L'Arbre-Monde de Richard Powers

L'Arbre-Monde de Richard Powers

L'arbre-monde.jpgUn roman choral, une fresque moderne aux accents de pamphlet écologiste, une ode aux arbres et à l’humanité. L’Arbre-Monde (ou The Overstory dans son titre original) raconte l’histoire de neuf personnages dont les racines expliquent l’habitus et les comportements, tout comme les racines d’un arbre conditionnent son port et son développement, tantôt harmonieux tantôt tourmenté… Ces personnages s’ignorent ou s’unissent, tous concernés par un thème exploré par l’auteur dans toute sa luxuriance, celui du monde fascinant des arbres, de la fragilité des écosystèmes, de l’ogre capitaliste et consumériste mettant en péril des millions d’années d’histoire naturelle.

 

Si la multiplicité des intrigues peut égarer le lecteur dans la première partie du roman, les pièces du puzzle lentement s’assemblent pour construire une image globale qui échappe souvent à ceux qui ne prennent pas le recul nécessaire. Car c’est bien au recul que l’auteur nous invite, en regard de la place que l’humain tient ou devrait tenir en ce monde, en regard des pas de temps propres aux choses de la nature et qui échappent à notre vision étriquée ou biaisée, en regard de ce que l’Homme fait subir et subit du fait de son obstination, de son égoïsme, ou de son ignorance. L’Arbre-Monde est une œuvre qui inspire l’humilité tout autant que la révolte. Les personnages qui prennent vie tout au long de ces pages sont finalement aussi fragiles et démunis que ce pour quoi ils se battent. L’Arbre-Monde n’est pas un livre joyeux. C’est un livre nécessaire. Un plaidoyer en faveur de la conscience dans un monde où l’inconscience est la règle de notre croissance.

 

Découvrir sur Cultura.com