Lettres perdues, de Jim Bishop

‎27-04-2022 00:50

Lettres perdues, de Jim Bishop

Lettres perdues.jpg

 

Lettres perdues

Jim Bishop

 

Imaginez un monde où la pollution des océans a conduit les poissons et autres créatures marines à s’inventer une vie terrestre, où un scientifique de génie a créé une technologie révolutionnaire pour permettre à ces exilés d’évoluer et de cohabiter avec les humains. Dans ce royaume que l’on nomme l’Île du Soleil, le roi a des nageoires et une garde d’élite, les poissons-clowns sont des facteurs comiques, et une pieuvre sans scrupule dirige d’un tentacule de maître son réseau mafieux.

 

C’est dans ce monde que vit Iode, un jeune blondinet attachant, naïf et fragile, qui désespère de recevoir une lettre de sa mère aviatrice partie explorer le monde. Accompagné de son pélican de compagnie, Iode décide de se rendre au bureau de poste de la ville pour chercher cette lettre perdue. Sur la route, il prend en stop la pétulante Frangine, convoyeuse de mallette pour la pieuvre mafieuse. Le garçon se retrouve alors bien malgré lui embarqué dans une aventure rocambolesque et pétaradante au côté de cette fille passablement allumée. A ces deux personnages aux antipodes l’un de l’autre, viendra bientôt se joindre un poisson policier parfaitement incompétent, poussé par l’ambition, mais dont les bonnes intentions se révéleront finalement utiles.

 

Voici donc un mélange à la créativité détonante, alternant de manière singulière et peut-être même déstabilisante entre humour et tragédie. Les dialogues sont explosifs, au point que la Frangine mériterait qu’on lui lave la bouche au savon noir, et les personnages passent du rire aux larmes. Cette histoire a réussi à me surprendre, par son ton décalé, ses personnages atypiques, son final risqué. Le dessin est inventif, les couleurs tantôt pastel tantôt vibrantes, l’inventivité proche des univers de Hayao Miyazaki. Quant à cette première de couverture, elle est tout simplement très belle et poétique. J’ai lu cette bande-dessinée avec ma fille de 9 ans, mais cet ouvrage n’est peut-être pas à mettre entre toutes les jeunes mains, du fait du langage très fleuri et d’une dimension dramatique qui tranche avec l’ambiance comique.

 

Lettres perdues : Jim Bishop - 2344043446 | Cultura

 

6 Réponses 6
‎27-04-2022 01:07

Re: Lettres perdues, de Jim Bishop

Et comme d'habitude, quelques photos de ce bel album BD :

 

IMG_3075.jpgIMG_3076.jpgIMG_3078.jpgIMG_3079.jpgIMG_3080.jpgIMG_3081.jpg

‎27-04-2022 10:20

Re: Lettres perdues, de Jim Bishop

Je reste très mitigé de cette lecture. Peut-on aimer un livre et ne pas l'aimer en même temps ? C'est une sensation particulière. J'ai aimé la fin pour le dénouement de l'histoire mais j'ai trouvé la grande partie de l'histoire plutôt longue et tiré par les cheveux. Je souligne cependant le travail des dessins et des couleurs. 

‎27-04-2022 14:04

Re: Lettres perdues, de Jim Bishop

@maelle-cultura @dvall je viens de le finir et malheureusement je n’ai pas aimé l’histoire et l’univers de cette bd. 
Dommage car je trouve la couverture magnifique et le titre prometteur mais le contenu ne m’a pas du tout convenu que cela soit l’intrigue, les thématiques et même les illustrations. 

‎27-04-2022 18:49

Re: Lettres perdues, de Jim Bishop

Merci pour votre retour, @clo73, que je comprends tout à fait. L'univers est tellement déjanté qu'il ne peut que diviser les lecteurs. La couverture est sublime, nous sommes d'accord, mais en décalage avec le style et l'ambiance de l'histoire.

‎27-04-2022 22:11

Re: Lettres perdues, de Jim Bishop

@dvall C’est tout à fait cela. Gros décalage avec la couverture et un beau titre et le contenu. Quand j’ai vu la bd, je me suis dit waouh trop belle et quelle déception, l’histoire.☹️

‎15-05-2022 13:32

Re: Lettres perdues, de Jim Bishop

Bonjour @dvall , j'ai lu assez rapidement cette BD ce matin, je suis d'accord avec vous le graphisme me fais pensé aussi au oeuvres de Hayao Miyazaki et Ghibli ou des Toei Animation mais la comparaison en restera là car pour moi l'intrigue en elle même n'est plus dans cette univers. 

 

Je suis plus en accord avec @maelle-cultura  et @clo73 

les illustrations sont agréables, on y aborde l'écologie, le deuil avec la maladie et le suicide, les dysfonctionnements familiaux. 

Pour moi Iodes est un garçon naïve, qui finira pas murir sur les dernières pages, Frangine est une fille forte qui se révèle si fragile finalement, Cycy est grotesque. Je n'ai eu aucun attachement envers ces personnages. 

L'histoire est assez décousu, des blagues potache, un peu d'action d'ici de là, dans les illustrations quelques indices sur Iode , quelques petites fautes de syntax (Polis Sunville est-ce voulu pour entre police et poli). 

Il y a des moments pas clair, flou, puis des dénouement sortie de nulle part comme d'un chapeau de magicien. Pourquoi cette fin ! Alors que sa aurai pu être tellement autre chose. Ma note 3,4Cœur/5

Les membres favoris du mois

Tout afficher >