Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

Je pensais t'épargner.jpg

 

Je remercie les Éditions Marabout pour ce roman reçu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio. Pour cette lecture, je me suis écarté de mes genres de prédilection, même si j’ai déjà lu avec plaisir de grands noms du polar français ou américain. Je ne connaissais pas l’auteure mais le sujet de la maltraitance infantile et conjugale m’a interpelé. Je ne livre ici que mon opinion personnelle et libre, sans complaisance ni malveillance.

 

Le style d’écriture, digne d’un rapport de police judiciaire, structure cette enquête en nous égrenant les scènes à la minute près, avec noms et numéros de rues à l’appui. On ne lit pas ce genre de roman pour l’amour du verbe, mais rien ne m’a vraiment séduit dans cette plume factuelle et aride. En revanche, le rythme est soutenu et aucune longueur ne vient ennuyer le lecteur, ce qui m’a permis de dévorer ce livre comme un burger de fast-food, d’autant plus que les chapitres sont courts et les marges extra-larges. Pour s’immerger dans l’intrigue sans s’agacer, il faut oublier les invraisemblances et les ficelles narratives épaisses comme des haubans de pont suspendu. Je ne les détaillerai pas ici pour ne rien trahir du suspense. Certains personnages sont attachants, la jeune avocate en tête, mais on ne s’éloigne jamais vraiment des stéréotypes du genre. Dialogues et situations n’échappent pas aux lieux communs, mais l’histoire est fluide et le personnage de la mère insuffle une tension dramatique perturbante. Ce que j’ai préféré dans ce roman ? Le prologue et l’épilogue. Le prologue parce qu’il est noir à souhait, choquant, et qu’il vous pousse avec une grande claque dans le dos à plonger dans l’histoire. L’épilogue, car même s’il ne m’a pas surpris, trace un habile trait d’union avec l’entrée en matière tout en révélant la véritable humanité cachée entre les lignes de ce récit.

 

Ce roman ferait un bon scénario de téléfilm policier pour une chaîne publique française. Il s’attaque à un thème plutôt original, tout en respectant les codes et les poncifs du genre, petit jargon policier à l’appui. Ce genre a ses adeptes et le roman plaira certainement aux habitués.

 

A découvrir sur Cultura.com

5 Réponses 5

Re: Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

Bonjour @dvall , en lisant ce récit j'avais le sentiment d'être assise à l'avant d'un grand huit tant tôt captivé par le rythme et l'intrigue et les passages glaçant parfois déçut par l'exagération de la situation.  

On retrouve avec plaisir ces deux héroïnes Alexane Laroche(commandante au bastion)et Pauline Carel (avocate pénaliste). 

Re: Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

Merci pour votre retour, @spitfire89. J'ai lu des commentaires très similaires au vôtre sur Babelio, après avoir posté ma propre chronique. J'ignorais, en le lisant, que ce roman s'inscrivait dans une série d'histoires indépendantes mais avec des personnages récurrents comme Alexane la commandante et Pauline l'avocate (un peu comme Franck Thilliez avec son Sharko - mais on est ici loin du niveau d'un Thilliez à mon sens). Je comprends que ce genre de romans plaise, mais l'écriture de Pétronille Rostagnat n'est pas parvenue à me séduire et les invraisemblances d'une histoire sont un peu rédhibitoires pour moi. Là où je vous rejoins, c'est sur le rythme, principal atout de ce roman. Quels autres romans avez-vous lus de cette auteure ?

Re: Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

@dvall, il y a de nombreux auteurs et autrices français(es) ou étrangers (ères)  qui on un ou plusieurs fétiches personnage (s) que nous aimons suivre. 

Re: Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

Bien sûr, @spitfire89, j'ai moi aussi des auteurs fétiches que j'aime retrouver dans leurs nouvelles sorties ! Quels sont les vôtres ?

Re: Je pensais t'épargner, de Pétronille Rostagnat

@dvall , les auteurs et autrices que je lis souvents dans tous les genres, Nora Roberts, Danielle Steel, Françoise Bourdin, Janet Oakes, Jojo Moyes, Christian Signol, Louise Penny, Virginie Grimaldi, James Pattersson, Brandon Sanderson, Michel Bussi, Franck Thilliez, Stieg Larsson, Bernard Minier, Jo Nesbø, Preston & Child et bien d'autres.

 

Désolé je voulais dire personnages fétiche j'ai inversé le sens lorsque j'ai corrigé mon commentaire.

Les membres favoris du mois

Tout afficher >