Les ardents d'Alice Winn

‎22-12-2023 13:55

Les ardents d'Alice Winn

DSCF4045.JPG

 

 

 

1914, Henry Gaunt, dix-huit ans, a moitié Allemand s'enrôle dans l'armée britannique pour prouver la loyauté de sa famille envers l'Angleterre et s'éloigner de Sidney Ellwood. Jusque là la violence du front semble lointain au jeune homme qui était bien installés dans un pensionnat idyllique dans la campagne anglaise avec Sidney et d'autres camarades. Très vite ils vont rejoindre Henry dans les tranchés, la mort est omniprésente autour d'eux et ils ne reviendront peut être pas tous de ce conflit.  

 

 Merci a cultura @LeaCultura et @CharlotteV ainsi qu'aux éditions Les Escales de m'avoir permises de découvrir ce roman de la rentrée littéraire de janvier 2024 gros coups de 💕parmi les ouvrages reçu a cette occasion. 

Roman a découvrir dés le 11 janvier 2024 sur Cultura.com

 

Un roman épique, une romance interdite, un historique sur la première guerre mondial. Une plume sensible, cruel et palpitante. On retrouve la bi-nationalité en temps de guerre, la camaraderie, l'enrôlement (je pense au film à l'ouest rien de nouveau datant de 1930 et justement avec ce conflit),l'homosexualité et le patriotisme. Un livre fort et percutant émotionnellement chagrin et amour impossible. Des descriptions réalistes guerre et romance, une alternance de personnages attachants, touchants et intrigants. Grosse surprise et gros coup de coeur qui m'en rappel un autre découvert lors des comités de lectures je vous laisse devinez lequel. 

Une toile que tisse Alice Winn maitrisé et passionnante. 

 

"L'Angleterre d'Ellwood était magique, pensa Gaunt en se frayant un chemin parmi les orties. Mais ce n'était pas l'Angleterre. Gaunt s'était rendu une fois dans l'East End, lorsque sa mère l'avait emmené donner de la soupe et du pain aux tisserands irlandais. Il n’y avait eu ni cricket, ni chasse, ni glaces, là-bas. Mais Ellwood ne s’était jamais intéressé à la laideur, alors que Gaunt  à cause de Maud, peut-être, parce qu’elle lisait Bernard Shaw et Bertrand Russell et écrivait des choses folles sur les colonies dans ses lettres  craignait que la laideur soit trop importante pour l’ignorer."

 

"Ils arrivaient au Vieux Prieuré en ruine, au fond du cimetière. Il faisait de plus en plus froid et humide à mesure que la nuit tombait. Le ciel s'assombrit et vira au bleu marine, et dans le vent leurs fracs se gonflaient. Gaunt serra ses bras autour de lui. Il y avait quelque chose d'attendant dans les soirées d'hiver à Preshute. C'était peut-être le contraste entre les collines imposantes derrière l'école, la forêt noire, les prairies balayées par le vent, si silencieuses et le bruit crépitant des garçons quand on revenait à House. En marchant à travers les champs vides, ils auraient pu être les seuls à rester en vie. Ellwood vivait dans une grande propriété de campagne dans l'East Sussex, mais Gaunt avait grandi à Londres. Le silence était définitivement magique."

 

 

Alice_Winn_2023_Texas_Book_Festival.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alice Winn est née et a grandi à Paris, fille de parents américains. Elle fait ses études universitaire en Angleterre. Elle est romancière et scénariste américaine. Les ardents (In memoriam) à reçut le prix  Waterstones Debut Fiction Prize en 2023 


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
Cultura Auxerre
3 Réponses 3
‎31-12-2023 17:52

Re: Les ardents d'Alice Winn

@spitfire89  Mon retour sur ce roman :CœurCœurCœurCœurCœur

 

Rentrée littéraire Janvier 2024 Parution le 11 Janvier 2024 aux Editions Les Escales

 

Premier roman d’Alice Winn, « Les ardents » est une grande réussite et un coup de coeur personnel.

 

Pourtant, j’ai mis un peu de temps avant d’entrer dans l’histoire qui commence dans un pensionnant huppé en Angleterre quelques mois après le début de la guerre en 1914.

 

Deux jeunes étudiants, Ellwood et Gaunt, sont proches depuis leur adolescence. Il y a une attirance homosexuelle qu’ils ne veulent pas s’avouer, ce qui crée des tensions entre eux.

 

Alors que Gaunt vient de fêter ses dix-huit ans, il est abordé dans la rue par deux jeunes filles qui lui demandent pourquoi il n’est pas au front. Indiquant qu’il n’avait pas les dix-neuf ans requis pour s’engager, l’une des jeunes filles lui remit, sous l’oeil des passants, une plume blanche signe de couardise.

 

Ce sera l’élément déclencheur pour Gaunt qui rejoint l’armée britannique. D’ailleurs, sa famille d’origine allemande lui avait enjoint de le faire pour que  » plus personne ne puisse les accuser de ne pas être patriotes ».

 

Quelques mois plus tard, Ellwood se retrouvera lui aussi au front ainsi que presque tous leurs camarades de pensionnat.

 

Ensemble, ils vont affronter les horreurs de cette guerre où des milliers de jeunes hommes vont servir de chair à canon, survivre tant bien que mal à des situations abominables.

 

 » Les ardents » dénonce l’inanité de la guerre mais c’est aussi une grande histoire d’amour qui m’a profondément émue.

 

Je remercie Cultura et les Editions Les Escales pour cette belle découverte.

‎31-12-2023 19:50

Re: Les ardents d'Alice Winn

Merci @MAPATOU contente que tu as eu aussi un gros coup de coeur. 😉🙌


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
‎02-01-2024 15:39

Re: Les ardents d'Alice Winn

@spitfire89 @MAPATOU 

Cela débute en 1914 dans l'école publique de Preshute en Angleterre où il n'y a que des garçons. Les élèves suivent le déroulement de la guerre jusqu'au moment où ils doivent s'enrôler. Certains le font avant l'âge légal fiers de défendre leur patrie. Ils vont vite déchanter lorsqu'ils arriveront dans les tranchées en Belgique puis en France. Les combats sont sanglants. Il y a beaucoup de morts.

Henry Gaunt est un allemand d'origine qui vit en Angleterre. Il s'engage dans l'armée anglaise et s'éloigne de Sydney Ellwood dont il est amoureux, mais il n'ose pas lui avouer. L'homosexualité n'est pas acceptée à cette époque et les élèves concernés doivent vivre leur amour en secret.

Ils vont se retrouver dans les tranchées jusqu'à la blessure de Henry....

 

C'est un livre que j'ai bien aimé avec un bémol sur la description des morts au combat. Même si c'est réel, l'autrice insiste trop à décrire ce qu'il reste des corps. En parler oui, mais par moments c'est trop, limite choquant.

Les dernières discussions
Tout afficher >
Angre, fille du duc de Belmont, rêve de devenir une sorcière accomplie. Mais en Arcanie, la pratique très surveillée de ...
Cette BD est une adaptation du roman éponyme de Thomas  Raucat. L’action se situe dans les années 1920 sous l’ère ...
Milly Burnett 19 ans traverse les États-Unis d ouest en est afin de devenir institutrice. Eprise de liberté , enthousias...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >