Ashita no Joe - Chiba & Takamori

Ashita no Joe - Chiba & Takamori

Ashita no Joe est un manga, mieux une oeuvre d'art, dessiné par Tetsuya Chiba sur un scénario de Asao Takamori. Le manga connu une publication de 25 tomes aux Japon entre le 1er janvier 1968 et le 13 mai 1973. Ashita No Joe est un manga qui a eu beaucoup d'influence au Japon, c'est pourquoi, aujourd'hui, le titre est plus vu comme un symbole qu'un simple manga. Sur l'île, pendant la guerre du Vietnam, des étudiants qui manifestaient contre le terrorisme de l'Armée rouge japonaise avaient sur leurs drapeaux l'effigie de Joe (personnage sur la photo de gauche) qui symbolise la résistance et l'indépendance. Ce mouvement eu pour conséquence la fin du manga pour les auteurs sous la pression des autorités japonaises. Au Japon, celui qui est désigné comme le maître du Manga n'est autre qu'Osamu Tezuka, mais le manga qui reste peut-être, l'oeuvre majeure du genre sur l'archipel nippon, est Ashita no Joe ! Synopsis :"Joe Yabuki est un enfant de la rue, un orphelin bagarreur qui est régulièrement en conflit avec les autorités. À peine arrive-t-il dans un bidonville que ses frasques éveillent la curiosité et l’intérêt de Danpei, un ancien boxeur devenu alcoolique. Ce dernier, conscient de l’incroyable potentiel du jeune homme, rêve d’en faire le plus grand boxeur de l’histoire. Malheureusement, l’intéressé semble plus que jamais attaché à son indépendance et Danpei comprend qu’il va devoir gagner la confiance de ce jeune chien sauvage…" Si le synopsis n'a rien de bien original, c'est le traitement fait de l'oeuvre qui tient du chef d'oeuvre. On est loin des mangas modernes qui laissent la part belle à l'action, à l'humour, à l'amour, selon le genre auquel ils appartiennent, Ashita no Joe se caractérise par sa profondeur de narration. Si la boxe est peu présente dans les premiers tomes c'est pour mieux nous dépeindre et critiquer le Japon de l'époque. Entre la déchéance sociale et humaine d'une partie de la population et l'opulence du reste de la population se trouve Joe Yabuki, ce vagabond qui se bagarre à la moindre occasion, lui l'écorché vif. A travers son prisme les auteurs font passer un véritable message d'espoir. On peut toujours s'élever dans la société, pour Joe cela passera par la boxe. Cependant, là encore on est loin des Seinen traditionnels, même si l'on en retrouve tous les codes, à savoir : le dépassement de soit, la violence, les rites initiatiques... En effet, Yabuki évolue au fil de son histoire, la psychologie du personnage est développée à un tel point que le lecteur se met à penser comme lui, à anticiper ses réactions au fil de la lecture des tomes. Il est rare, pour ne pas dire inexistant, de voir une telle approche qui peut, selon les moments de la jeune carrière de Joe, nous mettre mal à l'aise. C'est en cela que Ashita no Joe transcende le genre, transcende le manga, pour devenir une vraie oeuvre littéraire, avec une résonance sur ses contemporains. C'est bien simple, c'est peut-être le première et seule fois que de véritables funérailles ont eut lieu en l'honneur d'un personnage d'une oeuvre littéraire, lors de la mort dans la manga de Rikiishi. D'accord, les graphismes sont en total décalage avec ce qui se fait aujourd'hui, mais il ne faut pas oublier que le manga a plus de 40 ans ! Mais passé cette petite gène, vous ne pourrez plus vous passer de ce qui est peut-être le meilleur manga de l'histoire !!! Retrouvez toute la série sur Cultura.com : Ashita no Joe [saut] Galerie de personnages : [caption id="attachment_7629" align="alignleft" width="150" caption="Joe Yabuki"][/caption] [caption id="attachment_7636" align="alignleft" width="150" caption="Rikiishi"][/caption] [caption id="attachment_7635" align="alignleft" width="150" caption="Danpei Tange"][/caption] [saut] [saut] [saut] [saut] [saut] [saut] [saut] [saut] [saut] [saut]




Ashita_no_Joe.jpg