégorie parfaite du monde capitaliste. Il n'y avait jamais assez de chaises pour tout le monde. La vie se résumait à cette ronde absurde où il fallait se battre pour arracher des ressources trop rares. Il n'y avait pas assez d'argent, de jobs, d'amis, de temps, d'amour, de sexe. La ronde  continuait, mais à un moment, il fallait s'y résoudre : vous vous retrouviez sans chaise, sans argent, sans famille, sans amour. Les plus forts avaient le droit aux prolongations. Même irréfragable logique au manège, où il s'agissait d'attraper la queue du Mickey pour gagner un tour gratuit. Pour rester dans la course, il fallait faire preuve de férocité. Et peu à peu le cercle des compétiteurs se réduisait jusqu'à ce que le vainqueur se retrouve seul devant les chaises vides.
 
*
 
Le Mont-Saint-Michel a été racheté par Danone est transformé en hôtel de luxe. Les visites se font désormais avec un audioguide entrecoupé de publicité Danone. Incapable d'assurer financièrement la sauvegarde du patrimoine, l'État l'a cédé, bout à bout, à des capitaux privés. La tapisserie de Bayeux a été racheté par H&M, le Sacré-Cœur par McDonald's, le Panthéon par Starbucks, les Invalides par Google qui teste  un hologramme parlant incarnant Jean Moulin. 
AVT_Doan-Bui_3858.jpg

 

 
Doan Bui vient du Mans, où ses parents, originaires du Viêtnam, ont posé leurs valises. Après avoir hésité entre plusieurs métiers – paléontologue ou claviériste dans un groupe de rock –, elle a eu finalement la chance de trouver sa voie : être journaliste. Elle raconte les histoires des autres, et ce, comme grand reporter pour le Nouvel Observateur. En 2013 elle a reçu le prix Albert-Londres pour un article/reportage intitulé Les Fantômes du fleuve parlant des migrants tentant de gagner l’Europe via la Grèce par le fleuve Evros.

En 2016, pour son dernier roman Le silence de mon père, elle a reçu le prix Amerigo-Vespucci.
 
Source : Babelio
Cultura Chantepie
4 Réponses 4
‎13-01-2022 19:42

Re: La tour de Doan Bui

@Kittiwake Elle était hier invitée sur le plateau de 28' sur Arte. Je l'ai trouvée très intéressante et j'ai bien envie de découvrir son livre.

‎13-01-2022 20:50

Re: La tour de Doan Bui

Ah merci pour cette info, je vais essayer de retrouver l’émission 

‎02-05-2022 10:14

Re: La tour de Doan Bui

Je l'ai moins aimé que toi, pour moi cela a été une lecture juste agréable, sans plus. Voici mon avis : 

 

Le début du roman raconte la période de construction frénétique de tours à Paris à la fin années 60 - début des années 70 avec l'ambitieux chantier "Italie 13" interrompu par l'arrivée de Giscard d'Estaing au pouvoir. Les projets sont alors revus à la baisse, l'idée de planter des arbres est abandonnée, c'est l'ère du tout minéral. 

Ensuite nous suivons le destin de trois amis vietnamiens et de leurs enfants. L'auteure retrace succinctement l'histoire du Vietnam, évoque les coutumes vietnamiennes, la sagesse ancestrale et souligne quelques différences flagrantes avec les habitudes françaises, comme la place essentielle accordée aux aînés au Vietnam opposée à l'individualisme français. Elle montre le mal être des enfants nés en France, leur difficulté à trouver leur place, tenus dans l'ignorance du passé de leurs parents au Vietnam.

La dernière partie qui décrit l'évolution de la France des Olympiades en 2045 est savoureuse. Un roman assez foisonnant, une lecture agréable. 

‎05-05-2022 11:44

Re: La tour de Doan Bui

Merci pour vos avis @JG69 @Kittiwake. C'est intéressant de voir que vous n'avez pas les mêmes ressentis sur cette lecture.

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >