L'autre moitié de soi Brit Bennett

Highlighted

L'autre moitié de soi Brit Bennett

L'autre moitié de soi ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 

 Brit Bennett

 

Mallard, une ville si petite qu’elle ne figure sur aucune carte. Et pourtant, elle est particulière cette ville , dont les habitants en majorité afro-américains  ont une peau si claire que le doute ne s’immisce même pas dans l’esprit de ceux qu’ils croisent sur leur chemin. 

Lorsque Desiree, l’une des jumelles Vignes revient quatorze ans après avoir quitté la ville, elle est accompagnée de June, une enfant plus noire que l’ébène. Sa jumelle Stella a disparu sans laisser de trace.

Pour June, dans cette communauté où la valeur se juge à l’aune de la nuance de peau, la vie est rude. Le soutien inconditionnel de sa mère et de sa grand-mère ne suffira pas pour qu’elle-même ne décide de quitter l’endroit. Jusqu’à ce que son destin ne la conduise sur les traces de sa tante disparue.

 

Le propos va bien au delà du thème du racisme.  C’est la question de l’identité et du poids des racines familiales qui apparaît en filigrane du récit de ces deux générations de femmes engluées dans des stéréotypes bien difficiles à occulter. Chaque rencontre et coup du sort sont autant de pistes pour de nouveaux questionnements et de nouvelles impasses logiques. 

 

Et tout cela s’appuie sur un socle d’état des lieux de la société américaine contemporaine avec ses incohérences et ses certitudes ancrées comme une hérédité incontournable.

 

 

L’écriture et la traduction sont sans reproche, et le fil narratif suffisamment bien conçu pour créer l’addiction tout au long des presque 500 pages du roman. Une lecture marquante.

 

 Citations

 

 
Mallard avait toujours été une idée plus qu'un lieu, de toute façon, et aucun redécoupage administratif ne changerait rien. En revanche, cela  déconcerta Stella Vignes, qui passa dix minutes à étudier le plan dans la gare d'Opelousas avant de faire signe à un jeune porteur noir  pour lui demander comment se rendre à Mallard. Il éclata de rire.
 
*
 
Le matin ou l'une des jumelles disparues revint à Mallard, Lou Lebon se précipita au diner pour annoncer la nouvelle et, aujourd'hui encore, des années plus tard, tout le monde se souvient du tollé qui provoqua lorsqu'il franchi les portes vitrées, en nage, la poitrine palpitante et le coup assombri par l'effort.
 
*
 
«Je ne suis pas comme eux. Je suis comme vous.
–Vous êtes noire »,  répondrait Loretta. Pas une question, un fait. Stella lui dirait la vérité parce qu'elle partait ; dans quelques heures elle aurait disparu du quartier et de sa vie.
 
Retrouvez L'autre moitié de soi Brit Bennett sur Cultura.com 

 

Les dernières discussions
Tout afficher >