Merel, de Clara Lodewick

‎20-05-2023 10:54

Merel, de Clara Lodewick

Merel.jpg

 

Merel

Clara Lodewick

 

Premier ouvrage de la collection « Les Ondes Marcinelle » aux Éditions Dupuis, qui promet une immersion dans des romans graphiques et psychologiques pour adultes aux styles très différents, « Merel » parvient à embarquer le lecteur dans une banale histoire de mœurs et de jalousie au cœur d’un petit village de Flandre. Merel est une quarantenaire bien en chair et surtout bien dans sa peau, menant une vie simple sans mari ni enfant, partageant son temps entre l’élevage de canards, les matchs de foot de l’équipe du village, les troisièmes mi-temps au bar du coin et l’écriture d’articles pour le journal local. Elle entretient une relation équilibrée avec son copain, chacun vivant chez soi de manière indépendante mais aimant retrouver l’autre pour passer de bons moments.

 

Mais à la suite d’une blague de vestiaire mal digérée par une épouse jalouse, qui reproche à son mari de les délaisser elle et leur fils Finn au profit du foot, une rumeur injustifiée et ravageuse va rapidement se propager au sujet de Merel. Celle qui était si bien intégrée dans la communauté va devenir la victime de ragots abjects et se retrouver attifée d’une réputation mensongère transformant le regard de toutes les personnes qu’elle côtoie depuis tant d’années. Merel va devenir la cible de médisances d’adultes et de violences d’enfants qui vont faire de son quotidien un enfer dans lequel sa force de caractère et son endurance vont être mises à rude épreuve. Seul le jeune Finn semble conscient de l’injustice de la situation et va tenter de faire amende honorable…

 

Merel est un personnage très original et bien travaillé, de ceux que l’on croise rarement dans les romans graphiques. La mécanique de sa déconstruction sociale est habilement mise en place. Les ressorts psychologiques sont crédibles, tout comme le microcosme de ce village de province belge. Les liens qui se déchirent ou se tissent sont intéressants à suivre, et on ne souhaite qu’une chose à cette femme touchante de naturel, qu’elle retrouve la vie qui était la sienne avant l’odieuse rumeur. Je n’ai pas été spécialement emballé par le style graphique de cet album, mais le scénario est suffisamment habile pour m’avoir fait oublier ce point.

 

Merel : Clara Lodewick | Cultura

 

 

5 Réponses 5
‎20-05-2023 10:54

Re: Merel, de Clara Lodewick

IMG-8083.jpgIMG-8084.jpgIMG-8085.jpgIMG-8086.jpgIMG-8087.jpg

‎20-05-2023 13:40

Re: Merel, de Clara Lodewick

Merci @dvall pour cette chronique d une  BD que j ai réservée auprès de ma médiathèque.. 

‎20-05-2023 18:35

Re: Merel, de Clara Lodewick

@dvall bonjour, merci beaucoup pour votre avis sur cet album, j'en avais entendu parler effectivement. Je le note ou du moins je le re note !

‎30-05-2023 14:50

Re: Merel, de Clara Lodewick

Pour ma part, j'ai un avis très partagé :

- D'un côté, j'ai trouvé le personnage de Merel magnifiquement construit et abouti. De même sur le scénario qui montre comment de simples phrases peuvent se transformer en rumeurs. L'amitié entre cette femme et ce petit garçon est égalent très bien abordé.

- D'un autre côté, certains personnages secondaires n'étaient pas assez développés et trop caricaturaux, ce qui contrastait avec Merel.

 

Quant au graphisme, j'ai surtout été dérangée par 2-3 personnages que j'avais du mal à identifier. 

‎02-07-2023 15:45

Re: Merel, de Clara Lodewick

Merci @dvall pour ce retour de lecture, voici le mien en partage.

 

Ce premier album d’une jeune autrice Bruxelloise , sélectionné au festival d’Angoulême est une chronique subtile du harcèlement en milieu rural. Nous assistons à la lente descente aux enfers dont est victime Merel, une quadragénaire célibataire et indépendante, journaliste pour la presse locale qui élève des canards pour le plaisir. Du jour au lendemain , à la suite d’une mauvaise blague, ses ami-e-s de ce village de Flandres qu’elle côtoie depuis l’enfance la rejettent.

Dans ce petit village la rénovation des vestiaires et des douches du Club de foot est l’évènement du moment que couvre Merel pour le journal local. Pour les 45 ans du Club, son président est fier d’en faire la visite à ses invités. Au fil des conversations, Merel fait une gentille blague sur l’un des joueurs, Geert, qu’elle dit avoir vu nu sous les douches. Sa femme Suzie n’apprécie pas et alors que leur couple périclite, c’est sur Merel qu’elle va reporter toute sa colère en faisant circuler de fausses rumeurs sur son compte. Les ados entendent ça, les commerçant commencent à jaser et toute cette petite communauté va prendre Merel en grippe. Mais tandis que les parents propagent les ragots, les ados, eux, agissent avec la cruauté de leur âge.

Clara Lodewick décrit patiemment ce processus de la rumeur qui s’amplifie ainsi que ses conséquences . Elle prend son temps et accorde beaucoup de tendresse au personnage de Merel. Le dessin est simple et agréable à l’image du profil psychologique de son personnage, ce qui nous le rend immédiatement sympathique et proche.

 

Merel.jpgA la foire avicoleA la foire avicoleLa mauvaise blague....La mauvaise blague....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez cet album sur Cultura.com 

Les dernières discussions
Tout afficher >
"Ce morceau est autobiographique, c'est une certitude. Ce garçon perdu dont il parle, c'est lui. La souffrance empreinte...
Bonjour,   Je viens de terminer ce polar historique d'une de mes auteures favorites :     Paris,...
Bonjour à tous après avoir voter pour la catégorie Polar pour le Prix des lecteurs le livre de Poche je suis allé jeté u...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >