Le village - Dan Smith

‎02-02-2021 23:30

Le village - Dan Smith

 

 

Je peux déjà vous dire que cette couv' donne le ton... nous somme dans le froid hivernal ukrainien où le seul refuge reste la neige environnante.

J’ai adoré du début à la fin, l’histoire, cette chasse à l’homme, est prenante ; les personnages sont profonds, froids ; et l’écriture est addictive, je n’arrivais pas à poser le livre !
Pour en revenir à l’histoire, nous suivons Luka, un vétéran, dans la traque, au cœur de la steppe enneigée, de l’homme qui a enlevé sa nièce Dariya. Le roman fait plus de 400 pages et j’ai eu l’impression de suivre Luka et ses fils, Viktor et Petro, pendant des mois et des mois (alors qu’au final, cette chasse dure moins d’une semaine si j’ai bien tout compris). Les descriptions sont parfaites, c’était comme si je faisais partie de l’expédition, armée de mon bonnet, écharpes, moufles et 15 pulls sur moi.
Cette traque est glaçante par le froid qui entoure nos personnages
 et par le comportement, le tempérament des personnages. Ce n’est définitivement pas un roman pendant lequel on s’ennuie. Il se passe des choses dès le début, les nerfs du lecteur sont tout de suite mis à rude épreuve, les rebondissements se déroulent lorsque l'on s'y attend le moins.

On ne peut pas décrire Luka comme un personnage chaleureux, même s’il aime sa famille, qu’il est prêt à tout pour la protéger et qu’il le pense au plus profond de son cœur, c’est avant tout un soldat qui ne montre pas ses émotions et dont la nature profonde est celle d’un être solitaire. Ne parlons même pas de ce tueur en série, de ce voleur d’enfants… lui il vous glace le sang en deux secondes, il prend cette traque pour un jeu et nous fait tellement tourner en rond qu’on ne s’en rend même pas compte, exactement comme le personnage de Luka. Les seuls à nous apporter un peu de baume au cœur, ce sont les jumeaux Petro et Viktor. Ils sont là où on ne les attend pas, et dans leurs gestes et leur façon d’être, il donne toute la chaleur qui nous manque dans ce roman. Je les adore ! Petro est adorable, prévenant, protecteur tandis que Viktor est plus, non pas sombre mais, taciturne, sur la réserve, tout en étant aussi protecteur que son frère.
Quand à l’écriture, elle est fluide, légère (comme un flocon de neige) et très rythmée. J’ai aimé cette simplicité des mots qui décrivent une situation complexe, torturée. Le rythme s’accélérait en même temps que mon rythme cardiaque, j’ai ressenti le stress des personnages, leurs émotions. Cette narration à la première personne est une vraie bonne idée, j’espère retrouver ce style dans l’autre roman de l’auteur. C’est une écriture immersive qui me plait. Les questions abordées par l’auteur, la survie, la vengeance, la justice, l’humanité… sont très bien travaillées. L’homme perd-il son humanité en en tuant un autre ? Un homme profondément mauvais peut-il être capable de bonnes actions ? L’inverse est-il aussi possible ?
En bref, une chasse à l’homme que vous n’êtes pas prêts d’oublier ! L’auteur joue avec son lecteur (comme le voleur d’enfant joue avec Luka et ses fils) au jeu du chat et de la souris, mais dans une version beaucoup plus macabre. C’est plein de suspens, de frayeurs. La traque devient de plus en plus glaçante au fil des pages, qui se tournent toutes seules, il y fait froid et rien ni personne de pourra vous réchauffer Smiley clignant de l'œil !

 

Sarah - Libraire au Cultura La Teste

Gris
Cultura La Teste
Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >