Des baisers parfum tabac de Tayari Jones

Highlighted

Des baisers parfum tabac de Tayari Jones

coup de coeur baisers parfum tabac.png

Découvrez le coup de cœur CulturaLivres de la semaine : Des baisers parfum tabac de Tayari Jones

 

Des baisers parfum tabac ⭐️⭐️⭐️⭐️

 

Dana et Chaurisse sont soeurs. Et pourtant, si Dana connaît l’existence de Chaurisse, celle-ci ignore qu’elles partagent le même père. Malgré l’interdit, Dana tente de créer des liens avec elle.

C’est ainsi que le récit révèle peu à peu l’histoire de ce père bigame, qui s’épuise entre ses deux foyers, subissant les reproches de l’illégitime, et contraint même certains jours de diner deux fois!

C’est d’abord Dana qui prend la parole pour conter son histoire, les relations avec son père et le frère de cœur de celui-ci. La génération précédente s’était déjà construite sur des manques, des départs et des adoptions tacites. 

Elle a pour elle la beauté, elle voudrait une famille. Alors peu à peu elle s’approche de celle qu’elle envie dans sa légitimité.

 

Lorsque Chaurisse s’immisce dans la narration, Dana fait partie de son univers restreint, c’est sa meilleure amie, mais elle ignore toujours le lien qui les unit. Le secret pourra t-il tenir?

 

A travers les confidences d’adolescentes des deux jeunes filles, Tayari Jones se livre à une analyse ouverte de la question du lien familial, des secrets qui affectent des destinées, de la reproduction d’un modèle. Une histoire tissée autour d’un père qui semble ne pas maitriser ses choix, jamais à la bonne place, et incapable d’assumer ses actions, et qui   ne disposera cependant pas d’un avocat de la défense puisque les deux jeunes filles sont plutôt des témoins à charge.

 

Dans un style assez factuel, mais avec une réelle empathie pour les personnages féminins, Tayari Jones  dresse le portrait d’une famille à la fois hors  du commun, et sans doute pas si exceptionnelle que ça.

 

CITATIONS

 
Mon père, James Witherspoon, est bigame. Il était marié depuis dix ans quand ses yeux se posèrent pour  la première fois sur ma mère. C'était en 1968 et elle travaillait au stand des paquets-cadeaux chez Davidson's, un grand magasin du centre-ville. il lui demanda d'emballer le couteau de cuisine qu'il avait acheté à sa femme à l'occasion de leur anniversaire de mariage. 
 
*
 
On dit souvent que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. C'est faux. Ce qui ne nous tue pas ne nous tue pas. C'est tout. Parfois, il faut juste espérer que cela suffise.
 

Retrouvez Des baisers parfum tabac sur Cultura.com

Cultura Chantepie
1 Réponse 1
Highlighted

Re: Des baisers parfum tabac Tayari jones

Bonjour @Kittiwake 

J'avais adoré "Un mariage américain" de la même auteur. Ce nouveau roman me semble tout aussi prenant. Je le mets dans ma PAL !!

Merci pour cette découverte.