Narcisse et Goldmund, de Hermann Hesse

‎14-06-2021 16:17

Narcisse et Goldmund, de Hermann Hesse

Narcisse et Goldmund.jpg

 

Quelle lecture édifiante que ce récit sur l’amitié hors du commun qui lia Narcisse, moine penseur à la sagesse remarquable, et Goldmund, charmant blondin aspirant à l’amour et à la liberté. L’histoire débute au monastère de Mariabronn, dans l’Allemagne moyenâgeuse. Narcisse est encore novice mais sa précocité intellectuelle a conduit le sage abbé Daniel à exploiter ses dons en le nommant professeur, afin qu’il enseigne le grec notamment aux élèves du monastère. Arrive alors à Mariabronn un jeune et beau garçon du nom de Goldmund, que son père austère et veuf destine aux ordres. Narcisse, à peine plus vieux que Goldmund, devient l’un de ses professeurs. Il naît bientôt entre eux un amour réciproque empreint d’admiration et de respect. Pas un amour physique ou sensuel, mais un amour que les Grecs auraient qualifié d’agapē (amour spirituel) ou de philia (amitié).

 

Outre cette merveilleuse mais douloureuse histoire d’amitié entre deux êtres si proches et si différents, ce roman est une élégante réflexion sur la dualité entre intellect et affect, entre le penseur et l’artiste, entre le monde des idées et celui des images. Narcisse représentera l’alpha et l’oméga de l’éveil de Goldmund, depuis l’attachement du jeune âge jusqu’à l’épanouissement d’une conscience adulte. Entre cet alpha et cet oméga, Goldmund succombera aux trépidations de son cœur avide et de ses sens gourmands, parcourra les routes, les villes et les forêts tel un vagabond en quête de l’amour des femmes et d’une illusoire liberté, éprouvera la beauté et les horreurs du monde, deviendra sculpteur de talent capable de transmettre à travers son art les manifestations de l’âme.

 

Une beauté mélancolique imprègne ce récit au rythme inégal, reflet des cadences d’une vie tantôt attisée par le feu des passions, tantôt engluée dans le sombre chagrin d’une existence mortelle. Le contraste entre Goldmund, résolument humain, et Narcisse, si proche du divin, confère à cette amitié une profondeur philosophique admirable. Ce que Narcisse et Goldmund ont à apprendre l’un de l’autre relève d’un idéal de conciliation entre spiritualité et animalité.

 

A découvrir sur Cultura.com

1 Réponse 1
‎13-06-2021 09:58

Re: Narcisse et Goldmund, de Hermann Hesse

Affiche de l'adaptation cinématographique de Stefan Ruzowitzky (2020)Affiche de l'adaptation cinématographique de Stefan Ruzowitzky (2020)

Les dernières discussions
Tout afficher >
Après l'exécution de sa mère, dévorée par les tôda, Elin est sauvée de justesse par Johun, un apiculteur bienveillant. E...
Après avoir réussi à surmonter la relation abusive qui le maintenait sous le joug de son ancien supérieur hiérarchique, ...
Suite au décès de Bruno Combes,  je tiens à lui rendre hommage. Je l'ai découvert grâce à Cultura avec : Un souffle...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >