Un océan, deux mers, trois continents, de Wilfried N'Sondé

‎01-12-2021 23:04

Un océan, deux mers, trois continents, de Wilfried N'Sondé

Un Océan Deux Mers Trois Continents.jpg

 

Ce roman au titre évocateur relate le destin de Nsaku Ne Vunda, orphelin né à la fin du XVIe siècle sur les rives du fleuve Kongo, éduqué par les missionnaires chrétiens, baptisé sous le nom de Dom Antonio Manuel et ordonné prêtre avant d’être élevé à la fonction d’ambassadeur du roi des Bakongos auprès du pape. Une statue de marbre noir a été érigée à son effigie à Rome. Ce récit à la première personne, grandement romancé mais inspiré de faits historiques, relate le périple d’un homme habité par sa foi et porteur d’une mission capitale pour l’avenir de son peuple.

 

J’ai été emporté par la plume poétique et vivante de Wilfried N’Sondé qui fait de ce roman tantôt un récit d’aventures, tantôt un récit de formation aux allures de conte philosophique. Véritable Candide africain, cet homme humble catapulté ambassadeur d’une nation est admirable par sa foi et sa détermination à accomplir sa mission, par sa confiance en la nature humaine et en sa capacité à améliorer sa condition. À travers ses yeux ébahis, innocents et blessés, nous découvrons les horreurs de l’esclavage, la corruption par le pouvoir et l’argent à tous les niveaux de la société et jusque dans la maison de Dieu. Il traversera un océan, deux mers, et trois continents dans l’objectif de défendre une haute cause devant le Saint-Père. Douleurs et désillusions se multiplieront sur son chemin, mais il verra aussi la lumière à travers la noirceur insondable de l’âme humaine, une faible lueur permise par l’amitié et l’espoir.

 

Si le rythme du roman peut paraître inégal voire déséquilibré, se dilatant dans sa première partie pour se concentrer ensuite, c’est sans doute pour mettre l’emphase sur les horreurs d’une interminable traversée, avec dans le ventre d’un bateau, une cargaison d’êtres humains voués à l’enfer. L’angle pris par l’auteur pour décrire l’esclavage montre que l’ignominie n’est pas qu’une simple question de couleur de peau. L’avarice et les appétits de domination sont des poisons universels contre lesquels doit s’élever le courage d’esprits humanistes.

3 Réponses 3
‎06-12-2021 10:17

Re: Un océan, deux mers, trois continents, de Wilfried N'Sondé

Bonjour @dvall merci pour le partage de cette belle lecture et pour votre très jolie photo. Je constate que vous avez changé de pays Smiley heureux

‎06-12-2021 10:23

Re: Un océan, deux mers, trois continents, de Wilfried N'Sondé

Merci @maelle-cultura, effectivement, j'ai changé de pays et même de continent. La lecture permet de voyager sans passeport ni contrainte de quarantaine, pour un bilan carbone minimal ! ;-)

‎06-12-2021 10:28

Re: Un océan, deux mers, trois continents, de Wilfried N'Sondé

Finalement, en plus d'être une passion épanouissante, qui nous permet de nous évader, il s'agit d'une passion écologique. Encore une nouvelle raison pour encourager les personnes à lire !  Smiley heureux

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >