Le Convoi de l’eau – Akira Yoshimura

‎02-05-2016 15:40

Le Convoi de l’eau – Akira Yoshimura

Au cœur du Japon, une vallée sauvage presque vierge de toute trace humaine va être totalement inondée suite à la construction d'un barrage . Un homme au lourd passé va contribuer à la destruction de ce paradis perdu où un village est découvert, abritant une communauté vivant au rythme de la nature, aux antipodes de nos modes de vies contemporains.[saut] C’est donc à la disparition d’un paysage entier mais aussi à l’exil forcé d’une population que nous assistons, page après page. A partir du regard d'un des ouvriers chargés de dynamiter la montagne, qui tente petit à petit de comprendre le mode de vie des autochtones et de voir en quoi il est peut-être meilleur que le sien, Le Convoi de l’eau devient une quête de rédemption de l'homme moderne. Le lecteur pourrait croire à une vision pessimiste de l'auteur quant à la volonté de domination de la nature par l'homme. Mais grâce à l’élégance de la construction de son récit, Akira Yoshimura nous offre un espoir possible. Ce texte d’une rare beauté, traitant d'un sujet universel et plus que d'actualité avec les évènements de Fukushima, pourrait passer pour un exemple de sagesse asiatique. Sublime. [saut] Extrait: Au fond du ravin bordé par les versants dénudés de la montagne serpentait un torrent aux reflets métalliques. Et le long de cette eau resplendisante, nous apercevions tout en bas, discrètement blotti, le groupe de maisons dont nous avions entendu parler. Le hameau existait bien et se trouvait réellement à nos pieds. Des fumées de cigarettes commencèrent à s'élever tranquillement çà et là au-dessus de la file. Les ouvriers s'étaient réfugiés dans le silence comme pour vérifier par eux-mêmes que le paysage qui s'étendait sous leurs yeux n'était pas dû à une quelconque illusion. Le Convoi de l'eau - Akira Yoshimura p.7 Retrouvez ce livre sur www.cultura.com

le-convoi-de-leau-Akira-Yoshimura.jpg
3 Réponses 3
il y a une semaine

Re: Le Convoi de l’eau – Akira Yoshimura

Le convoi de l'eau.jpg

 

Le convoi de l’eau

Akira Yoshimura

 

Il est fascinant de contempler la mise en place d’une intrigue comme celle de ce roman inquiétant, poétique et d’un bel équilibre narratif (Mizu no soretsu 水の葬列). A l’instar de son superbe roman « Naufrages », décrivant le quotidien d’un village côtier aux cruelles coutumes à travers les yeux d’un enfant qui s’éveille à la dureté de la vie, Akira Yoshimura imagine ici un hameau perdu dans une étroite vallée de montagne régulièrement lavée par des pluies diluviennes. Mais contrairement à « Naufrages », la focale vient d’ailleurs car le narrateur de cette histoire est un homme torturé qui s’est engagé parmi l’équipe d’ingénieurs et d’ouvriers chargés « d’arpenter les lieux et de vérifier la nature du terrain » en vue de la construction d’un barrage. Le destin de cette vallée est d’être noyée par les eaux, celui de l’étrange communauté villageoise qui y réside d’être expropriée sur indemnisation.

 

Après plusieurs jours de marche en montagne, l’équipe de travailleurs arrive finalement en vue du mystérieux hameau aux grandes maisons à toits pentus et pesamment moussus, au pied duquel coule un torrent. Quelques parcelles agricoles et surtout un immense cimetière peuplé de pierres tombales centenaires occupant les plus beaux terrains. Ayant interdiction de s’approcher de la communauté et de ses propriétés, afin de s’assurer de la bonne coopération des villageois, les ouvriers établissent à distance leur campement pour plusieurs mois et débutent leurs travaux d’étude et de forage, apportant fracas et tremblements dans la vallée.

 

Tout au long du récit s’installe une ambiance comminatoire et en même temps fascinante par la beauté des descriptions de cette vallée soumise aux saisons et aux éléments. Le comportement insolite des villageois et leurs dures traditions sont décrits avec le regard des ouvriers et notamment de ce narrateur extérieur, dont les manifestations intérieures semblent entrer en résonance avec l’étrange communauté. Tandis que des événements imprévus et menaçants surviennent, le destin des uns et des autres semble inéluctablement s’acheminer vers un drame. Suspens contemplatif et tension psychologique garantis…

il y a une semaine

Re: Le Convoi de l’eau – Akira Yoshimura

J'aime beaucoup les romans descriptifs comme ceux de McCarthy, mon écrivain préféré. Celui-là m'y fait penser @dvall 

il y a une semaine

Re: Le Convoi de l’eau – Akira Yoshimura

Même si ces deux écrivains sont très différents, ils ont en commun de savoir saisir une ambiance et une époque tout en croquant des personnes marquants, @IsaPouteau. J’aime autant l’un et l’autre et je pense que ce roman pourrait vraiment te plaire.

Les dernières discussions
Tout afficher >
Pour Nica, dix-sept ans, l'heure est venue de tirer un trait sur son passé. Son rêve est sur le point de se réaliser : u...
Nathanaël Stone a toujours été d'une sensibilité hors du commun. Or le monde auquel il appartient, l'aristocratie anglai...
Surement un de mes derniers posts *snifff* mais ce sera un post joyeux car ce WE, j'ai eu le plaisir d'aller au printemp...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >