LOLITA de Nabokov

LOLITA de Nabokov

LOLITA de Nabokov.jpeg

 

Bonjour à tous, 

Je fais le rapprochement entre le roman japonais "Les belles endormies" et "Lolita".

Je ne sais pas si ce roman peut être considéré comme immoral, mais il me fait penser à un autre opus, à savoir "Lolita" de Nabokov, roman qui a défrayé la chronique du fait de son sujet. 

A mon avis, il faut d'entrée l'aborder au 2ème degré pour apprécier ce qui est le plus important dans le roman : la prose de Nabokov qui écrit merveilleusement :

"Je marchais toujours derrière Mrs Haze lorsque soudain, il y eut une explosion de verdure, et alors une vague bleue s'enfla sous mon cœur et je vis, allongée dans une flaque de soleil, à demi nue, (...), ma petite amis de la Riviéra qui me dévisageait par-dessus ses lunettes sombres".

Le narrateur a un souvenir palpitant de son enfance qui remonte soudain à la surface de sa mémoire vive et aiguisée, et cette apparition constitue un des fils narratifs du roman.

Inutile d'en dévoiler plus, tout est là. 

 

A découvrir sur Cultura.com

Balises (2)
Cultura Bordeaux Mérignac
1 Réponse 1

Re: LOLITA de Nabokov

@SOLANE , oui en effets il y a des similitudes avec les Belles Endormies , dans cette histoire depuis sa prison Humbert quarantenaire raconte sont passé amoureux. Ce dernier ancien prof en littérature sera logé par Charlotte Haze une veuve ayant une fille de 12 ans. Même si Nabokov écrit en poésie, en ayant du recul à la lecture alors qu'il n'y a pas d'obscénité, le thème abordé me gêne ici contrairement au court roman de Yasunari Kawabata. 

https://www.cultura.com/lolita-9782070412082.html

 

« Ainsi donc, aucun de nous deux n'est en vie au moment où le lecteur ouvre ce livre. Mais tant que le sang continue de battre dans cette main qui tient la plume, tu appartiens autant que moi à la bienheureuse matière, et je puis encore t'interpeller d'ici jusqu'en Alaska. Sois fidèle à ton Dick. Ne laisse aucun autre type te toucher. N'adresse pas la parole aux inconnus. J'espère que tu aimeras ton bébé. J'espère que ce sera un garçon. J'espère que ton mari d'opérette te traitera toujours bien, parce que autrement mon spectre viendra s'en prendre à lui, comme une fumée noire, comme un colosse dément, pour le déchiqueter jusqu'au moindre nerf. Et ne prends pas C.Q. en pitié. Il fallait choisir entre lui et H.H., et il était indispensable que H.H. survive au moins quelques mois de plus pour te faire vivre à jamais dans l'esprit des générations futures. Je pense aux aurochs et aux anges, au secret des pigments immuables, aux sonnets prophétiques, au refuge de l'art. Telle est la seule immortalité que toi et moi puissions partager, ma Lolita. »

 

A noter que lolita été adapté par Stanley Kubrick (1962), avec Peter Sellers, Shelley Winters et Sue Lyon, puis par Adrian Lyne (1997), avec Jeremy Irons, Mélanie Griffith et Dominique Swain.