Ce qui est monstrueux est normal de Céline Lapertot

Ce qui est monstrueux est normal de Céline Lapertot

67680007_2542745022424073_6215333275250982912_o (1).jpg
 
 
J'ai découvert cette auteure en lisant son livre Des femmes qui tombent sous les bombes. Après cette lecture si intense, je me suis empressée d'acquérir ses autres romans.
 
Dans son dernier livre, c'est un récit intime, court et puissant que nous dévoile Céline Lapertot. 
 
Une confession saisissante et poignante sur son enfance.
 
« L'enfant sent, très tôt, même de manière obscure, qu'elle ne suivra pas ce chemin-là. On peut chercher toute sa vie des réponse. Pourquoi, dans certaines fratries, les uns reproduisent ce qu'ils ont toujours connu, à des milliers de kilomètres du moindre début de questionnement - comme si la vie ne distribuait que sept cartes d'un jeu plein et qu'il est interdit de piocher dans le tas pourtant épais-, tandis que les autres, toujours prompts à se prendre les gifles et les remarques cinglantes, savent que depuis leurs premiers pas et leurs premiers mots, ils pensent différemment, ils parlent différemment, ils sentent dans la vie un parfum qui n'est pas celui des parents. L'enfant sais que venir à table en tenant un livre en cours de lecture dans sa main - parce qu'il est le prolongement naturel de son poignet-, est une condamnation qui lui vaudra de voir l'ouvrage déchiré et jeté à la poubelle. » (p.38)
 
Issue d'un milieu défavorisé où elle ne sera pas protégée de son presque père, vivant dans la précarité, elle survit tant bien que mal.
D'une volonté et d'une force incroyable, elle réussira à s'échapper de cet environnement nocif, grâce à un placement en foyer puis en famille d'accueil.
 
 
C'est une lecture intense et très émouvante. 
Un parcours de vie bouleversant qui me laisse sans voix et admirative.
 
Céline Lapertot, enseignante et écrivaine aujourd'hui, nous met une vraie claque par tant de courage, de ténacité et d'intelligence.
 
« Etre professeur n'est pas un métier décidé au hasard dans la peur de ne pas vivre de sa plume. Etre professeur, c'est d'essayer au maximum, avec le peu de moyens que l'on a, la médiocrité du quotidien et l'envie, parfois, de baisser les bras, c'est essayer, donc, de rendre de que l'on a reçu. De rendre hommage à ces professeurs de français qui ont su nous captiver, nous écouter, nous lire, prendre soin de nos peurs de débutants, lors des premiers poèmes, lors des premiers chapitres. Etre professeur, c'est se dire qu'on laisse une trace dans de jeunes âmes, et, on l'espère, la meilleure possible. C'est espérer être la bonne rencontre au bon moment pour d'autres enfants dont on reconnaît la lueur dans le regard. » (p.82)
 
Remarquablement bien écrit, avec beaucoup de pudeur et de sincérité, un ouvrage percutant.
 
Un récit porteur de vie et d'espoir. 
 
Les dernières discussions
Tout afficher >