" Tout ce que je suis " d'Anna Funder

‎11-12-2023 16:11

" Tout ce que je suis " d'Anna Funder

Tout ce que je suis.jpg

CœurCœurCœurCœur

 

https://www.cultura.com/p-tout-ce-que-je-suis-9782350872186.html

 

 « Tout ce que je suis » d’Anna Funder, roman basé l sur des faits réels et des personnages ayant réellement existé.

 

Les quelques 500 pages ont été dévorées en deux jours tant cette histoire m’a passionnée.

 

Après la Première Guerre Mondiale, des mouvements pacifistes ont vu le jour en 1919 en Allemagne, principalement dans le sud. Ces mouvements seront bien vite réprimés mais les intellectuels, les journalistes qui y ont participé deviendront des témoins de la vie politique allemande et de la montée du nazisme.

 

Anna Funder a choisit de nous faire suivre le parcours de deux couples : d’un côté celui formé par l’écrivain socialiste Ernst Toller et de son amante Dora, femme passionnée et militante courageuse ; de l’autre celui formé par la photographe Ruth Becker (cousine de Dora) et de son mari Hans.

 

De 1919 à 1933, nous découvrons la montée du nazisme en Allemagne, comment Hitler une fois au pouvoir a verrouillé et manipulé la société allemande.Le point de départ fut la chasse aux communistes après l’incendie du Reichstag :

« Ils avaient commencé par la liste qu’ils avaient volée au siège du parti communiste (4000 noms) mais de nouveaux ordres bien plus larges leur étaient parvenus -arrêter ou tuer quiconque avait manifesté son opinion. S’ils vous trouvaient dans n’importe quel lieu public, bar ou café, ils vous plaçaient en garde à vue, mais pour peu que vous soyez chez vous, vous pouviez être abattu sur place, en pleine « tentative de fuite ». Pour certains, ils ne s’embarrassèrent ni d’une exécution. 8 communistes furent trouvé dans une cave de Mitte qui avait été tout simplement clouée de planches. Des gens qui allaient au travail entendaient leurs cris à travers le soupirail qui donnait sur le trottoir, mais personne n’osait leur porter secours. Les appels mirent deux semaines avant de cesser. »

 

Les choses ne feront qu’empirer et de nombreux journalistes, écrivains et intellectuels seront contraints à l’exil :

« Depuis l’incendie du Reichstag et son lot de persécutions, 55.000 allemands, dont quelque 2.000 écrivains et artistes, avaient été contraints à l’exil. Nous étions plusieurs centaines à échouer en Grande Bretagne. On nous avait donné le plaisant surnom d' »émigrantsia » car nous étions des émigrés cultivés opposants au régime. Les juifs arrivèrent plus tard. Mais nous n’avions rien de nantis. Tous, nous étions déracinés, dans l’embarras, coupés de notre langue, souvent sans le sou, privés de lecteurs et interdits de travail. »

 

Pourtant, tous auront à coeur de dénoncer la situation en Allemagne malgré le danger. Si le gouvernement britannique ne les écoute pas, pensant qu’il faut accorder à Herr Hitler le bénéfice du doute (il finira bien par se comporter comme un gentleman), le gouvernement nazi, lui, ne les lâche pas. Ils sont surveillés et suivis en permanence par des espions, leurs appartement cambriolés et saccagés, ils sont victimes de tentatives d’intimidation, certains, dont Dora, seront assassinés.

 

Ce qui les motivait : prévenir le monde de ce qui était en train de se passer et ouvrir les yeux à leurs compatriotes : « Nous devions produire des tracts et nous débrouiller pour les envoyer en Allemagne. Le jeune garçon, en particulier, avait de bonnes idées : imprimer en caractères minuscules sur du papier de soie pour boîtes à cigares, ou encore sur le papier paraffiné qui sert d’emballage au beurre anglais ou,plus audacieux, les glisser dans les prospectus nazis. Hitler avait peut-être muselé la presse, mais nous étions convaincus que le peuple, une fois correctement informé reprendrait ses esprits et pencherait du côté de la liberté. Nous nous trompions, c’était sous-estimer le pouvoir de séduction du nazisme, ce dépassement du moi qu’il offrait, cet abandon corps et âme au collectif. »

 

La suite, on la connaît malheureusement.

 

Ce roman, passionnant, se lit presque comme un roman d’espionnage.

 

D’un point de vue personnel, c’est le roman que j’avais envie de lire depuis des années. Je m’explique : ma grand-mère paternelle, allemande, vivait en France depuis les années 1920, mariée à un Français. Quand à 13-14 ans, j’ai découvert l’horreur des camps, j’ai été profondément choquée et me suis interrogée sur le fait que, peut-être, des membres de cette branche de ma famille avaient pu commettre des atrocités. Je m’étais toujours demandée comment des personnes pouvaient être embrigadées de cette façon et comment un pays pouvait être conduit à la barbarie. Ce roman m’a apporté beaucoup de réponses.

 

D’un point de vue général, ce roman a une résonance particulièrement dans la situation actuelle :

« La plupart des gens n’ont aucune imagination. S’ils pouvaient s’imaginer les souffrances des autres, ils seraient incapables de leur en infliger autant……Se représenter la vie d’un autre est un acte de compassion profondément sacré…. Nous avons risqué notre vie pour aider nos semblables, ici et à Londres, à imaginer, à se représenter les choses. Ils n’ont rien imaginé. Mais si grand qu’ait été Toller, il se trompe. Ce n’est pas que les gens n’aient pas d’imagination. C’est qu’ils s’empêchent de l’utiliser. Car une fois que l’on se représente pareille souffrance, comment continuer à ne rien faire ? »

Cultura Toulon
5 Réponses 5
‎11-12-2023 17:37

Re: " Tout ce que je suis " d'Anna Funder

Il a l'air passionnant aussi @MAPATOU 

‎11-12-2023 21:03

Re: " Tout ce que je suis " d'Anna Funder

Merci @MAPATOU  je rejoins @IsaPouteau . Peut être que ce livre intéressera @montagne85 .


La lecture et les créations sont les meilleurs remèdes contre la morosité.
‎12-12-2023 08:07

Re: " Tout ce que je suis " d'Anna Funder

Merci @MAPATOU pour ce post qui me fait mettre un nouveau roman dans ma PAL... 😀

‎15-12-2023 11:42

Re: " Tout ce que je suis " d'Anna Funder

Merci @IsaPouteau, tu m'as donné envie. 

@sauniercat79 ça pourrait te plaire aussi, non ?

‎17-12-2023 19:00

Re: " Tout ce que je suis " d'Anna Funder

Effectivement @LeaCultura un roman qui pourrait me plaire.

Merci @MAPATOU pour cet avis lecture et ce partage de ton histoire familiale qui donne à réfléchir encore et toujours sur le pourquoi l'Homme s'évertue à laisser parler la barbarie. 

Je remarque en tous cas que beaucoup de romans ces derniers temps reprennent les sujets de la seconde guerre mondiale, de la montée du nazisme vus du côté allemand et je trouve cela vraiment intéressant. Il est surtout intéressant de ne pas rester sur une vision manichéenne de l'Histoire, c'est tellement plus complexe que cela...

Un livre que je note pour le découvrir sans nul doute Smiley heureux

Catherine / Mrs North lit
Les dernières discussions
Tout afficher >
Après l'exécution de sa mère, dévorée par les tôda, Elin est sauvée de justesse par Johun, un apiculteur bienveillant. E...
Après avoir réussi à surmonter la relation abusive qui le maintenait sous le joug de son ancien supérieur hiérarchique, ...
Suite au décès de Bruno Combes,  je tiens à lui rendre hommage. Je l'ai découvert grâce à Cultura avec : Un souffle...

Les membres favoris du mois

Tout afficher >